DIALOGUE : LA DERNIERE TENTATIVE DE LA CENCO DE REPECHER LE RASSEBLEMENT SE SOLDE PAR UN ECHEC

Le Rassemblement des forces politiques et sociales acquis au changement ne bauge pas de ses lignes, en dépit de nombreux appels de la communauté internationale et même de la majorité présidentielle  (MP) à rejoindre une frange de l’opposition qui participe déjà au Dialogue.

Hier lundi 29 Aout 2016,  les bons offices de la conférence épiscopale  nationale du Congo (CENCO) n’ont pas suffi pour convaincre les cadres de cette plateforme de l’opposition. A la place, les Évêques ont reçu une fin de non-recevoir de la délégation du Rassemblement, conduite par Gilbert Kiakwama.

Après plus d’une heure d’échanges à huis clos, la délégation du Rassemblement a confirmé que l’option levée est restée inchangée.  Les préalables restent les mêmes. Il s’agit de la récusation d’Edem  Kodjo, de la libération des prisonniers politiques (nommément Diomi Ndongala, Jean-Claude Muyambo…), la cessation des poursuites contre Moise Katumbi. « Nous-mêmes, on a écouté, mais on n’a pas retenu, grand-chose. On attend voir. Nous allons nous assumer. Je crois que s’il y a quelque chose à dire, c’est surtout à notre peuple qui ne devra pas se décourager. Il ne faut  jamais penser qu’il y aura quelqu’un d’autre qui viendra défendre cette terre de nos ancêtres », a déclaré  Joseph Olenga Nkoy, membre du comité des sages du Rassemblement, à la sortie de la rencontre.

Lorsqu’ une dernière ligne droite nous sépare de la tenue effective du dialogue, le Rassemblement radicalise sa position en rejetant « toutes les conclusions qui sortiront de ce pseudo dialogue, qui est, selon lui,  un complot organisé contre la Nation pour liquider le Pacte républicain, conclu de haute lutte à Sun City ».

 Cette plateforme lance ainsi des actions du 1er au 19 septembre.

Pour le Rassemblement, «le facilitateur récusé vient d’aggraver la crise politique que traverse notre pays en réunissant au dialogue les ennemis de la République, désormais bien identifiés, qui acceptent d’accompagner Joseph Kabila dans sa détermination à obtenir, coute que coute, un troisième mandat, en violation flagrante de la constitution ».

D’où l’appel à « une mobilisation active aux actions de résistance par le Rassemblement à partir de 1er septembre 2016, précise un communiqué rendu public hier lundi 29 Aout et signé par le Président du conseil des sages du Rassemblement. Dans le lot des actions à mener, figure cet appel aux Congolais » de participer massivement au sit-in auprès des bureaux de la CENI de différents chefs-lieux des provinces et des missions  diplomatiques de la RDC à l’étranger, le lundi 19 septembre 2016, afin de réclamer la convocation immédiate de l’élection présidentielle et de déposer le préavis constitutionnel  à  l’actuel chef de l’Etat, qui doit libérer la Présidence de la République le 19 décembre.

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Vodacom

Vodacom Congo, meilleur employeur des femmes en RDC, lutte contre les violences domestiques grâce à sa politique globale

En 2019, le Groupe Vodacom a commandé une étude à KPMG qui a suggéré que …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire