José Nawej
L' éditeur vedette de Forum des AS, José Nawej, a remercié son boulanger, le samedi 28 octobre en laissant un grand vide dans la presse nationale congolaise

Décès de l’éditeur José Nawej-Forum des AS/Gloire Batomene : « Il transformait en or comme le roi Midas dans la mythologie grecque tout journaliste qui passait dans ses mains »

La nouvelle de la disparition de José Nawej, l’éditeur vedette de Forum des AS, le samedi 28 octobre dernier dans la soirée, a eu l’effet d’un tremblement de terre dans le landerneau des chevaliers de la plume et du micro. Ce décès a suscité de fortes oscillations, de vagues de larmes, consternations.

D’autant plus que ce grand baobab avait le pouvoir de transformer en or comme le roi Midas dans la mythologie grecque tout ce qu’il touchait dans ses mains et dans le cas d’espèce tout journaliste qui passait dans son école de formation.

« C’est la crème des crèmes, le summum, une matière grise qui part avec ses éditos mais il a eu à nous former. Il était le champion de la sanction positive teintée d’ euphémisme, il disait des choses vraies même jusqu’à t’agacer de fois mais en adoucissant l’expression.
Il transformait en or, tout (le journaliste) ce qui passait pses mains comme le roi Midas dans la mythologie grecque« , a fait savoir Gloire Batomene, l’ancien sociétaire de ce quotidien de Limete.

« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé« , cet extrait de « L’isolement« , l’un des poèmes de l’écrivain français,Alphonse Lamartine n’a perdu la moindre ride. C’est le cas pour le célébrissime quotidien de Limete 11è rue et ce n’est pas le féru de la lecture et PDG, Bongo Bovery Tuasukama qui va mettre son droit de veto à la façon de la Russie et de la Chine dans le conseil de sécurité de l’ Organisation des nations unies ( Onu).

Ce, quand bien même il a lâché ceci : « José Nawej est mort mais nous ne pouvons pas baisser les bras » dans un langage teinté d’optimisme.

 » Un seul José ne s’est pas réveillé et tout est dépeuplé« .
C’est une grande perte pour non seulement cette entreprise de presse mais également pour la presse congolaise, ainsi que les amoureux de la culture qui étaient accoutumés à toutes les recettes des éditos cadeaux de ce génie.

TOUS À TABLE DES ÉDITOS DU CORDON BLEU

Une plume xxl, une écriture journalistique d’exception dont lui-même avait le secret.Tous à table de l’édito, nous nous précipitons pour être servi et tous les ingrédients étaient réunis par le cordon bleu, Nawej qui peignait noir sur blanc la réalité de la vie politique au Congo, en Afrique et même au monde.

Le menu était délicieux, un assaisonnement parfait. Pas trop ou moins de sel, l’eau bien millimétrée, le temps de cuisson, bien chronométré. Tout le monde ne pouvait qu’inexorablement se lécher les doigts en foulant aux pieds les rudiments des notions de politesse dans son volet  » La tenue à table ».

Avec cet ancien de l’Institut des Sciences et Techniques de l’Information ( ISTI), la rigueur se conjuguait au présent de l’indicatif et non au futur impossible. C’était un artisan du travail bien fait. Et de surcroît un homme plongé d’humour et d’humanisme.

LA PIERRE ANGULAIRE DE FORUM DES AS PAR SA CAPACITÉ MANAGÉRIALE

C’est aussi un chrétien pratiquant à l’image de son poste qu’il occupait à l’église du Berger Flory Kabange Numbi, nichée à Moulaert dans la commune de Bandalungwa. Il était très assidu et ponctuel aux prières de la semaine ainsi qu’au culte dominical.
José Nawej était la pierre angulaire de Forum des AS pour sa capacité managériale et sa façon de booster les jeunes talents.
Il formait un duo imbattable avec le PDG Bongo Bovery. C’était bonnet blanc et blanc bonnet en termes de gestion de ce grand journal.

Le troisième joueur de l’équipe, les oreilles de ce tandem, c’est Sylvain Mpono alias  » Monsieur Sylva », l’inamovible administrateur, financier. Ces trois réunis, tel un triangle équilatéral, qui ont les mêmes côtés. Il faut être de mèche avec l’un de trois, condition sinequanone pour atteindre le seuil de représentativité de confiance dans l’ex-AS des AS.

PAS DE TRIBALISME, DE FAVORITISME, RIEN QUE LA MÉRITOCRATIE

« C’est en mai-juin 2016 que j’ai foulé les pieds à Forum des AS pour le stage académique/IFASIC. En tout 20 stagiaires ( douze de l’IFASIC et huit de l’UPN). J’étais en G3 A à l’époque du recteur Lucien Kitima, nous étudions lundi, mercredi et vendredi de 08h à 17h. Quand ma mère, fonctionnaire de son état, a appris que j’étais affecté à la 11è rue Limete, elle m’a dit le problème de transport va se poser avec acuité pendant deux mois. Elle nourrissait de regret mais en fervente catholique, croyante elle a ensuite baigné dans le positivisme. C’est le RC Yves Kalikat qui m’a accueilli puis le géant José Nawej. Un homme au discours direct, fort, puis un atterrissage en douceur. C’est à la fin du stage académique qu’il a recommandé aux RC Yves Kalikat, Didier Kebongo et Laurel Kankole que je devrais rester pour passer le stage académique, avec un étudiant de l’UPN qui hélas est passé de vie à trépas bien après« .

Point besoin d’une lettre de demande d’emploi, pas de tribalisme, népotisme, favoritisme dans l’école Nawej. C’est la méritocratie ou rien.

« J’ai débuté mon stage en étant reporter, j’écrivais plus sur les faits de société, les chiens écrasés, l’éducation, la culture et aussi le sport avec mon mentor Bahati Kasadi et le doyen, le vieux Rachidi Mabandu. C’est là que j’ai rencontré, Fifi Solange Tangamu, ma collègue de G2 à l’IFASIC quand nous étudions dans l’un des locaux de l’OCPT, puis le méticuleux Orly, un ancien de l’Unikin, Rocco,maman Dina, Mathy, David, Aimé, Jacques, André et Tricya etc« .

QUAND LA CHRONIQUE FAIT BON MÉNAGE AVEC LE MARBRE

Grâce à José Nawej, il y a une ambiance bon enfant dans la rédaction. Il y a une rubrique propre de la maison qu’on appelle « Chronique ». Dans cette rubrique, tu apprends tout sur la vie, voire des taquineries sans mettre les gants en matière des femmes, célibataire que je suis.
Le moment M, le marbre chaque lundi, quand je débarquais, il disait  » L’ homme de 21h, tu es là », a balancé ce fervent supporter du FC Barcelone et de l’OL de Marseille.

Il y avait toutes les émotions au marbre et on bouclait de fois vers 04h,05h entre correction des papiers, blagues, des anecdotes sur la politique, le sport et la vie au quotidien.
C’était au delà d’un Éditeur, un père de famille pour ses conseils en public tout comme en privé à mon égard.

« Tu es très intelligent, tu as un bon coeur mais je te trouve un peu éparpillé, il faut avoir les deux pieds sur terre, tu iras loin Génies en herbes, Ne Muanda Nsemi ( ndlr: étant un ancien joueur de Génies en herbes au Collège Frère Alingba de Kintambo et en référence à mes origines, le territoire de Luozi). Sois comme Orly Ngiambukulu« , a-t-il insisté.

VIVEMENT LA SURVIE DU NAWEJISME

Et d’ajouter :

« Nous allons aller à Pierre Angulaire, le Berger Flory Kabange Numbi va mettre les mains sur toi pour couper les liens de ces gens de Luozi » a-t-il lâché d’un ton humoristique.

« Nawej est mort mais le Nawejisme restera à jamais pour tous les amoureux des textes bien rendus, papiers bien écrits. Halte au titre bateau, à l’écriture fourre-tout pour les Congolais d’un certain âge et d’un âge certain« .
Adieu le grand baobab,le maître des éditos. Il y a un temps pour tout, dixit Ecclésiaste. À nous tous candidat à la mort, vivons chaque jour comme si c’était le dernier.

Nesta Batomene

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Parlement Assemblée Nationale

RDC/Assemblée Nationale : Bientôt les réfugiés et personnes déplacées internes bénéficieront d’une loi

Les réfugiés et personnes déplacées internes en République Démocratique du Congo(RDC) vont bientôt bénéficier d’une …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire