Félix Tshisekedi, à son arrivée à Windhoek, en Namibie, le 26 février 2019
Félix Tshisekedi, à son arrivée à Windhoek, en Namibie, le 26 février 2019. © DR / Présidence RDC

USA : Tshisekedi sous pression !

Il y a des signes qui ne trompent pas. En une année au pouvoir et moins d’une année depuis son premier voyage aux USA, le président de la République a voyagé (encore) et ce, pour la troisième fois, pour le pays de l’oncle Sam. Ce record, aucun autre chef d’Etat ne l’a réalisé avant lui, depuis le début des relations diplomatiques entre Kinshasa et Washington, et même dans la sous-région.

Que cherche-t-il au juste? Au commun des mortels, l’on dira sans doute, et comme toujours relayé par la presse, que le chef de l’Etat est à la recherche des Investisseurs. Ce qui n’est pas tout à fait vrai, tout à fait faux non plus. En tout cas, il ne faudrait pas que Félix Tshisekedi multipliât autant de voyages, dans un laps de temps, pour que les  investisseurs abondent les rues et provinces congolaises. La vari raison est donc ailleurs. Et le chef pourra ainsi faire d’une pierre, deux coups. D’où sa rencontre avec la communauté juive, notamment, dans le cadre de American Israël public Affairs Commitee (AIPAC).

En tout cas, entre les signes, l’on sait apercevoir un profond malaise chez Félix Tshisekedi. Comme les deux précédentes, cette troisième visite n’est pas une visite d’Etat (en protocole diplomatique, il existe une différence entre une visite d’Etat et une visite officielle, petite nuance). Que cette énième visite aux USA ait lieu après la visite (annoncée par Félix Tshisekedi) avortée du secrétaire d’Etat américain, que le Président de la République va d’ailleurs rencontrer, en dit tout. En plus du fait que Félix Tshisekedi rencontrera aussi, en privé, le Chef de la CIA, du Pentagone et d’Africom.

Il y a quelques jours, Mike Pompeo était en Afrique. Alors qu’il était attendu à Kinshasa, le secrétaire d’Etat américain s’est rendu notamment en Angola et à Addis-Abeba au siège de l’UA, pour parler « sécurité ». Pendant que Pompeo visitait le continent, Peter PHAM, envoyé spécial de Donald Trump dans la région des Grands Lacs, a effectué un balai diplomatique insolite à Kinshasa, se rendant notamment chez le cardinal Ambongo, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi puis Joseph Kabila. Et après la tournée africaine du Secrétaire d’Etat américain, le Commissaire paix et sécurité de l’UA, Smail Chargui, était à Kinshasa pour rencontrer Joseph Kabila et Félix Tshisekedi.

Ainsi que l’avait récemment déclaré Peter PHAM à Félix Tshisekedi, « la situation actuelle en RDC représente une menace contre la sécurité nationale américaine et que les Etats-Unis vont prendre toutes les dispositions nécessaires ». Selon des sources recoupées, les USA veulent passer à la phase supérieure, celle de la mise en œuvre de l’exécution de leurs menaces, avec ou sans l’approbation de Kinshasa : restaurer la sécurité au Congo pour sécuriser les USA. Cette restauration passera notamment par la lutte contre l’impunité, la corruption, le trafic d’armes et d’Uranium, etc.

Après le rapprochement américain avec les Talibans au Pakistan, C’est notamment sur cette question de l’Iran que se jouera la survie de Donald Trump à la Maison Blanche, en considérant l’élection présidentielle de novembre prochain : si l’élimination de Ben Laden a permis à Barack Obama de briquer un second mandat, l’anéantissement de l’Iran, actuelle bête noire des américains, devrait l’être pour Donald Trump. Et selon Washington, cet anéantissement de l’Iran devra passer (curieusement) par le contrôle de sa probable source d’approvisionnent en uranium que serait la RDC.  D’où la raison d’être de la visite de Félix Tshisekedi à Washington, une visite à doubles enjeux : soit il approuve l’agenda américain et devient allié de Washington qui lui assurera sécurité et développement (ce qui reviendrait à mettre en brèche la coalition FCC-CACH sur le plan interne), soit il résiste et les USA liste la RDC comme pays soutenant le terrorisme et lui inflige des sanctions (ce qui compliquerait sérieusement l’action de Félix Tshisekedi).

PM

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

RDC: le projet de budget 2022 s'élève à hauteur de 20.682,6 milliards de FC (environ 10,3 milliards USD)

RDC: le projet de budget 2022 s’élève à hauteur de 20.682,6 milliards de FC (environ 10,3 milliards USD)

Le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde a déposé, ce mercredi 15 septembre 2021, au Bureau …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire