jeudi, 16 août 2018
Home / A La Une / Cop 23 – Bonn : Un accent mis sur l’innovation pour répondre à l’accord de Paris
cop 23 bonn

Cop 23 – Bonn : Un accent mis sur l’innovation pour répondre à l’accord de Paris

Les travaux de la Cop 23 dont les rideaux vont tomber aujourd’hui à Bonn en Allemagne, ont consacré la journée du mardi 14 novembre 2017 à l’innovation.  A cet effet, Il a été résolu que la révolution industrielle des nouvelles technologies donnera un coup d’accélérateur à l’action climatique. Ce qui n’est possible que si et seulement si les entreprises s’impliquent et que les Gouvernements l’accompagnent d’une politique stable et de nouvelles mesures incitatives.

Passer des idées aux actes, tel est l’un des thèmes majeurs de cette journée mondiale de l’action climatique durant laquelle les représentants des entreprises, des gouvernements et de la société civile se sont penché sur les innovations technologiques et politiques,  ainsi que les nouvelles formes de collaboration. L’idée développée est de mettre le monde sur la voie de la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris de 2015. Car, la Cop 21 a résolu de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2°C et la plus proche possible de 1,5°C. Environ un degré de cette hausse a déjà été atteint, ce qui souligne l’urgence d’aller beaucoup plus loin et vite dans la transformation mondiale vers une énergie propre. Pour autant que la réalisation de l’objectif de Paris est indissociable du succès des 17 Objectifs Développement Durable (ODD) à l’horizon 2030. Il s’agit de l’objectif 9  qui met l’accent sur bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourage l’innovation.

« Face au problème grandissant du changement climatique, l’instinct des entreprises n’est pas de rester passives mais d’agir et de trouver des solutions. La politique mondiale en matière de climat doit donc offrir le cadre nécessaire pour encourager le secteur privé à accroître ses investissements et à stimuler l’innovation dans le but de répondre aux objectifs de l’Accord de Paris », a déclaré John Danilovich, Secrétaire Général de la Chambre de Commerce Internationale.

Pour M. Valanko, l’Accord de Paris a donné naissance à une ambition commune sur le changement climatique, une base sur laquelle il faut prévoir des plans d’action nationaux et locaux clairs qui incluent l’innovation. C’est à ce niveau que les réductions réelles d’émissions auront lieu.

Pour illustrer ce propos qui incarne toutes les composantes essentielles à la réussite en matière d’innovation, le Conseil Mondial des Entreprises pour le Développement Durable (WBCSD) a lancé le même jour, les plateformes d’initiative below50 en Amérique du Nord, en Amérique du Sud et en Australie pour créer une demande et des marchés beaucoup plus grands pour les carburants durables.

Quid de l’initiative below50 ?

C’est une collaboration mondiale qui réunit l’ensemble de la chaîne de valeurs des carburants durables. Autrement dit, des carburants qui produisent au minimum 50% en moins d’émissions de gaz à effet de serre (CO2) que les carburants fossiles conventionnels. L’objectif étant de créer la demande et le marché de ces carburants pour un déploiement à grande échelle.

Ces plateformes ainsi crées  permettent aux entreprises de s’engager dans la campagne mondiale de below50, au niveau local. Chacune des plateformes cherche des solutions adaptées à sa région, incluant la politique locale, la sensibilisation et le financement. De ce fait, chaque plateforme est dirigée par un partenaire below50 et accueille des entreprises intéressées par le marché régional de carburants à faible teneur en carbone.

Les transports représentent près de 18% des émissions mondiales, et plus de 90% du secteur dépend encore des carburants fossiles riches en carbone. À ce jour, seuls 3% des carburants utilisés pour les transports sont faibles en carbone. Selon l’Agence Internationale de l’Énergie, s’il faut assurer la croissance économique et limiter le réchauffement de la planète en dessous de 2°C, 10% des carburants utilisés pour les transports devront être sobres en carbone d’ici 2030 et 30% d’ici 2050.

« Nous sommes à l’aube d’une nouvelle révolution industrielle. Grâce à l’innovation, les entreprises tournées vers l’avenir dépassent leurs objectifs en matière de climat, et réduisent ainsi leur empreinte carbone. C’est ce qui se passe aujourd’hui : des +technologies carbones intelligentes+ perturbent la chaîne de distribution des carburants et des produits chimiques, et des initiatives telles que below50 transforment cette approche en un mouvement mondial », a indiqué Freya Burton, Responsable du développement durable et des ressources humaines chez LanzaTech.

Ainsi, ce type d’innovation de partenariat et de volonté commune de réduire les émissions de carbone doit-elle être reproduit dans le monde entier.

De son côté, Rasmus Valanko, Directeur du climat et de l’énergie au WBCSD a relevé qu’un besoin d’innovation dans les politiques, les technologies et les méthodes de collaboration est important. Toutefois, le défi climatique ne sera pas résolu uniquement avec la technologie existante. Pour y parvenir, il faut plutôt s’investir dans les technologies et les partenariats, alors que la décarbonisation devient encore plus difficile. Car, Below50 ne représente pas seulement une technologie innovante, mais des moyens novateurs de partenariat avec les gouvernements pour créer des politiques capables d’apporter des solutions « bas carbone » aux marchés locaux.

Il faut signaler que arriver à la neutralité carbone nécessite d’identifier clairement les politiques qui fonctionnent et comment les reproduire dans d’autres régions du monde. Par exemple, grâce à below50, le Conseil Mondial des Entreprises pour le Développement Durable (WBCSD) travaille avec le gouvernement brésilien pour adopter les politiques de carburants bas-carbone de la Californie.

Et ce, en vue de créer des systèmes qui récompensent et encouragent l’investissement durable.

Judith Asina

Essayer encore

irdh

RDC : L’IRDH présente quatre critères de choix d’un bon candidat président

Les vingt-cinq candidats président pour les élections du 23 décembre 2018 en République Démocratique du …

Avez-vous aimé l'article? Laissez votre commentaire