lundi, 18 juin 2018
Home / A La Une / RDC: Faudrait-il considérer les ministres issus de l’opposition la qualité toujours d’opposant?
Jean Lucien Bussa

RDC: Faudrait-il considérer les ministres issus de l’opposition la qualité toujours d’opposant?

En Rdc, toute personnalité de l’opposition qui devient ministre perd sa qualité d’opposant. Cependant, le contexte actuel demeure différent. Les ministres issus de l’opposition y ont été sur base des accords soit de la cité de l’Union africaine (Mbikayi, Makila, Bitakwira, Bussa, etc) soit celui du centre interdiocésain ( Tshibala, Nyango, Lisanga Bonganga, etc).

En effet, observant le comportement des uns et des autres, deux attitudes se dégagent parmi ces opposants devenus ministres. Certains optent pour le silence, d’autres communiquent librement et deviennent plus que bavards. De ceux qui communiquent, leurs opinions sont à ce jour classées comme celles de la mouvance présidentielle: il s’agit d’une MP prolongée disent certains analystes politiques. D’autres les appellent les débauchés du régime. Ceux qui gardent silence, leur silence est considéré comme un silence complice par les autres membres de leur parti.

Si Steve Mbikayi, Justin Bitakwira, Thomas Luhaka, etc parlent librement,  José makila, jean Lucien Bussa, etc restent aux abonnés absents. Le silence de Jean Lucien Bussa crée des malaises dans son parti. Le président du CDER vit  comme une tortue qui sort sa tête de sa carapace et la remet aussitôt un danger est pressenti.

Par son silence, rien ne va au CDER-Convention des démocrates Rénovateurs de Jean Lucien Bussa, considéré comme opposant à la solde de Joseph Kabila. Des cadres et militants de ce parti politique, nouvel allié de la MP, fustigent le silence coupable de Bussa sur la crise politique qui secoue le pays. Depuis qu’il est devenu ministre, Bussa ne parle plus. Le parti ne communique plus sur les enjeux politiques qui défrayent la chronique politique.

Ce qui n’était pas le cas avant qu’il ne soit nommé ministre, se plaint un cadre du CDER qui a requis l’anonymat. Christ Mukendi, secrétaire national à la mobilisation au CDER, avait aussi fustigé la position, s’il faut le dire, de Bussa, à savoir se taire sur la crise politique que connait la Rd-Congo. A son poste, Mukendi disait que le 31 décembre 2017 «Kabila doit partir». Mukendi avait affirmé auprès d’un autre membre du CDER que la position du parti le met en difficulté au sein de l’opinion qui le traite déjà de Kabiliste. Entretemps, Bussa, lui, est devenu aphone.

Si certains opposants montent au créneau du fait que le président de la ceni ait annoncé qu’il serait impossible que les élections aient lieu en décembre 2017, ceux qui sont au gouvernement abondent dans le même sens que corneille nanga.

Pour Jean Lucien bussa,  l’accord de la Saint Sylvestre ne prévoyait aucun chronogramme des élections à la fin du mois de décembre. D’où, le report des élections n’est pas une surprise pour lui.

Cette position n’est pas partagée par les autres opposants. Qu’est ce qui ferait que les langages des opposants ministres changent? La réponse est simple «chacun protège son poste. C’est la raison pour laquelle, certains se taisent et n’aiment plus faire des déclarations au risque de perdre leur poste. Pourtant c’est leur parti qui se meurt du fait de leurs intérêts personnels.

Joël imbole

Essayer encore

she okitundu - TV5 Monde 1

She Okitundu: « Les élections auront lieu le 23 décembre comme prévu dans le calendrier électoral publié par la CENI »

Léonard She Okitundu, vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la République Démocratique du …

Avez-vous aimé l'article? Laissez votre commentaire