mardi, 20 février 2018
Dernières nouvelles
Accueil / Revue de presse / Revue de presse congolaise de mardi 3 octobre 2017
Revue de presse congolaise de mardi 3 octobre 2017
Journaux-RDCongo,

Revue de presse congolaise de mardi 3 octobre 2017

Passeport biométrique, la question des élections et la relation entre Katumbi et Tshisekedi font la Une des journaux parus mardi 3 octobre à Kinshasa.

L’Avenir plante le décor du discours du Vice-Premier ministre et ministre des Affaires Etrangères et Intégration régionale, Léonard She Okitundu. Lundi 2 octobre, devant les députés nationaux dans le cadre du contrôle parlementaire. Il devrait répondre à une question orale avec débat du député national Juvénal Munubo Mubi à la suite de l’invalidation des passeports semi-biométriques, dont la validité tombe le 16 octobre.

Selon le quotidien, She Okitundu a fait part à la population «des mesures de facilitation édictées par le Président de la République.»

«Pour les détenteurs de l’ancien passeport dont la date d’expiration arrive à échéance dans les années 2019 et 2020, l’acquisition du nouveau passeport se fera moyennant paiement d’un forfait de 100 dollars Us au lieu de 185 $. La date de la mise en application de la mesure gouvernementale a été prolongée jusqu’au 14 janvier 2018», peut-on lire dans les colonnes du journal.

7sur7.cd croit savoir que ces mesures ont été prises «certainement pour faire baisser la tension suscitée par le communiqué du 16 septembre dernier du vice-ministre des Affaires étrangères ». Lequel annonçait le retrait ou l’invalidation des passeports dits semi-biométriques le 16 octobre.

Pour ce média en ligne, cela ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un rétropédalage du gouvernement congolais et une demi-victoire pour tous ceux qui d’une manière ou d’une autre ont contesté cette décision du gouvernement.

Il n’y aura plus de cachet des services de migration sur les anciens passeports, annonce pour sa part Forum des As.

A l’embarquement comme au débarquement, le cachet des services de migration ne sera apposé que sur le passeport biométrique, rapporte le journal, qui fait remarquer : «D’ores et déjà, on peut s’imaginer l’ampleur de la pression qui entourera cette innovation. Une pression certes, réelle», reconnait le quotidien.

Le vice-Premier ministre Léonard She Okitundu le sait mieux que quiconque. En diplomate avisé, Shé anticipe la tempête. « Les agents de la Chancellerie du ministère des Affaires étrangères et toutes les missions diplomatiques de la RD Congo à l’étranger sont préparés pour s’adapter aux fortes pressions prévisibles», rassure le vice-Premier ministre cité par Forum des As.

En ce qui concerne les Congolais de l’étranger, le numéro 1 de la diplomatie congolaise a informé la plénière de l’Assemblée nationale de la création d’un Guichet unique au sein du ministère des Affaires étrangères. Le but, selon lui, est de faciliter à ces Congolais de la diaspora, toutes les démarches relatives à l’obtention du nouveau Laissez-passer biométrique.

La problématique que suscite la décision de l’invalidation des passeports biométriques est la portée juridique d’une telle mesure, s’interroge Le Potentiel, qui reprend l’intervention du député Jean-Baudouin Mayo : «un gouvernement sérieux peut-il décider par simple communiqué alors que la Constitution donne la possibilité d’agir par décret ou par arrêté? ». Selon lui, le peuple ne peut pas payer des insuffisances de l’administration. «Les choses restent en l’état. Il n’y a pas de décision. Il n’y a rien à appliquer. Sinon, c’est l’arbitraire », a-t- il martelé.

Pour Alonga, les contraintes sécuritaires évoquées sont farfelues parce qu’à l’Assemblée nationale, il y a des gens qui ont double nationalité et ne sont jamais inquiétés. Bien plus, l’OACI ne table que sur la lisibilité à la machine des passeports semi-biométriques. Ainsi, soutient-il, la mesure doit être retirée parce qu’elle entrave le droit et restreint les libertés.

Christian Mwando a illustré la désapprobation par un exemple pratique : « Un fabricant vous vend son véhicule avec une garantie de 5 ans. Au bout de deux ans, il constate un défaut de fabrication. Plutôt que de changer son article vendu, il vous exige d’aller le rendre et d’acheter une nouvelle.»
Dans son analyse, Le Potentiel qui reprend quelques interventions des députés provinciaux note que «le gouvernement est entre deux feux : rapporter sa décision ou dispenser des frais les détenteurs.»

Le vice-Premier ministre dispose de 24 heures pour rencontrer les préoccupations soulevées par les députés.

Tshisekedi et Katumbi restent unis

Annoncés sur le point de rupture, Katumbi et Félix posent ensemble dans un cliché publié sur twitter dans la nuit de lundi à mardi 3 octobre, informe Cas-info.ca.

Même si le lieu et les circonstances de la photo n’ont pas été révélés, ce média en ligne pense que les deux hommes donnent rendez-vous à Joseph Kabila : «ensemble et déterminés pour l’alternance pacifique en RDC avant le 31 décembre 2017. Aucune compromission, aucun dialogue», écrit Cas-info.ca qui reprend le tweet de Félix Tshisekedi.

C’est du bluff, renchérit Le Potentiel. A ce sujet, le journal fait remarquer que dans l’entourage du Rassemblement, il s’agit bien d’un coup fourré de la MP destiné à fragiliser l’Opposition et la mettre n porte-à-faux vis-à-vis du peuple congolais et de la communauté internationale.
«Félix Tshisekedi n’est ni opportuniste politique, ni professionnel de la trahison », notent ses proches cités par le quotidien.

Revue de presse/RO