Le satisfecit de l'ambassadeur du Maroc Rachid Agassim pour la propagation d'un islam basé sur la tolérance, la non-violence en lieu et place de l'extrémisme
Le satisfecit de l'ambassadeur du Maroc Rachid Agassim pour la propagation d'un islam basé sur la tolérance, la non-violence en lieu et place de l'extrémisme

Concours de récitation du Coran Mohamed VI : L’ambassadeur Rachid Agassim se félicite de la propagation d’un islam de tolérance

L’ ambassadeur du Royaume du Maroc en RDC s’est félicité de la propagation d’un islam de tolérance, de non-violence et de coopération religieuse rejettant le radicalisme et le fanatisme tant dans son pays que sur le continent. C’était lors de son allocution ce mardi 26 février à l’occasion de la 2ème édition de la phase finale du concours de récitation du Saint Coran organisé par la Fondation VI des Oulémas africains section RDC.

L’hôtel Béatrice de la Gombe a servi de cadre pour la phase finale de la 2ème édition du concours de récitation du Saint Coran.

Lors de son allocution prononcée exceptionnellement en arabe, le diplomate Marocain Rachid Agassim a évoqué le bilan positif de son pays en ce qui concerne la diffusion d’un islam fondé sur les valeurs de tolérance, de concorde, de bon rapport avec les autres confessions religieuses en lieu de place d’une religion appelant au radicalisme, au fanatisme, à l’extrémisme.

 » Le bilan du Royaume est très important en matière de rationalisation du champ religieux et de diffusion d’un Islam de juste milieu et de tolérance, qui rejette la radicalisation et le fanatisme. Le rôle prééminent de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, en faveur du Saint Coran et de la promotion de ses institutions, aussi bien au niveau national qu’à l’échelon continental est d’un apport capital  » a-t-il souligné.

A en croire ce haut représentant du Maroc, les résultats positifs sont les fruits de l’organisation régulière des causeries religieuses animées par des oulémas venus de partout dans le monde, le médias chaud comme la radio.

Dans la même optique, cet essor est dû également grâce à la construction et ma réfection des mosquées mais aussi par le fait de conforter les liens religieux tissés par le Maroc avec d’autres pays du continent.

« Il s’agit d’un bilan très louable, fruit d’une attention particulière accordée au Saint Coran et à la propagation des valeurs de tolérance, à travers notamment l’organisation régulière des causeries religieuses animées par des oulémas éminents venus du monde entier, les causeries de la Radio Mohammed VI du Coran sur Al Hadith Acharif ainsi que la construction, l’équipement et la réfection des mosquées et la consolidation des liens religieux avec les pays africains, entre autres« , a révélé Rachid Agassim.

NIANGENI ET DJUMA SE QUALIFIENT POUR LA GRANDE FINALE AU GABON

Deux candidats ont remporté cette phase finale. Il s’agit d’ Adam Niangeni dans la catégorie de la récitation totale du Coran et Dando Djuma dans la récitation partielle du Coran.
Ce tandem participera à la grande finale qui se tiendra du 25 mars au 01 avril au Gabon.

Adam Niangeni et Dando Djuma avait déjà occupé les premières places lors de la phase éliminatoire, qui avait eu lieu le samedi 22 février dernier qui a vu 26 candidats prendre part dont deux filles.

La première édition du concours de récitation du Saint Coran avait eu lieu en avril 2019 à Kinshasa. Cette épreuve était organisée en tout dans 32 pays africains que compte la Fondation Mohammed VI des oulémas africains. La phase finale de cette première édition s’était déroulée au mois de mai 2019 dans la ville de Fès.

Créée en 2015, la Fondation Mohammed VI des oulémas africains cultive l’amour, la concorde et la coopération religieuse entre les pays africains d’une part et d’autre part de bons rapports entre les musulmans.

Cette cérémonie qui a connu la présence de plusieurs personnalités religieuses, a été supervisée par l’imam Abdallah Mangala Lualaba et le jury a été assuré par quatre membres.

Gloire BATOMENE

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire