vendredi, 19 juillet 2019
Home / A La Une / Beni et Butembo : Clinique ophtalmologique pour vérifier la santé oculaire des survivants d’Ebola
Clinique ophtalmologique pour vérifier la santé oculaire des survivants d’Ebola

Beni et Butembo : Clinique ophtalmologique pour vérifier la santé oculaire des survivants d’Ebola

Dans le cadre du programme national de suivi des vainqueurs d’Ebola, le Ministère de la Santé et l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) ont installé une clinique ophtalmologique à Beni et Butembo afin de vérifier la santé oculaire des survivants et de leur fournir des soins spécialisés le cas échéant. Car, 20 % des survivants d’Ebola développent des problèmes oculaires de différentes formes dont une inflammation des yeux pouvant mener à la perte totale de la vue.

Le Ministère de la santé qui donne cette information indique que c’est la première fois qu’un suivi ophtalmologique des survivants est mis en place aussi rapidement après la sortie des survivants des Centres de Traitement Ebola lors d’une épidémie active.

Les recherches effectuées au cours des dernières années sur les personnes ayant survécu à la Maladie à Virus Ebola (MVE) ont révélé que près de 20 % d’entre eux développent des problèmes oculaires de différentes formes dont une inflammation des yeux pouvant mener à la perte totale de la vue. Un diagnostic et un traitement précoces de ces problèmes limitent les risques de séquelles graves.

Les deux partenaires de ce projet sont l’Université Emory et de Caroline du Nord, deux campus américains. Durant leur mission en République Démocratique du Congo, les ophtalmologues internationaux ont effectué des sessions de remise à niveau de leurs collègues congolais. Dix ophtalmologues congolais ont été formés sur les moyens de diagnostiquer et de traiter les problèmes oculaires liés au virus Ebola.

Pour rappel, le Ministère de la Santé et ses partenaires ont créé un programme national de suivi des vainqueurs d’Ebola. Ledit  programme prévoit le suivi clinique, biologique et psychosocial mensuel des survivants de cette maladie.

Statistiques

Depuis le début de l’épidémie jusqu’au lundi 29 janvier 2019, le cumul des cas est de 1.466, dont 1.400 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 957 décès parmi lesquels 891 confirmés et 66 probables ainsi que 411 personnes guéries. Aussi, 239 cas suspects sont-ils en cours d’investigation ; 27 nouveaux cas confirmés, dont 10 à Katwa, 6 à Mandima, 5 à Mabalako, 2 à Beni, 2 à Musienene, 1 à Mutwanga et 1 à Butembo. Il y a également 26 nouveaux décès de cas confirmés, dont 15 décès communautaires/hospitaliers parmi lesquelles 8 à Katwa, 3 à Mandima, 2 à Mabalako, 1 à Musienene et 1 à Beni ; 11 décès au CTE/CT, dont 5 à Mandima, 4 à Katwa et 2 à Butembo ; 1 nouveau guéri sorti du CTE de Komanda.

En dépit de cela, 107.565 personnes ont été vaccinées, répartis à 28.826 à Katwa, 23.107 à Beni, 13.246 à Butembo, 6.964 à Mabalako, 4.862 à Mandima, 3.269 à Kalunguta, 3.070 à Goma, 2.729 à Oicha, 2.699 à Komanda, 1.915 à Vuhovi, 1.889 à Masereka, 1.748 à Kyondo, 1.630 à Kayina, 1.487 à Bunia, 1.357 à Karisimbi, 1.313 à Lubero, 1.047 à Musienene, 1.025 à Biena, 772 à Mutwanga, 690 à Rutshuru, 557 à Rwampara (Ituri), 527 à Nyankunde, 496 à Mangurujipa, 420 à Mambasa, 355 à Tchomia, 342 à Kirotshe, 333 à Lolwa, 254 à Alimbongo, 250 à Mweso, 245 à Kibirizi, 161 à Nyiragongo, 97 à Watsa (Haut-Uélé) et 13 à Kisangani.

Il faut signaler que le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Éthique dans sa décision du 19 mai 2018.

Judith Asina

Essayer encore

rdc-prison

Non-respect de la grâce présidentielle : La FBCP plaide pour la poursuite de la libération des prisonniers

Elle constate que sur les 700 prisonniers graciés par le Président de la République, moins …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire