fbpx
jeudi, 17 janvier 2019
Home / A La Une / Stephen Bwansa : «L’opposition en face de notre candidat a des propositions creuses»
PPRD CHINE - BWANSA
Le Prosec Stephen Bwansa (montage Matininfos.NET)

Stephen Bwansa : «L’opposition en face de notre candidat a des propositions creuses»

Dans une interview accordée à matininfos.net, Stephen Bwansa demande à la population de ne pas commettre l’erreur de donner ne fût-ce que deux voix à ceux qui changent de programme de développement du jour au lendemain et qui combattent la démocratie avec des stratégies de continuer à polluer l’espace politique par des querelles. A l’issue du lancement de la cellule spéciale PPRD/Asie de soutien à Emmanuel Shadary dont il est président, il démontre l’importance de prioriser les infrastructures, sur lesquelles va se baser le candidat numéro 13 pour booster la RDC à l’émergence.

Matininfos.net : vous avez lancé la cellule Spéciale PPRD/Asie-Chine de soutien à Emmanuel Shadary.  De quoi s’agit-il ? Est-ce que les chinois vont voter, où ont-ils trouvé les cartes d’électeurs ?

Stephen Bwansa : rire ! Pour votre information, le chinois, américains ou n’importe quel autre pays n’a pas le droit de voter, puisque notre constitution l’interdit. Pour être membre du PPRD, il faut avoir absolument de nationalité congolaise. Mais nous sommes un parti politique qui a des antennes à l’extérieur. Pour comprendre cela, il faut venir au siège où on explique que tous les partis politiques, y compris ceux de l’opposition ont des antennes à l’extérieur du pays.  Nous sommes venus apporter notre pierre à la reconstruction nationale en soutenant le candidat du peuple, Emmanuel Shadary, le numéro 13.

Vous n’êtes pas candidat député et ne possédez pas de carte d’électeur, pourquoi soutenir la campagne de Shadary ?

C’est l’exercice du pouvoir pour le pouvoir. Entant que congolais, certains problèmes logistiques n’ont pas permis que la diaspora vote. Mais n’empêche que la diaspora prête main forte à la campagne, surtout que nous avons un programme à défendre auprès du peuple. C’est pourquoi on a décidé venir soutenir ce candidat qui a un programme que j’appelle boussole pour le développement de la RDC. C’est cette passion qui m’amène à le faire sans toutefois être candidat.

Lors de la présentation de votre projet, vous avez déclaré soutenir Emmanuel Shadary parce qu’il est porteur de changement dans la continuité. Que cela veut dire ?

En tout cas, ce n’est pas mon projet. J’ai eu la chance d’assister à la présentation du programme d’Emmanuel Shadary et j’ai compris qu’il est celui du changement. Cela répond aux exigences du siècle de la continuité, puisqu’il trouve le Congo déjà construit. Il y a les infrastructures de base qui lui permettront de prolonger la reconstruction nationale sans commencer par zéro.

Quelles sont ces infrastructures de base qu’Emmanuel Shadary va trouver?

Je parle d’un changement constitutionnel qui va s’opère, c’est-à-dire un président sortant et un autre qui va prendre l’exercice du pouvoir. La continuité, c’est puisque son travail se fera sur le programme que Joseph Kabila, le Chef de l’Etat a déjà accompli.

Quelle est innovation de la cellule spéciale PPRD/Asie-Chine par rapport au soutien à ERS ?

Nous sommes la continuité de l’implantation du parti à partir de la base, c’est-à-dire nous allons de porte à porte pour expliquer au peuple congolais ce que nous avions déjà fait. Je sais que ce ne sera pas une tâche facile puisque nous nous sommes avons déjà investi dans plusieurs communes de Kinshasa et avons reçu des suggestions de la population. Nous avons expliqué pourquoi il faut avoir des infrastructures. Par exemple : quand je pilotais l’équipe sur terrain, j’ai trouvé certaines personnes qui demandaient ce que nous avons fait depuis 17 ans ? Est-ce que nous allons manger les routes ? Vous voyez que c’est cette information qui est réelle parce qu’il y a des infrastructures construites mais pas compris par le peuple. Nous expliquons au peuple que sans infrastructures, on ne peut pas parler développement. Nous devons acheminer tout ce que nous avons produit à l’arrière-pays vers les grandes agglomérations et les exporter  pour accroître la croissance à partir de notre marché interne. J’ai senti que certaines personnes étaient soulagées de comprendre. C’est cela le pilier du développement. Voilà pourquoi Shadary dans la continuité va ajouter certaines infrastructures pour booster l’économie de la République vers l’émergence. Et ils ont décidé de voter le numéro 13 aux élections du 23 décembre prochain.

Dites-nous, entant que citoyen congolais, bien que vivant en Chine, quels sont les projets que vous avez déjà réalisé pour parler ainsi à la population?

D’abord vous devez savoir que la réalisation d’un projet est un travail d’ensemble. C’est une combinaison de stratégies pour arriver à un objectif donné. Jusque-là, nous avons mobilisé les ressources humaines, financières, on a vendu l’image du pays à l’extérieur pour attirer les investisseurs asiatiques en RDC. Si vous vous informez à l’Anapi, on vous dira qu’après les élections de 2006, la Chine était classé parmi les premiers investisseurs en RDC. Ce qui est dû à la mobilisation et tout ce que nous faisons à l’étranger pour le Congo. Concrètement, on a notamment des projets sur l’énergie et le village moderne en RDC. Il y a un contrat qui vient d’être signé sous le leadership de Mr. Bitakwira. A l’issu du vote d’E. Shadary, les 100 jours qui suivent seront déterminants pour mettre en place ce projet-là. Donc, nous ne partons pas sur une piste des études de faisabilité pour attendre après cinq ans. Vous verrez comment le Congo passera à une vitesse de croisière en matière de reconstruction, pour le bâtir à partir de son marché interne. Nous aurons  besoin de technologie externe, de financement externe pour créer ensemble des richesses communes pour l’émergence du Congo.

C’est quoi le village moderne ?

Il s’agit d’un ensemble de projets bien étudié. Nous allons développer des mécanismes de l’agriculture, développer le système de transfert de technologie. Il sera également question d’aménager certaines espaces pour la construction des maisons, puisqu’à l’époque, il y a des gens qui ont essayé de construire mais sans soubassement, c’est-à-dire, pas de travail donné aux familles pour assurer l’entretien. Avec ce système-là, chaque province va créer des sociétés qui vont permettre aux provinces d’être plus au développement au lieu de tout attendre au niveau du Gouvernement central. Ici on quitte du petit au grand projet concret qui a deux ou trois fondements, la transformation et la stratégie des exportations ainsi que celle de création d’emploi, de formation et autres.

Fallait-il vraiment soutenir Shadary pour cela ?

Il faut dire que c’est le projet du gouvernement et non le mien. Le Chef de l’Etat l’a initié depuis 2011 et il fallait le soumettre à toute étude de faisabilité. C’est pourquoi cela fait partie du programme d’ERS.

Pourquoi la population devrait-elle voter pour Shadary ?

Je l’ai dit dans mon discours dernièrement. C’est puisque le monde d’aujourd’hui est en mutation et l’économie est le facteur déterminant pour l’avenir d’un Etat. La croissance économique devient la clé de l’équilibre social et démocratique pour chaque Etat. Cela, en vue d’un Congo debout et uni, susceptible de recevoir les investisseurs.

Que va-t-il arriver si ERS sorte perdant aux élections ?

Je n’aimerais pas aborder dans ce sens-là, parce que l’opposition qui est en face de notre candidat a des propositions creuses, qui nécessitent beaucoup d’efforts et recommencer à zéro, comme certains ont souhaité avoir une transition de deux ans pour reboiser tout ce qui a été fait. Ce qui est dangereux. Considérant tous ces enjeux politiques actuels, je me dis qu’il est très difficile de croire qu’il est encore possible vu notre histoire, de tâtonner, non seulement au sommet de l’Etat pour ceux qui cherchent à venir au pouvoir, mais d’avoir les indécis qui cherchent encore à qui ils vont jeter leur dévolu. Mais la prudence nous dit, vaut mieux ne plus tergiverser. C’est pourquoi j’ai décidé de faire le porte à porte à travers matininfos.net que je remercie, avec l’idée de demander à la population de ne pas commettre l’erreur de donner même deux voix à ceux qui changent de programme de développement du jour au lendemain et qui combattent la démocratie avec des stratégies de continuer à polluer l’espace politique par des querelles non-stop. Pour eux, le Congo doit être la République des étincelles politiques. Nous voulons aller aux élections pour que ces gens nous laissent le temps de construire le pays ensemble avec eux s’ils les souhaitent. Avec les opposants, nous avons tous, un ennemi commun qui est la crise économique et sociale qui bat l’ampleur au niveau international. Nous trouver le mécanisme de le stopper puisque nos richesses n’attendent que les congolais pour être mises en valeur.

Propos recueillis par Judith Asina

À propos : Rédaction Matininfos.net

Matin Infos: Les informations de la RDC en toute impartialité

Essayer encore

KABILA CONFERENCE 26 janvier 2016

RDC/Formation du gouvernement : La MP prête à entamer les négociations avec Félix Tshisekedi

La pilule est très amer à avaler pour la majorité présidentielle qui a porté la …

Avez-vous aimé l'article? Laissez votre commentaire