mercredi, 15 août 2018
Home / A La Une / Avec l’appui du Coref : Les OSC se préparent à la participation au séminaire d’orientation budgétaires 2019
coref - atelier 1
les animateurs de l'atelier

Avec l’appui du Coref : Les OSC se préparent à la participation au séminaire d’orientation budgétaires 2019

Cet atelier lancé lundi 18 juin 2018 à Pullman poursuit plusieurs objectifs, notamment le renforcement des capacités des OSC dans la participation citoyenne pour améliorer la transparence et la redevabilité dans la gestion des finances publiques en général et du budget de l’Etat en particulier.  Pendant trois jours, les participants à ces travaux débattent sur comment clarifier certains concepts et stratégies pour finalement initier le mouvement d’harmonisation entre lesdites OSC de mêmes thématiques sur le Cadre Budgétaire à Moyen Terme (CBMT 2019-2021).

Pour Bishop Djamba du REGED, l’atelier de préparation de la société civile à la participation au séminaire d’orientation budgétaire 2019 est une activité devenue courante dans le processus d’élaboration du budget. Pour cela, les OSC sont appuyées par le projet Profit-Congo en vue d’être à même de pouvoir intervenir lors du séminaire et des conférences budgétaires. A cette étape, elles se préparent à s’impliquer dans le processus d’élaboration du budget en présentant ce qui est comme priorité des citoyens par rapport au projet du Gouvernement sur un ensemble de secteurs.

A l’en croire, plusieurs avancées sont déjà enregistrées depuis l’avènement de ces activités puisque de plus en plus, le Gouvernement et les institutions acceptent d’impliquer les citoyens dans le processus budgétaire, « Une chose qui n’existait pas avant », dit-il. Pour preuve, les documents budgétaires, le projet de loi des finances étaient des dossiers top-secret, mais aujourd’hui, sont désormais à la disposition des citoyens.

coref - atélier 2
les participants à l’atelier

Il se réjouit que certaines revendications que la société civile a présenté notamment par rapport à l’orientation des fonds secret de recherche, qui étaient répartis à tous les Ministères sans distinction, sont désormais réservés uniquement aux Ministères qui ont la charge de répression criminelle. Allusion faite ici au Ministère de la Justice ainsi que de l’armée, police et service de sécurité dont les observations de la société civile sur les allocations de ces institutions ont été prises en compte. Au-delà de cela, il soulève les questions de la dette publique qui fera dorénavant objet de plus d’informations sur entre autres l’encours et les intérêts.

Selon lui, les membres de la société civile sont préoccupés par le dépassement budgétaire, entendu que dans la programmation, certaines institutions ont été toujours favorisées au détriment de certains secteurs vitaux pour les citoyens. « C’est une préoccupation que les OSC soulèvent à ce niveau-ci. Si le budget ne peut être exécuté à au moins 60 %, à quoi sert son vote», regrette-t-il.

Différentes OSC participent à cette rencontre. Il s’agit au plan général de celles qui doivent participer au processus budgétaire sur les aspects de transparence et de participation citoyenne aux finances, recettes et dépenses publiques ainsi que le budget annexe et comptes spéciaux.

Au plan sectoriel, ce sont des OSC qui travaillent dans les secteurs prioritaires tels que l’agriculture, l’éducation, la santé, l’infrastructure et travaux publics ainsi que le développement rural.

Judith Asina

Essayer encore

Moise Katumbi

Majorité Présidentielle: Katumbi a une identité confuse et ne peut pas concourir aux élections

Dans un point de presse organisé ce mardi 14 aout au siège du Secrétariat Général …

Avez-vous aimé l'article? Laissez votre commentaire