emeutes

DEUX JOURS DE TENSION A KINSHASA

LUNDI ET MARDI  SOMBRE  A KINSHASA

emeutes

Kinshasa, capitale de la république démocratique du Congo,  a été le théâtre des violences graves le lundi 19, mardi 20 et  mercredi 21 septembre, avec à la clé de nombreux morts estimés à 32 selon le bilan de la police, à  44 selon human right Watch, à 100 selon UDPS. Que du sang et des larmes dans les rues de Kinshasa

Que s’est –il  réellement passer ?

En attendant que les résultats  des enquêtes appropriées, l’on peut  retenir que le rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, plate forme de l’opposition réunie autour d’Etienne tshisekedi, avait annoncé une marche le lundi 19 septembre. Objet : obliger la centrale électorale  à convoquer le corps électoral en vue de la présidentielle, conformément l’article 73 de la constitution, et signifier au chef de l’état  en exercice le début de son « préavis » à trois mois de la fin officielle son second et, théoriquement, dernier mandat. Des rencontres avaient auparavant eu lieu entre le gouverneur de la ville  et les organisateurs de la marche pour  s’entendre sur l’itinéraire. Il a été acté donc que le mouvement devait partir de la place de l’échangeur à limete, pour ensuite  emprunter le boulevard lumumba, avenue kabambare, avenue kasa vubu, pour se terminer sur l’ avenue de l’enseignement,  place boulevard triomphal.

Alors que les foules convergeaient des quatre coins de la ville pour rallier le point de départ de la marche, pour les uns ou les points de chute de la manifestation, pour les autres,  des affrontements entre jeunes et forces de l’ordre ont éclaté tôt  le matin aux environs de 8h,  alors que la marche devrait débuter à 13 heures.

Ce sera du coup, le déclanchement d’un vaste mouvement d’agitation aux allures d’une véritable émeute. Plusieurs bâtiments de partis politiques de la majorité seront incendiés et pillés  ce lundi 19 septembre 2016. Le siège de la ligue des jeunes du PPRD, le siège de l’interfédérale du PPRD,  les Sièges du RCD de Ruberwa, du CNC de Pius Mwabilu, le  Parquet Général  de Matete et parquet de Ndjili… n’ont pas échappé à la colère des manifestants.

Dans la nuit de lundi à mardi trois sièges des partis politiques de l’opposition vont  à leur tour être brulés : l’Udps d’etienne Tshisekedi, avec à l’intérieur des corps carbonisés, le Fonus de  Joseph Olengankoy,  le MLP de Frank Diongo, Ecidé de Martin Fayulu.  Mais ces attaques contre les sièges des partis politiques de l’opposition ont fait des victimes collatérales : le Siege de l’ULDC de Raymond Tshibanda, ministre des affaires étrangères, ainsi que  les locaux de la nouvelle société civile congolaise de Jonas Tshombela.

 Ces débordements ont également été  émaillé d’actes de pillage de quelques magasins tenus par des chinois et des espaces bukanga lonzo ainsi que par la destruction de quelques stations services, voire des antennes de banques locales.

Lundi et Mardi, Kinshasa ressemblait à une ville fantôme. Des biens immeubles et meubles appartenant à des cadres de la majorité ont été   saccagés, pillés ou incendiés. Il y a dans le lot, l’école Mme le Sévigné de Willy Bakonga,  l’école cartésienne de Steve Mbikayi, les  résidences privées de cadres de la majorité, à l’instar de India Omari à bandalungwa.  Des journalistes ont aussi fait le frais de cette violence …..

Mercedi, les activités ont repris timidement, mais la tension était encore perceptible dans quelques quartiers de la ville. …

 

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Congrès National de Petits Chanteurs lancé à Goma

RDC : La paix et la cohésion sociale au cœur du Congrès National de Petits Chanteurs lancé à Goma

Plusieurs centaines des jeunes venus de toutes les provinces de la République Démocratique du Congo …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire