jeudi, 15 novembre 2018
Home / Economie / RDC: La GSMA plaide pour la réduction de charges fiscales dans le secteur de la téléphonie mobile
Gsma -Association

RDC: La GSMA plaide pour la réduction de charges fiscales dans le secteur de la téléphonie mobile

Dans son dernier rapport issu d’une investigation de grande envergure menée à travers les pays africains notamment en République démocratique du Congo où le système fiscal est jugé très complexe avec une charge fiscale élevée sur la téléphonie mobile, il a été relevé la faible utilisation de services de la téléphonie mobile et l’accès difficile à l’internet de la population à cause aussi bien à la possession d’un smartphone que de son coût élevé et tant d’autres obstacles et difficultés avec la fourniture du courant électrique.

Le taux de pénétration à l’intérêt est encore faible a relevé Son directeur Afrique Subsaharien Jean François Le Bohan au cours d’un échange avec la presse à Kinshasa.

Pour contourner cette situation, la structure internationale recommande au gouvernement congolais de réduire les charges fiscales dans le secteur de la téléphonie mobile et de revoir les principes de taxation. Elle estime que l’accès à l’ internet doit devenir un jour suffisamment abordable pour que le droit à tous d’avoir accès à internet soit palpable sur toute l’étendue de la RDC.

c’est dans cette optique que la GSMA attend amener la Rdc vers un objectif commun des Nations-Unies qui vise à focaliser les gouvernements pour offrir un large accès aux services de la téléphonie mobile aux populations. Ces objectifs sont à atteindre d’ici 2025.

A cet effet, la digitalisation des services dans le monde a pris de l’ampleur et évolue le jour au jour et l’efficacité d’un système fiscal requiert beaucoup davantage. Et la fiscalité du secteur de la téléphonie mobile de la République Démocratique Du Congo peut être plus intégrateur dans la perspective d’une économie numérique plus numérique plus inclusive et beaucoup plus croissante.

Dans ce même rapport, la GSMA association, a fait savoir Jean François, estime qu’il y a besoin d’une fiscalité du secteur mobile qui permet un meilleur équilibre entre la maximisation des revenus fiscaux, la croissance économique et le développement social. Ces affirmations s’appuient sur les résultats du rapport « reformer la fiscalité de la téléphonie mobile en République Démocratique Du Congo pour soutenir la croissance économique grâce à un cadre fiscal plus favorable…« .

La mis en commun des conclusions du rapport de la GSMA association et des réflexions des experts de la fiscalité en République Démocratique Du Congo conduira sans doute à des options autant bénéfiques pour toutes les parties prenantes que pour la population qui utilise la service mobile.

 Jean François

 

Le directeur Jean François s’est exprimé en ce terme:

« c’est pour nous une occasion de partager un travail que nous avons fait au niveau de l’industrie, une réflexion sur les conditions d’exploitation des opérateurs mobiles, une réflexion sur la contribution économique de l’industrie mobile à l’économie nationale congolaise. Sur ce sujet, je crois que c’était important de rappeler le réseau mobile est une plate forme sur laquelle des nombreux services se développent aujourd’hui que ça soit le service financier mobile qui transforme la vie quotidienne des congolais, c’est aussi une plate forme dans laquelle les autres secteurs de l’économie peuvent s’appuyer que ça soit le secteur de l’agriculture  » a-t-il conclu.

MM

Essayer encore

carburant station RDC

RDC : Risque d’une pénurie de carburant

Les festivités de fin d’années risquent d’être rudes en RD.Congo. Tenez ! Au-delà des élections qui …

Avez-vous aimé l'article? Laissez votre commentaire