fbpx
jeudi, 21 mars 2019
Home / Culture / Kinshasa : Les préparatifs du festival de l’unité culturelle conjugué au féminin vont bon train
une vue de l'équipe organisateure du festival -
une vue de l'équipe organisateure du festival (Photo Judith asina)

Kinshasa : Les préparatifs du festival de l’unité culturelle conjugué au féminin vont bon train

Une première en RDC. Du 24 au 25 décembre, la ville de Kinshasa vivra au rythme de la première édition du festival de l’unité culturelle conjugué au féminin. Organisé par le centre culturel Guez Arena avec l’association « Mwasi ya Kilo », cet évènement vise la promotion de l’entreprenariat culturel en mettant la femme en avant-scène.

« Influençons les bonnes manières et les bon déroulements des affaires tant culturelles, économiques que politique », est le thème choisi pour cette première édition. Les organisateurs dudit festival l’ont annoncé au cours d’une rencontre avec la presse mardi 23 octobre 2018. Au programme, des conférences, spectacles et expositions ainsi que des remises des diplômes de mérite.  Cet évènement d’après Aicha Dindi, Coordonnatrice de ce festival, fait aussi appel aux différents acteurs toujours prêts à s’embarquer dans l’aventure. Car, son rôle fédérateur consiste à influencer un climat des affaires culturelles, révolutionnaire, dans le chef des artistes et opérateurs congolais féminin, dans un espace de biodiversité, pour rencontrer un nouveau public, nouveau concept et nouveau genre, au sein du « village Temba » qui va accueillir ledit festival. Il sera également question d’un ensemble d’initiative qui s’appuie sur l’implication d’autres artistes déjà connus sur la scène kinoise qui feront connaître l’objectif de ce festival. Ainsi, le concept « basi na basi » (les femmes entre elles en lingala) trouvera-t-il son sens.  Cela, pourvu que l’art joue son rôle d’adoucir les mœurs, et que la femme calme les esprits.

En effet, le concept s’étale sur trois principes-clés. Il sera question ici de briser le concept : « muasi atongaka mboka te » (les femmes ne construisent pas en lingala) ; que les femmes s’expriment à travers l’art pour apaiser les esprits sur les enjeux de l’heure ; inciter la relève de la gent féminine dans la culture congolaise.

Didier Besongo, chargé de l’administration et finances a martelé de son côté que ce festival est apolitique.

Judith Asina   

Essayer encore

Artiste Marche

Omis dans 100 jours prioritaires : Les artistes projettent une marche le 20 mars à Kinshasa

« 100 jours du Président de la République est sang culture », c’est selon ce thème que …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire