fbpx
mardi, 26 mars 2019
Home / A La Une / Situation alarmante : Les inspecteurs de l’enseignement du Congo montent au créneau
syeco manifestation
Illustration (Ph. Tiers)

Situation alarmante : Les inspecteurs de l’enseignement du Congo montent au créneau

Dans un mémo adressé à Felix Tshisekedi, Président de la République, le Syndicat National des Inspecteurs de l’Enseignement du Congo (SYNIECO) dénonce la situation scandaleuse dans laquelle il vit. Chose qui peut faire en sorte qu’une grève soit déclenchée sur toute l’étendue du territoire national. Raison pour laquelle, il sollicite une solution alternative en sa faveur, tel que promis au cours de son discours d’investiture du 24 janvier 2019.

Concrètement, le Synieco demande au Président de la République, notamment de l’application intégrale de l’ordonnance loi pour l’octroi à tout inspecteur de sa prime de fonction spéciale et spécifique sans la moindre discrimination alors que les inspecteurs des autres secteurs en bénéficient sans aucun effort quelconque. A cela s’ajoute tous les avantages lui reconnus par la loi ; le paiement des avantages sociaux et de la prime du Budget Annexe (BA) à tous les inspecteurs et agents sur toute l’étendue du territoire national ; l’application de l’arrêté du 5 mars 2012 portant l’octroi de la prime pour fonctions spéciales et spécifiques en faveur du personnel administratif du Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel ; la mécanisation inconditionnelle de toutes les provinces ainsi que tous les inspecteurs et agents de l’inspection ; mettre fin en urgence à la guéguerre et la confusion qui se vivent entre les Ministères de l’EPSP et la Formation Professionnelle Métier et Artisanat (FPMA) qui impact négativement sur le travail de l’inspecteur de l’enseignement.

Le SYNIECO indique que la mise en œuvre de ses revendications, reste le seul gage pour un partenariat franc entre autorité de tutelle et les inspecteurs pour une amélioration qualitative du système éducatif congolais.

Conditions inhumaines de travail

Tout ce que l’inspecteur gagne est consommé pour son travail. Il est obligé de suppléer s’il doit rendre correctement son service, alors qu’il a une famille à sa charge. Ce qui signifie, estime le Synieco, que l’employeur de l’inspecteur de l’EPSP, c’est-à-dire le Gouvernement, ne prend pas en charge le vécu quotidien de l’inspecteur en ce qui concerne entre autres l’eau, l’électricité et le loyer, en violation du code de travail et la convention de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

Aussi, le Synieco met sur la table du Président de la république la non mécanisation des autres inspecteurs et agents jusqu’à ce jour alors que s’ajoute les inspecteurs stagiaires de la 8ème promotion. Il y a également l’obligation de payer les outils de travail bien qu’il soit mal payé ; la non prise en compte de la tension salariale de 1 à 10 ; le non-paiement des intervenants correcteurs des examens d’Etat 2018 ; la pratique d’enterrer les agents et inspecteurs de l’EPSP par des cotisations ponctuelles des camarades.

Judith Asina

Essayer encore

ibenge-mulumbu-conference-avant-match-liberia

RDC-Libéria/ Ibenge: « Un match couperet avec tout le poids du pays, le passage du président a été un gros booster mental »

Le sélectionneur national de la RDC, Jean-Florent Ibenge Ikwange, a vanté le gros travail mental …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire