lundi, 18 juin 2018
Home / A La Une / Cinquième édition de la semaine française: Le potentiel économique de la RDC pour augmenter l’offre de la France
signature du contrat entre la ministre de la jeunesse et le Dg de Systemis
signature du contrat entre la ministre de la jeunesse et le Dg de Systemis

Cinquième édition de la semaine française: Le potentiel économique de la RDC pour augmenter l’offre de la France

C’est She Okitundu, Ministre d’Etat en charge des Affaires Etrangères qui a lancé hier, mercredi 13 juin 2018, à Pullman  Kinshasa, la cinquième édition de la semaine française. Un évènement qui a été caractérisé essentiellement, par la signature officielle d’un contrat de partenariat avec « Systemis », une entreprise française spécialisée dans la formation, fruit des éditions précédentes.  

Le Gouvernement avec à sa tête le Ministre d’Etat en charge des affaires Étrangère, ainsi que les délégations l’ambassade de France en RDC et de la CCIFC ont visité les stands, après la coupure symbolique du ruban. Une édition qui est placée sous le thème, la sécurisation des affaires.

She Okitundu - Semaine Francaise
lancement de la semaine française par She Okitundu

Lors de son speech, Ambroise Ambroise Tshiyoyo, président de la Chambre de Commerce et Industrie Franco-Congolaise (CCIFC) qui organise cette évènement a indiqué que la production des biens et service est une nécessité vitale à la survie d’une nation et par conséquent  il faut donner l’occasion aux opérateurs économique de s’approprier de la RDC. C’est dans ce contexte qu’est placé ce thème qui, en réalité, compte créer des conditions de la relance de l’économie de la RDC et de favoriser une croissance durable des investissements. Allusion faite à une croissance durable inclusive qui n’est possible que par la diversification de l’économie et l’installation d’une chaine de valeur, à travers le secteur agroindustriel dans lequel les hommes d’affaires français détiennent des qualités importantes et une expertise séculaire.

Cependant, ce message optimiste de la CCIFC sur les opportunités d’affaires ne signifie pas qu’en RDC tout va bien. Il rappelle à cet effet que la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) a soulevé lors de son discours bilan exercice 2017, la question de la détérioration du climat des affaires qui est due principalement à l’absence d’une force de l’administration publique de la RDC. A ce sujet, il indique que le Gouvernement a encore beaucoup à faire pour assurer surtout la sécurité juridique et judiciaire.

Pour lui, le moment est choisi pour la CCIFC de se saisir des thèmes qui seront abordés, pour  appréhender des sujets tels que difficultés liées à la formation professionnelle, aux questions liées à la sécurité juridique et judiciaire. Car, à travers ces conférences et rencontre B2B, la CCIFC cherche comment augmenter le volume de l’offre économique de la France en RDC et mettre en exergue le potentiel économique du Congo ainsi que son savoir-faire.

She Okitundu - Semaine Francaise -
De G à D: Ambroise Tshiyoyo, She Okitundu et Alain Remy

Alain Remy, Ambassadeur de la France en RDC de son côté, a relevé l’importance des délégations des entreprises françaises qui participent à cette cinquième édition. Une preuve que cette semaine de Kinshasa stimule déjà les entreprises françaises en RDC, d’autant plus que la vision est d’inscrire cet évènement dans les besoins économiques de la RDC.

Relation privilégiée sur la francophonie

She Okintundu a souligné à son tour, a salué les relations bilatérales entre Kinshasa et Paris qui sont particulièrement bonnes, quelques soit la conjoncture politique de part et d’autre.

Il précise que ladite relation se nourrit sur un lien privilégié qui est la francophonie et souhaiterait de bon adroit que le sort de cette organisation n’exclut pas la RDC, entant que plus grand pays francophone.

« Il est important que plus d’entreprises investissent en RDC au travers la langue française », a-t-il insisté puisqu’ayant remarqué la frilosité de ces entreprises en RDC alors que la langue est un facteur important, surtout que les entrepreneurs doivent apprendre à prendre des risques. Ainsi, lance-t-il un appel aux investisseurs français, d’emboîter les pas à certaines d’entre elles qui ont accepté de s’y mettre. Une main tendue, se référant au bilan de celles qui existent déjà et sont concentrées, entre autres dans les domaines d’équipement mécanique à 3 % ; produit pharmaceutique à 28 % ; produit agricoles et agroalimentaire à 24 %.

Il a tout de même félicité la coopération française, se focalise dans le domaine de régulation, la protection de l’environnement et la biodiversité, l’appui de la santé. Au-delà de cela, des actions sont également menées dans le domaine de la gouvernance, soutient aux administrations financière à l’instauration de l’Etat de droit de l’enseignement de français et la diversité culturel. Mais le Gouvernement plaide pour un rôle plus accrue de l’AFD.

Judith Asina

Essayer encore

she okitundu - TV5 Monde 1

She Okitundu: « Les élections auront lieu le 23 décembre comme prévu dans le calendrier électoral publié par la CENI »

Léonard She Okitundu, vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la République Démocratique du …

Avez-vous aimé l'article? Laissez votre commentaire