dimanche, 20 mai 2018
Home / A La Une / [Marche du 31 décembre, discours de Monsengwo] Stephen Bwansa craint l’ingérence et la division
stephane-bwasa

[Marche du 31 décembre, discours de Monsengwo] Stephen Bwansa craint l’ingérence et la division

Le chaos politique entretenu loin de la terre congolaise dans certains coins du monde avec pour objectif est de diviser, consiste en un projet puissant, visant à pousser certains fils du pays d’être à la base de la division du pays. Dans cette tribune, Stephen Bwansa, Secrétaire Exécutif du PPRD/chine interpelle les uns et les autres sur le mouvement qui se trame derrière tous ces appels à manifester, en utilisant l’influence populaire des leaders avec espoir de prendre le règne du pouvoir. Entre-temps, celui qui se croit accepter par le peuple, cherche à comment créer un culpabiliser son adversaire  pour le faire condamner.

Il se réfère à un adage de Voltaire qui dit : « il vaut mieux hasarder de sauver un coupable que de condamner un innocent ». Il s’agit des coupables et innocents qu’il tire d’une réalité qui semble devenir répétitif dans les annales de la République.

Pour ce faire, il recommande à la population congolaise en général et les opposants en particulier de se méfier de toutes formes d’ingérence au système qui ne permet pas de consolider les bonnes relations diplomatiques et économique  avec tous les amis du Congo pour son développement.

Certaines personnalités, pourtant bergers considérées comme fierté et patrimoine national pensent aujourd’hui que la fumée qui s’est volatilisée au-dessus du territoire est la cause qui brûle l’environnement social. Alors qu’au contraire, cette situation est due aux mauvaises perceptions et jugement de certains leaders politiques africains en général et congolais en particulier.

« Les vérités que nous prétendons avoir sur le Congo doivent nous pousser à la retenue, aux discussions dures, franches et honnêtes, dans un cadre spécifique, pour éviter de répéter les erreurs qui avaient précipité la disparition physique de Lumumba. Bref s’abstenir de créer des martyrs », soutient Stephen Bwansa. Il tire une sonnette d’alarme sur cette manie de livrer les leaders politiques de manière délibérée, entre les mains des intérêts internationaux, dont la seule vision consiste à s’accaparer une grande partie des richesses de la RDC.

D’où l’importance de diagnostiquer, sur base des bonnes analyses pour que les ennemis de la République n’en sortent victorieux.  « Quel est cet état pour lequel à chaque croisée de l’histoire, ses enfants sont toujours condamnés sans jugement et à cause de la fumée dont le feu est allumé en dehors du territoire national ? », Réfléchi-t-il.

Il souhaite de ce fait, qu’un regard soit fixé plus loin et en profondeur, autour d’une politique responsable, tout en évitant que les autres prennent toute une nation comme aveugles et des incapables de la République.

Empoisonnement de la vie politique

D’une manière juridique et sociale, Stephen Bwansa suppose que l’Autorité publique démocratique élue est investie de puissance légitime, qui émane des lois, lui donnant ainsi le droit d’agir pour le bien de son peuple et de l’Etat.  Car après l’indépendance, le premier leader était déjà condamné sans avoir posé l’acte, encore moins, sans être entendu par procès-verbal.

Les éléments de vérité qui ont précipités la condamnation à la soumission et la désignation du Premier premier Ministre comme étant un coupable politique congolais passent souvent sous silence dans les églises de la RDC. « Pourquoi même en parler puisqu’ils sont déjà tous morts ? », s’indigne-t-il.

Et le peuple ne sachant plus à qui faire confiance, risque un faux pas de trahison voilée, contraire aux institutions nationale, les mêmes causes produisant les mêmes effets. Car, l’environnement basé sur les idéologies politiques de l’extérieur était la première fondamentale qui devait amener à construire notamment dans la sérénité, diversité et unité, avec un partenariat social, culturel, politique, économique et industriel varié. Cela, en vue de booster la nation au rang des nations responsables loin des condamnations et accusations d’intérêt politique et parfois de religion de la terre.

Stephen Bwansa relève ici que l’histoire politique de la RDC renseigne que les contestations sociaux capables de renverser un pouvoir politique légitime trouve son fondement dans les contestations publiques de masse entretenues par des forces occultes.  Après plus de 50 ans d’indépendance, il est normal que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Beaucoup de ressemblances et de coïncidence dans l’histoire congolaise en particulier et d’Afrique en général, qui pousse à se poser des questions sur les effets et sources de ce cercle vicieux.

Judith Asina

Le chaos politique entretenu loin de la terre congolaise dans certains coins du monde avec pour objectif est de diviser, consiste en un projet puissant, visant à pousser certains fils du pays d’être à la base de la division du pays. Dans cette tribune, Stephen Bwansa, Secrétaire Exécutif du PPRD/chine interpelle les uns et les autres sur le mouvement qui se trame derrière tous ces appels à manifester, en utilisant l’influence populaire des leaders avec espoir de prendre le règne du pouvoir. Entre-temps, celui qui se croit accepter par le peuple, cherche à comment créer un culpabiliser son adversaire  pour…

Vue d'ensemble de l'évaluation

Laissez votre avis

User Rating: Be the first one !