Floribert-Chebeya

Affaire Chebeya : Jonas Tshombela appelle la Société Civile à organiser des marches pacifiques pour exiger la réouverture du procès

Le président de la Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC), Jonas Tshombela appelle tous les mouvements citoyens, les associations, les activistes pro-démocraties, les militants des droits de l’homme de se lever comme un seul homme et d’organiser des marches pacifiques pour exiger la réouverture du procès Chebeya. Ce, après de graves révélations des policiers Hergil Ilunga et Alain Kayeye à l’étranger sur l’assassinat de cet activiste des droits de l’homme y compris son assistant et chauffeur, Fidèle Bazana depuis juin 2010.

Selon Jonas Tshombela, le silence et l’inaction n’ont plus raison d’être après de révoltantes et bouleversantes révélations sur l’assassinat du président de la Voix des Sans Voix ( VSV), Floribert Chebeya et son chauffeur Fidèle Bazana.

«Avec ces révoltantes et bouleversantes révélations, notre silence et inaction ne peuvent plus se justifier, le moment est venu de nous unir pour réclamer la justice pour Floribert Chebeya et son compagnon Fidèle Bazana. Chers militants des droits de l’homme, société civile, associations, mouvements citoyens, activistes pro démocratie, levons-nous impérativement et mobilisons nous à travers des actions pacifiques pour exiger la réouverture immédiate de ce procès et que justice soit faite», est-il monté au créneau.

Il a poursuivi en disant que les intouchables d’hier sont inéluctablement dans les tourments après que leurs noms ont été cités dans ces dossiers.

Plusieurs noms reviennent d’un côté et certains sont dévoilés dans un autre, il s’agit de l’adjudant Hergil Ilunga, du colonel Daniel Mukalay, Inspecteur général à la direction des renseignements généraux et services spéciaux, le major Christian Ngoy Kenga Kenga, officier bataillon  » Simba ».

LES TOURMENTS DANS LE CHEF DES BOURREAUX

« Ces intouchables de l’ancien régime, sont certainement aujourd’hui dans les tourments inouïs, car cités dans ce dossier à en croire les troublantes révélations faites par ces policiers avec des détails sur certains présumés auteurs et leur rôle dans ce double assassinat emblématique de deux militants des droits de l’homme, cela sous le règne du régime de triste mémoire« , a souligné Jonas Tshombela.

Floribert Chebeya et son chauffeur Fidèle Bazana ont été retrouvés mort le 2 juin 2010. Le nom de John Numbi, à l’époque chef de la police nationale a été plusieurs fois cité par les membres de la Société Civile. D’ailleurs il a été suspendu de ses fonctions à titre conservatoire le 5 juin 2010.

Le 23 juin 2011, la Cour militaire de Kinshasa-Gombe a condamné quatre des huit policiers prévenus dans l’affaire à la peine capitale. Un cinquième à la prison à perpétuité, et acquitté les trois autres.

Coup de théâtre, le 17 septembre 2015, la justice congolaise a acquitté en appel quatre de ces policiers et allégé la condamnation du cinquième. Une décision boudée par les familles des victimes.

Une plainte a été déposée, le 2 juin 2014, devant la justice sénégalaise sur base de la loi sénégalaise dite de compétence extraterritoriale. Cette plainte visait l’un des responsables présumés de ce double assassinat qui avait trouvé refuge au pays de Macky Sall .

Gloire BATOMENE

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Rivière N'djili à Kinshasa

RDC : Drame sur la rivière Ndjili à Kinshasa

Une cérémonie de baptême aurait mal tourné ce dimanche dans la rivière N’djili emportant ainsi …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire