lundi, 17 février 2020
Home / A La Une / Séminaire Fifa-Caf  au Maroc : Gianni Infantino préconise une Can tous les quatre ans
Le président de la Fifa Gianni Infantino pour une Can tous les quatre ans
Le président de la Fifa Gianni Infantino pour une Can tous les quatre ans

Séminaire Fifa-Caf  au Maroc : Gianni Infantino préconise une Can tous les quatre ans

Le président de la Fédération internationale de football association (Fifa) Gianni Infantino préconise l’organisation d’une Coupe d’ Afrique des nations (Can) tous les quatre ans. Il était également question des propositions basées sur les compétitions de la Confédération africaine de football (Caf), les infrastructures et l’arbitrage. C’était à l’occasion du séminaire CAF-FIFA sur le développement des compétitions et des infrastructures footballistiques en Afrique qui s’est tenue à la ville de Salé au Maroc il y a quelques jours.

Les désidératas du numéro de la Fifa est l’organisation de la Can tous les quatre ans en lieu et place de tous les deux ans. Une réforme pour augmenter les revenus et laisser plus de temps aux pays-hôtes pour mieux se préparer.

Photo de famille de différents participants au séminaire Fifa-Caf organisé au Maroc
Photo de famille de différents participants au séminaire Fifa-Caf organisé au Maroc

« La CAN génère vingt fois moins que l’Euro de football. Avoir une CAN tous les deux ans, est-ce bien sur le plan commercial ? Cela a-t-il permis de développer les infrastructures?« , s’est-il interrogé.

Hormis Infantino mise sur les réformes en cours à la Fifa chez les jeunes et chez les femmes pour améliorer le niveau des sélections africaines: création d’un Championnat du monde des nations chez les femmes, accélération du rythme des compétitions mondiales de jeunes, création de nouvelles catégories de jeunes.

UNE SUPER LIGUE AFRICAINE AVEC UNE VINGTAINE DE CLUBS

S’agissant des compétitions de clubs, le président de l’instance mondiale, a réitéré sa volonté de créer une Super Ligue africaine composée d’une vingtaine de clubs parmi les plus puissants du continent avec une limite probable de deux équipes d’un même pays.

Il s’agirait d’une Ligue semi-fermée avec 20 clubs permanents et 4 clubs concernés par un système de promotion-relégation via des compétitions régionales.

Infantino tient à rassurer que cette Ligue, qui se déroulerait en parallèle des championnats nationaux et à la place de la Ligue des champions africaine, serait capable de générer 3 milliards de dollars de revenus sur cinq ans, ce qui la classerait parmi les 10 championnats les plus puissants du monde.

Ainsi les clubs pourraient mieux rémunérer les joueurs et ainsi garder davantage de talents africains sur le continent.

L’EXPERTISE DE KATUMBI EN VUE

C’est d’ailleurs à cet effet, que le président Moïse Katumbi, invité à ce séminaire pour parler de son expérience de président de club africain, va intégrer une Commission qui aura en charge d’étudier la faisabilité de ce projet.

Le seul bémol c’est que les clubs participants apportent une garantie financière et s’engagent à investir 20 millions de dollars par an et sur 5 an.
Ce, pour développer leurs infrastructures, leurs équipes féminines, leurs équipes de jeunes, etc.
Il s’agit d’une somme faramineuse mais Infantino a bon espoir de trouver des investisseurs prêts à s’engager.

UN STADE AUX NORMES INTERNATIONALES DANS CHAQUE PAYS

Concernant les infrastructures, Infantino a promis de mobiliser 1 milliard de USD pour la construction d’au moins un stade aux normes internationales dans chacune des associations de la Caf.

« Nous allons mettre au point une proposition qui mobilisera 1 milliard de dollars pour la construction d’au moins un stade de grande qualité dans chacune des 54 associations membres de la FIFA et de la CAF », a-t-il souligné.

Ce fonds sera alimenté par la Fifa, la Caf et un « groupe de partenaires ». La Fifa veillera à ce que ces financements soient gérés par des procédures transparentes et fiables.

VERS UNE PROFESSIONNALISATION DE L’ARBITRAGE

Dans son intervention, Infantino a évoqué son désir de voir l’arbitrage africain se professionnaliser. A l’image des joueurs, le numéro un de la Fifa souhaiterait également que les arbitres africains accèdent à un statut professionnel en leur octroyant des contrats avec une rémunération régulière et confortable. Un projet pilote d’accompagnement de 20 arbitres choisis parmi les meilleurs du continent, pourrait ainsi voir le jour.

Composée de 26 membres, l’ex-international congolais Hérita Ilunga et Emmanuel Kande, Secrétaire général de la Ligue nationale de football (Linafoot) et membre de la Fédération congolaise de football association (Fecofa),feront parti de la nouvelle Commission d’inspection et d’homologation des stades.

Gloire BATOMENE

Essayer encore

Chan RDC Vs Cameroun

Pamphile Mihayo pour ses débuts chez les Léopards A’ s’incline devant la bête noire Cameroun 0-1

Le coach des Léopards A’ Pamphile Mihayo pour ses débuts a perdu sur le score …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire