fbpx
jeudi, 13 décembre 2018
Home / A La Une / Beni : La persistance de l’insécurité conduit les enseignants à suspendre les cours
Des élèves et écoliers de Beni manifestent dans les rues ce mercredi 10 octobre
Des élèves et écoliers de Beni manifestent dans les rues ce mercredi 10 octobre (Ph. Tiers)

Beni : La persistance de l’insécurité conduit les enseignants à suspendre les cours

A l’issue d’une réunion tenue ce mercredi 10 octobre à Oicha, chef du territoire de Beni, les enseignants regroupés au sein du SYECO (Syndicat des Enseignants du Congo) et du SYNECAT (Syndicat National des Ecoles conventionnées catholiques) jugent mieux de suspendre les cours. Cette décision est consécutive à l’insécurité qui endeuille la ville et le territoire de Beni depuis plus de quatre ans.

Plus de soixante enseignants ont répondu présents à l’invitation des deux syndicats des enseignants pour une assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue ce mercredi 10 octobre à Oicha. Selon l’esprit de l’invitation, l’objectif était d’évaluer la faisabilité de poursuivre les cours pendant cette période où l’activisme des hommes en armes cause du tort à plusieurs familles de Beni ville et territoire. « Nous avons demandé à tous les enseignants de rester à la maison jusqu’à ce la sécurité soit rétablie sur toute l’étendue de la ville et territoire de Beni », a déclaré Paluku Bambirikire Ghislain, secrétaire du Syeco Beni, joint au télépphone par matininfos.net.

Cette décision du SYECO et SYNECAT est intervenue au lendemain de celle des comités des parents de la ville de Beni. Depuis le lundi 8 octobre, plusieurs écoles de la commune Ruwenzori en ville de Beni ont mis des cadenas sur leurs portes. « Les cours ne pourront reprendre qu’en janvier 2019. A condition que la sécurité revienne dans notre ville », indique un des responsables d’une école et qui a jugé quitté Beni pour s’installer temporairement à Butembo.

Beni, une futur Soweto en RDC ?   

Pendant que les enseignants suspendent les cours pour revendiquer le retour de la sécurité, des élèves et écoliers, de leurs côtés, descendent dans les rues pour manifester aussi contre l’insécurité. Ils ont manifesté ce mardi et mercredi sur le boulevard Nyamwisi. Dans d’autres écoles, les cours sont perturbés depuis le lundi 8 octobre. On se croirait dans le film « Sarafina » avec des enfants de Soweto, en Afrique du Sud pour lutter contre l’apartheid. Malgré l’innervation des éléments de l’ordre qui lance des gaz lacrymogènes et en balle réel pour disperser ces manifestations, ces jeunes dont l’âge varie entre 8 et 18 ans, ne décolèrent pas.

Umbo Salama

Essayer encore

CENI - ENTREPOT EN FEU

RDC: incendie dans l’un des entrepôts centraux de la CENI (communiqué)

Dans un communiqué rendu public jeudi 13 décembre 2018, dont une copie est parvenue à …

Avez-vous aimé l'article? Laissez votre commentaire