funerailles-de-tshisekedi 1
Des militants de l’UDPS devant le siège de leur parti à Kinshasa, le 2/02/2017 au lendemain de l’annonce de la mort de leur leader Etienne Tshisekedi en Belgique.

Décès d’Étienne Tshisekedi : un coup dur au sein de la population congolaise et du rassemblement

La République démocratique du Congo est plongée dans l’incertitude depuis la mort d’Etienne Tshisekedi en pleines négociations politiques cruciales pour l’avenir du pays. Pouvoir et opposition ont néanmoins mis de côté leurs différends pour saluer unanimement la mémoire du « père de la démocratie » congolaise.

Pour André-Alain Atundu porte-parole de la Majorité présidentielle, saluant « un homme qui était entré dans l’histoire de son vivant pour son combat pour la démocratie depuis Mobutu ». « Nous venons de perdre l’une des figures les plus marquantes de l’histoire de notre pays » qui « a consacré sa vie à œuvrer pacifiquement pour l’instauration de la démocratie et de l’État de droit », écrit dans un communiqué l’opposant Moïse Katumbi, ex-allié de M. Kabila aujourd’hui candidat à la présidentielle et qui s’était rapproché de Tshisekedi par le biais du « Rassemblement » de l’opposition constitué en juin autour de la figure du « Vieux Sage ». « Tshisekedi n’est pas mort car ses idées et son combat lui survivront », a jugé Vital Kamerhe.

Depuis ce jour, les manifestations de tristesse de sympathisants se succèdent au quartier-général du parti et dans le voisinage à Limete. L’atmosphère de recueillement a néanmoins été troublée à plusieurs reprises par des montées de tension avec les forces de police déployées en nombre dans les alentours et des tentatives de pillages ou des actes de vandalisme commis par des jeunes d’un quartier déshérité voisin, selon plusieurs témoins. Nombre de taxis individuels ou collectifs circulant dans la capitale arboraient des rameaux en signe de deuil.

Pour rappel, l’opposition et la majorité ont signé le 31 décembre un accord de cogestion du pays jusqu’à l’élection d’un successeur à M. Kabila, censée avoir lieu à la fin de l’année. Mais plus d’un mois plus tard, les discussions sur les modalités pratiques de la mise en œuvre de cet accord, en particulier celles sur le partage des places au gouvernement, sont dans l’impasse. Pays de plus de 71 millions d’habitants parmi les moins développés de la planète, la RDC, État continent au cœur de l’Afrique, a été ravagé par deux guerres entre 1996 et 2003. A l’étranger, l’Union européenne a appelé tous les Congolais « à honorer la mémoire du défunt en mettant en œuvre l’accord de la Saint-Sylvestre« .

 Le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Marc Ayrault a jugé « important […] que les espoirs suscités par cet accord se concrétisent rapidement pour une transition démocratique à la fin de l’année 2017« .  Etienne Tshisekedi incarnait « l’opposition radicale. Sa disparition risque de fragmenter l’opposition en RDC, et de laisser à nouveau les intérêts individuels ou politiciens l’emporter sur l’intérêt général. Une fois de plus c’est le président Kabila qui sort gagnant : il a gagné du temps.

Quid de la succession d’Etienne Tshisekedi ?

L’équation se complique pour cette famille de l’opposition. Déjà, au niveau du Conseil national de suivi de l’accord du 31 décembre (CNSA), cette institution d’appui à la démocratie à mettre en place pendant la transition et dont la présidence a été confiée à Étienne Tshisekedi, il faudra s’attendre inévitablement à une redistribution des cartes. De prime abord, la vacance est à constater à la présidence de cette institution avant d’envisager l’introduction d’un avenant à l’accord pouvant résoudre l’impasse juridique et politique née de l’absence d’une disposition censée régler la question de la succession ou du replacement du président du CNSA. Le fait aussi que le principe de la préséance a été levé dans le cas des trois vice-présidents complique également la donne. Ce qui ouvrirait la voie à la manifestation des ambitions pouvant donner lieu à des nouveaux conciliabules. Le Front pour le respect de la Constitution, qui a toujours lorgné ce poste pour le besoin de l’équilibre entre les forces politiques, trouvera sans doute l’occasion propice pour faire prévaloir ses ambitions.

Un nouvel obstacle s’érige donc sur le chemin de l’application de l’accord du 31 décembre avec le décès d’Étienne Tshisekedi qui enlève du coup à l’opposition le contrepoids qu’elle représentait par rapport à la frénésie de la majorité présidentielle à mener les débats selon son rythme. Entre-temps, au niveau du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, la pilule est amère à avaler. La mort d’Étienne Tshisekedi crée un vide au sein de cette structure et même dans toute l’opposition. Un vide qui sera certainement difficile à combler car bien qu’il ait lutté toute sa vie pour la démocratie et l’alternance au pouvoir, le « Sphinx » de Limete n’avait aucunement balisé le chemin pour sa succession. En l’absence d’une personnalité de poigne et charismatique de sa trempe, d’aucuns craignent que le Rassemblement finisse par perdre de son aura et s’affaiblisse là où la majorité aura des coudées franches pour asseoir son leadership dans la conduite de la vie politique en RDC.

Il va de soi que des ajustements seront opérés au sein du Rassemblement pour pallier le vide laissé par le défunt. Beaucoup de Congolais pensent que le moment est venu pour que l’ensemble de l’opposition se ressaisisse de manière à continuer le processus pour arriver jusqu’au bout et organiser les élections au mois de décembre comme il a été convenu dans l’accord du 31 décembre. Car la seule manière d’honorer la mémoire de l’illustre disparu, c’est de poursuivre sa lutte pour la démocratie, là où il l’a laissée.

Joël Imbole

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Congrès National de Petits Chanteurs lancé à Goma

RDC : La paix et la cohésion sociale au cœur du Congrès National de Petits Chanteurs lancé à Goma

Plusieurs centaines des jeunes venus de toutes les provinces de la République Démocratique du Congo …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire