HOPITAL-GENERA

Agacés par l’attitude du Gouvernement central, les personnels de santé non-médecins et les administratifs reprennent la grève

Les personnels de santé non médecins et les administratifs des hôpitaux publics agacés par l’attitude du Gouvernement central ont repris officiellement la grève depuis ce lundi 2 août sur l’ensemble du territoire national. Ils réclament l’amélioration de leurs conditions socio-professionnelles.

L’ attitude du Gouvernement central qui a jugé bon de s’intéresser principalement aux revendications des médecins, n’a pas été vue de bon œil par les personnels de santé non médecins et les administratifs des hôpitaux publics. Subséquemment, ils ont relancé leur mouvement de grève.
A Kinshasa, le go de ce mouvement de grève, a été lancé à l’Institut national de recherche biomédicale ( INRB).

« Nous sommes de l’intersyndical, qui regroupe 17 syndicats entre autres le syndicat des pharmaciens, le syndicat des chirurgiens-dentistes, le syndicat des infirmiers, le syndicat des administratifs. C’est à l’INRB que nous avons lancé notre mouvement et puis nous irons au secrétariat général de la santé », a fait savoir Félix Mugurura, secrétaire général du syndicat national des pharmaciens, cité par nos confrères d’ Actualité.cd.

Ces agents demandent au Gouvernement de la République de respecter scrupuleusement les protocoles d’accord signés. Il s’agit notamment de l’alignement de leurs primes.

Dans un communiqué rendu public le mercredi 28 juillet dernier, les syndicats de professionnels de santé non-médecins et administratifs avaient alerté sur une ventuelle reprise de grève pourtant suspendue le 22 juillet de l’année en cours.

Les grévistes estiment que l’Exécutif national prête l’oreille attentive aux médecins et en revanche, fait la politique de l’autruche quand il s’agit des non médecins.
Aucune démarche sérieuse n’a été entreprise en vue de chercher une solution idoine. Ce, surtout avec cette pandémie de coronavirus dont la 3è vague a été déclarée officiellement le 3 juin en RDC.

Le ministre de la Santé, Hygiène et Prévention, Jean-Jacques Mbungani, a annoncé qu’il va résoudre au fur et à mesure les doléances des médecins. Une première allocution de 200. 000 à 400.000 francs congolais devrait être accordée de juillet jusqu’à septembre puis la seconde allant de 320.000 à 640.000 francs congolais d’octobre à décembre.

Gloire BATOMENE

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Ferdinand Kambere

RDC : Vers un rapprochement entre la coalition Lamuka et le FCC?

« Le mariage entre les plateformes de l’opposition, tant qu’on tient sur les mêmes objectifs pour …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire