fbpx
jeudi, 13 décembre 2018
Home / A La Une / Nord-Kivu: Sept épouses des militaires arrêtées pour avoir soutenu M. Fayulu
Martin Fayulu MAFA 4
Le candidat Martin Fayulu à Goma, le 6 décembre 2018. © REUTERS/Samuel Mambo

Nord-Kivu: Sept épouses des militaires arrêtées pour avoir soutenu M. Fayulu

Le collectif  des notabilités du Nord-Kivu, en République Démocratique du Congo, dénonce cette arrestation  à travers une déclaration signée par Jean-Paul Lumbulumbu, le Point Focal.

En effet, les sept femmes 7 femmes civiles épouses et veuves militaires arrêtées le matin du vendredi 7 décembre 2018 au camp Katindo  à Goma, étaient présente à l’aéroport de cette ville en vue d’accueillir  Matin Fayulu, candidat Président de la République pour le compte de la coalition Lamuka.  Il leur ai également reproché le fait d’avoir exprimé par calicot leur volonté de voir s’améliorer la situation des femmes et veuves militaires.  Selon cette déclaration, Elles sont détenues depuis 6h00 au cachot du T2 à Goma où cette Organisation de la Société Civile leur a rendu visite.

Sur cette liste d’arrestation figure Alphonsine Mukonkole(54 ans),  Mukaji Mwimi Perpetue (53 ans), Mwimini Ruth(40 ans), Mavuba(38 ans avec un enfant de 3 ans),  Mutetela Marie(62ans),  Anita Nziyamba(56ans),  Furaha Mubalama(38 ans avec un bébé d’une année).

Le collectif des notabilités du Nord Kivu condamne fermement cette arrestation qu’il qualifie d’arbitraire et qui viole la liberté d’expression pourtant garantie par l’article 23 de la constitution a toutes et tous. Il s’agit d’un article qui stipule : « Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit implique la liberté d’exprimer ses opinions ou ses convictions, notamment par la parole, l’écrit et l’image, sous réserve du respect de la loi, de l’ordre public et des bonnes mœurs ».

Aussi, ce collectif rappelle-t-il que les épouses et veuves des militaires autant que leurs enfants  ne sont pas soumis au statut de leurs maris. Elles ont des droits reconnus a tous citoyen Congolais notamment celui de s’exprimer et d’avoir une préférence surtout dans cette période électorale. Elles votent, comme tout citoyen, contrairement à leurs époux qui, eux, sont dépourvus du droit de vote.

Le Collectif des notabilités du Nord Kivu en appelle au sens de responsabilité des autorités militaires pour libérer ces femmes qui n’ont rien fait que d’exercer leur liberté d’expression  sur leurs conditions de vie. Il appelle la Monusco, les organisations des droits des femmes, Human Right Watch a se saisir du dossier le plus tôt pour un plaidoyer en faveur des femmes ainsi arrêtées.

Judith Asina

Essayer encore

CENI - ENTREPOT EN FEU

RDC: incendie dans l’un des entrepôts centraux de la CENI (communiqué)

Dans un communiqué rendu public jeudi 13 décembre 2018, dont une copie est parvenue à …

Avez-vous aimé l'article? Laissez votre commentaire