fbpx
jeudi, 25 avril 2019
Home / A La Une / Projet TRANSAQUA : Le CORAP appelle Fatshi au respect de la constitution et la loi relative à l’eau
Kinshasa
Une vue de la ville de Kinshasa, prise depuis Brazzaville (Photo, Alfred Ntumba/Environews)

Projet TRANSAQUA : Le CORAP appelle Fatshi au respect de la constitution et la loi relative à l’eau

Elle est préoccupée sur la problématique des études d’impact environnementale et sociale du transfèrement des eaux du fleuve Congo vers le lac Tchad. La Coalition des Organisation de la Société civile pour le suivi des Réformes et de l’Action Publique (CORAP) tient mordicus à ces processus avant toutes tentatives de mise en œuvre du projet susmentionné, en plus des réflexions intenses qui doivent être faites sur le changement climatique à travers l’exploitation des eaux.

Elle a fait cette réaction, à l’issue de l’intervention de Felix Tshisekedi, Président de la RDC lors de son passage au Rwanda, où il avait fait mention à la question du transfert des eaux du fleuve Congo vers le lac Tchad, en ses termes : « Au sujet de l’eau, qui est aussi une des batailles à venir. On peut réfléchir à des solutions, au niveau de l’embouchure juste un tout petit peu avant la rencontre avec les eaux de l’océan, il y a moyen de capter cette eau du fleuve et de l’envoyer via des pipelines à des pays qui en ont besoin plutôt que d’aller dans ce qu’on a proposé   à un moment donné au Tchad, c’est-à-dire le fait de dévier le fleuve Ubangi ce qui peut avoir des conséquences y compris sur l’énergie, notamment les tourbières qui servent au monde entier de poumon pour absorber les carbones. Nous pensons qu’il y a d’autres solutions et la RDC est prête à les proposer à ses partenaires pour réussir cette intégration qui nous tient tant à cœur ».

Tout en restant solidaire au peuple tchadien qui connaît le grave problème de sécheresse, la CORAP signifie que quelques soit la nature du projet qui consistera au transfèrement des eaux du fleuve Congo vers le Tchad, il y’a nécessité de procéder par des bonnes études d’impact environnemental, social et bien déterminer les aspects économiques. Et ce, sans oublier le respect de la constitution et la loi relative à l’eau.

Elle rappelle qu’à son temps, la Société Civile s’était prononcée contre le développement du projet TRANS AQUA, qui allait consister au transfèrement des eaux de la rivière Oubangui vers le Lac Tchad, parce qu’il accusait beaucoup des menaces sur la sécurité et la paix en RDC, qui pourra entraver même le processus électoral ; sur l’économiques avec impacts négatifs notamment la pauvreté et la faim peuvent surgir dans la région. Cela, entendu que la majorité des communautés ne vivent que de la pêche et de l’agriculture pratiquée le long de ces cours d’eau ; sur la violation des normes internationales et nationales, entre autres le principe de Dublin N°25, la constitution de la RDC dans son article 566, les articles 517 et 538 de Loi n° 15/026 du 31 décembre 2015 relative à l’eau, etc.

Aussi, la Société Civile avait-elle constaté avec regret que la RDC ne participe pas dans les discussions sur l’avenir du lac Tchad, malgré son statut de membre observateur de la CLBT. En son temps, elle avait fustigé le silence observé dans le Chef des Autorités de la RDC en rapport avec ledit projet.

Judith Asina

Essayer encore

Jeanine Mabunda

RDC: Jeanine Mabunda élue présidente du bureau définitif de l’Assemblée nationale

La députée nationale PPRD, Jeanine Mabunda Lioko a été élue ce mercredi 24 avril présidente …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire