fbpx
dimanche, 16 décembre 2018
Home / A La Une / Suite aux dérapages et cas d’intolérance, Jérôme Bonso appelle les instances judiciaires à sanctionner les délinquants électoraux
Jerome Bonso -
Jérôme Bonso, Expert des questions électorales (Ph. Tiers)

Suite aux dérapages et cas d’intolérance, Jérôme Bonso appelle les instances judiciaires à sanctionner les délinquants électoraux

L’Expert des questions électorales, Jérôme Bonso appelle les instances judiciaires à sanctionner les militants et sympathisants « inciviques » qu’ils qualifient des délinquants électoraux qui se versent dans des cas d’intolérance et déchirent des affiches, des banderoles de différents candidats qui ne sont pas de leur obédience. C’était au cours de son entretien, mardi 04 décembre sur les ondes de Top Congo.

Deux semaines après le lancement de la campagne électorale sur toute l’étendue nationale, des cas d’intolérance ne cessent de battre leur plein à Kinshasa et dans d’autres provinces du pays en prélude du scrutin du 23 décembre.

Jérôme Bonso s’insurge contre cette mauvaise pratique qui est érigée en système dans le chef des personnes non identifiées et invite les instances judiciaires à se saisir de cette affaire délicate.

« Il y a des dérapages, on ne parvient pas à comprendre. Il y a cela qui se permette même de déchirer les affiches d’autres candidats. C’est un comportement incivique qui doit être sanctionné, qui doit être suivi des avertissements de la part du pouvoir organisateur des élections, des instances judiciaires et en cas de récidive qu’on puisse écarter carrément ce parti, qu’on puisse se référer à la loi, que la justice fasse son travail. Parce que ce qui se fait maintenant ce ne sont pas plus des mesures citoyennes mais nous avons à faire aux délinquants électoraux » a-t- il souligné.

Et de poursuivre :

« Le grand enjeu qui nous attend, c’est la publication des résultats électoraux, que nous puissions nous préparer comment nous devons les accueillir« 

BANNIR LE TRIBALISME

« D’autres candidats qui n’ont pas un discours à vendre recourent au tribalisme comme projet de société. Et pourtant le tribalisme dans un processus électoral, dans une campagne électorale, ne peut pas constituer un projet de société d’un candidat, qui est en court d’argument, qui qui est incapable de présenter un projet de société réaliste et réalisable » s’est-il indigné.

« Si la justice et la Ceni appliquent la loi, on va mettre fin à cela. S’il y a des sanctions exemplaires pour les uns et les autres je crois que tout le monde va se mettre à appliquer la loi.
La loi électorale est claire, elle réglemente la campagne » a-t-il conclu.

Gloire BATOMENE

Essayer encore

Boni Shibondo

Boni Shibondo appelle les électeurs à faire un bon choix aux élections du 23 décembre

Boni Shibondo Mwawatadi Banjila, candidat numéro 13 à la députation provinciale, pour la circonscription de …

Avez-vous aimé l'article? Laissez votre commentaire