samedi, 19 octobre 2019
Home / A La Une / RDC : Contrôle technique des véhicules à Kinshasa, Un moratoire de deux mois accordé aux automobilistes
taxis-ketch

RDC : Contrôle technique des véhicules à Kinshasa, Un moratoire de deux mois accordé aux automobilistes

C’est finalement au mois de juin 2019 que va avoir lieu le contrôle technique des véhicules qui roulent à Kinshasa. Le contrôle technique qui devrait débuter lundi 15 avril dans la ville de Kinshasa  avait entre autre pour objectif  de minimiser les risques d’accidents dus aux défaillances techniques des engins roulants.

Le général Kasongo,  inspecteur provincial de la police  qui s’est exprimé sur une radio émettant à Kinshasa n’a pas du tout  donné  de  jour précis pour le lancement de cette opération. Il  a seulement relevé que le gouvernement provincial, initiateur du contrôle technique, accorde un moratoire de deux mois aux détenteurs de véhicules pour se conformer à cette disposition.

Selon le gouvernement provincial de Kinshasa, après le contrôle, les voitures en panne, devront être réparés dans un délai d’environ 15 jours, avant de revenir au Centre pour une dernière check-in technique.

C’est seulement après ce dernier contrôle que les automobilistes concernés pourront bénéficier d’un Procès-verbal de contrôle technique automobile, attestant que le véhicule est en bon état. Un certificat de contrôle technique est alors délivré au propriétaire du véhicule. Passé le délai de contrôle technique, le conducteur sera passible d’une amende transactionnelle.

Mais sur le terrain, les choses se passent autrement. A la foire internationale de Kinshasa par exemple, un des sites retenus pour le contrôle technique, les propriétaires des véhicules qui se sont rendus sur place ne sont pas du tout d’accord avec la manière dont se fait ce contrôle.

« En cas d’anomalie, on doit vous demander de voir un mécanicien, réparer et revenir pour avoir le certificat de contrôle technique. Mais quand vous passez par ici, vous récupérez directement le document, sans voir un mécanicien », déplore un chauffeur trouvé  à la FIKIN. Il estime que cela « fragilise même la finalité de l’opération. »  Pour un autre  «  Dès que tu arrives, on n’arrange rien. On vous donne juste un papier, sans réparer. C’est du commerce ».

PB

Essayer encore

CENI - Nanga et Lumanu

CENI : Des organisations citoyennes disent non au remplacement de Corneille Nangaa par Adolphe Lumanu

Dans un communiqué conjoint, l’Association Africaine de défense des droits de l’Homme (ASADHO), l’Institut de …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire