rassop 29 mars

Processus électoral: le Rassop donne quelques exigences sans lesquelles, pas d’élections le 23 décembre.

Le rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement que certains croyaient mort après la sortie de la plate forme « ensemble pour le changement » qui soutient la candidature de Moïse Katumbi à la prochaine présidentielle vient de se réveiller de son profond sommeil.

En effet, à l’approche de la date fatidique des dépôts des candidatures aux élections législatives et présidentielles, tous les États majors de regroupement politiques sont en mouvement. Certains préparent leurs bases face aux enjeux électoraux de l’heure, d’autre par contre, continue de faire pression sur les pouvoirs en place.

A cet effet, le rassop exige à la ceni d’extirper du fichier électoral, près de 10 millions d’enrolés fictifs qui représentent le 1/4 de l’électorat congolais.

Cette méga plate forme née du vivant et de la volonté du feu Etienne Tshisekedi exige également le retrait pure et simple de la machine à voter, parce que non prévue dans les différents textes en vigueur (constitution de la République et la loi électorale).

Étant donné qu’aucun cas emblématique cautionné dans l’accord de la saint sylvestre n’a été libéré (jean Claude Muyambo, Eugène Diomi Ndongala, Moïse Katumbi, etc), le Rassop exige également la stricte application des mesures de décrispation politique.

Au cas où les différents griefs contenus dans ce document en annexe ne sont pas pris en compte, le Rassop dit: pas d’élection le 23 décembre.

rassop

 

Joël imbole

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

La Fondation Gates rend un vibrant hommage à quatre leaders en leur décernant le prix Goalkeepers Global Goals 2022 pour leurs efforts louables au profit du progrès pour tous

Radhika Batra (Inde), Zahra Joya (Afghanistan), Vanessa Nakate (Ouganda) et Ursula von der Leyen (Allemagne) …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire