Eliezer vs Ngoyi Kasanji

Christopher Ngoyi: « Affaire Eliezer-NGOKAS, la chaîne Flamande CANALZ fait allusion de la vente d’un Diamant de 35 carats à 40.000.000€ »

Christopher Ngoyi, acteur de la société civile de la République démocratique du Congo s’étonne que la pierre d’une telle grosseur ne peut se commercialiser sur un marché aussi important sans la moindre certification par le Pays d’origine qui est la RDC à travers le Centre d’Expertise d’Évaluation et Certification CEEC.

Cependant l’élaboration du certificat de Kimberley requiert une procédure très contraignante qui exige aussi bien la traçabilité que la transparence et la régularité allant de l’extraction en passant par les différentes catégories de négociants impliqués jusqu’au négociant catégorie A ou le comptoir en ordre de pouvoir exporter précise cet acteur de la société civile.

Ainsi, pour Christopher Ngoyi, l’action menée en justice par Alphonse NGOYI KASANJI contre le journaliste Eliezer Ntambwe qui n’a fait que son travail d’investigation en accordant la parole à des compatriotes congolais bien identifiés se disant victimes de l’extorsion d’un Diamant curieusement de même valeur pondérale soulève la curiosité.

Il y a donc lieu d’établir un lien entre cette revendication d’un diamant 35 carats sur le micro de « TOKOMI WAPI » et la diffusion faite le 13 mars 2018 par la chaîne Flamande CANALZ faisant allusion à la vente d’un Diamant de 35 carats à 40 Millions d’euros pour comprendre qu’il s’agirait vraisemblablement d’une fuite en avant du gouverneur du Kasai central pour étouffer l’affaire principale qui au-delà du manque à gagner pour le trésor étale au grand jour le banditisme, la perfidie sans scrupule, la mafia . . . dont sont victimes les pauvres opérateurs du secteur de diamant sous la couverture et la complicité de certains responsables du ECCE précise Christopher Ngoyi.

A cet effet, cet activiste de la société civile exige la cessation des poursuites farfelues contre Eliezer Ntambwe, l’ouverture sans tarder d’une enquête judiciaire par le Procureur Général de la République se fondant sur les indices de fraude minière, l’envoie d’une commission à Anvers. Si tel n’est pas le cas poursuit-il, la société civile devra entrevoir d’autres options pourquoi pas à l’ étranger à la faveur qu’offre le principe de Kimberley afin de tirer l’affaire principale au claire et permettre aux parties lésées dont l’État Congolais de recouvrer leurs droits.

Matininfos/Joël imbole

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Consultations politiques:Le Cafco sous la houlette de sa Coordinatrice, Grâce Lula reçut par la Première ministre, Judith Suminwa Tuluka

Gouvernement/Le cadre permanent de concertation de la femme congolaise: « Nous serons les béquilles sur lesquelles la Première ministre va se reposer »

Le Cadre permanent de concertation de la femme congolaise (Cafco) a pris la ferme résolution …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire