mercredi, 13 novembre 2019
Home / A La Une / Kintambo : Un kuluna recidiviste surnommé Bouboul lynché par la population
kuluna

Kintambo : Un kuluna recidiviste surnommé Bouboul lynché par la population

La commune de Kintambo a vibré au rythme de la justice populaire ce week-end. A la base, le lynchage d’un malfrat récidiviste surnommé Bouboul, le vendredi 18 octobre qui était accompagné de son mentor mieux connu sous le nom de « Pull Over ». Ce tandem ne cesse pas de semer terreur et désolation dans le chef de la population.

Tout est parti du viol qu’il avait commis sur une paisible citoyenne et vendeuse de pain. Comme à l’accoutumée point besoin pour la maman de faire la grasse matinée en vue de batailler dur à la boulangerie question de faire la commande de pain.

C’est là que le chemin de croix de cette maman habitant sur Matadi commence. Le sulfureux Bouboul et sa bande se sont pris à elle pour la violenter; leurs mains, leurs doigts avec une extrême violence sont mis à contribution.

Après ce forfait, Bouboul qui a une famille à Kwamouth et son alter ego, Pull Over ont filé à l’anglaise. La dame s’est battue comme le diable dans un bénitier pour rentrer à la maison.
Irrités par cet acte odieux,les habitants du quartier se sont mobilisés comme un seul homme à la recherche de ce récalcitrant.

Quelques sportifs et jeunes l’ont intercepté le lendemain soir sur l’avenue Loadi à en croire les sources proches. Ce hors la loi est amené jusqu’à l’avenue Matadi. Tout semblait alors se conclure juste par un simple interrogatoire mais c’était sans compter avec cette foule qui tenait mordicus à en finir.

C’est alors à son tour que le calvaire de celui qui était jadis membre du gang  » FARDC » a commencé. Des coups venant de partout, des bâtons voire des briques l’ont mis chaos en un clin d’œil. Bouboul a remercié son boulanger sur le champ vers 22h. La population a jubilé à l’instar de la victoire des Léopards à la Coupe d’Afrique des nations ( Can).

« Nous sommes contents. Nous étions calmes un moment donné mais voilà ces bandits de chemin ont repris à nous causer du tort. On ne peut plus se promener le soir ou la nuit dans notre commune. C’est inconcevable. Les autorités doivent mettre un terme à ce phénomène Kuluna qui sévit dans la capitale. Tout se paie ici bas. » a indiqué un témoin oculaire qui a requis l’anonymat.

« Le corps d’un ennemi mort sent toujours bon » disait Charles IX devant le corps de l’amiral de Coligny, le gang adverse  » Banlieue  » ayant sa base sur l’avenue Lusambo a demandé que l’on puisse leur expédier sa dépouille.
Ce qui a été fait illico. Quelques minutes après, le sang coulait à flot, le visage défoncé, méconnaissable et les gens ne cessaient d’accourir le lieu pour constater ce dégât. Des photos et vidéos ont été prises.

500 DOLLARS AMÉRICAINS MIS EN JEU

Alertée la police est intervenue pour disperser la population. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre le lendemain.
Les ressortissants de l’ex- Léo II ont jubilé mais promettent de finir le travail en rendant la monnaie de la pièce au redoutable et rusé « Pull Over ». Celui-ci est l’ennemi public numéro un à Kintambo et son nom est sur toutes les lèvres dans le vécu de ceux qui ont collé à leur commune le nom de « Miami » pour sa propreté.

A en croire, les sources dignes de foi du quartier Kilimani, 500 USD seraient mis en jeu par un Monsieur pour celui qui va en finir avec ce malfaiteur qui arrive souvent à renifler le piège tendu.

Quand bien même il s’est volatisé, il ne cesse de multiplier de menaces et envisage de frapper coup sur coup. Il y a au moins une année, c’était le martyre de ses compagnons de lutte à savoir « Jésus » à Kwamouth, « Marco » dans la commune de Ngaliema.

Boubul renvoie à l’un des monstres difficiles à vaincre par les guerriers de l’espace dans le dessin animé intitulé « Dragon Ball Z » de la télévision japonaise, manga. Il a fallu que toutes les énergies de tous les terriens puissent fédérer pour que l’ héros Sangoku s’en débarrasse.

Gloire BATOMENE

Essayer encore

Irène-Esambo

RDC : Vivement des infrastructures adéquates pour l’intégration de la personne vivant avec handicap

C’est le combat de la Ministre Déléguée en charge de la personne vivant avec handicap …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire