Ebola - Muyembe

Ebola : Lancement conjoint RDC-Rwanda du deuxième vaccin Johnson and Johnson

Le deuxième vaccin « Johnson and Johnson » contre le virus Ebola a été lancé officiellement dimanche 08 décembre 2019 à Rubavu, précisément à la frontière entre la République démocratique du Congo et le Rwanda. Cela, dans le cadre  de la protection régionale contre cette maladie, dans le cadre de règlement sanitaire internationale qui fait des relations inter frontalières l’une de ses priorités.

Pour le Prof. Jean-Jacques Muyembe, Secrétaire technique du CMRE, ce lancement conjoint pourra contribuer à renforcer la sécurité sanitaire régionale et internationale dans le volet vaccination. La RDC a déjà commencé à vacciner ses populations de Majengo et de Kahembe dans la zone de santé de Karisimbi, dans la ville de Goma et depuis le 14 novembre 2019 plus de 1300 personnes ont déjà été vaccinées.

Ebola - Muyembe

La première personne à recevoir le deuxième vaccin, est un congolais, un collaborateur du Prof. Muyembe, qui s’est félicité de cette dose qui vient la protéger contre le virus Ebola. Il a, à cet effet, invité les autres personnes du Rwanda et de la RDC à suivre cet exemple.

Dr. Diane Gashumba, Ministre rwandais de la Santé a indiqué qu’il est très important de saisir cette occasion pendant ce moment où l’épidémie continue encore à faire des victimes en RDC pour vacciner leur population afin de l’épargner des éventuelles Epidémies. Cette vaccination, pour le Rwanda, est conduite par l’Organisation « Umurinzi », qui signifie le gardien.

La cérémonie du lancement de J&J a été clôturé par une conférence de presse animée par le Secrétaire technique du Comité Multisectoriel de l’épidémie à la Maladie à virus Ebola et le ministre de la Santé  de la République du Rwanda.

Aussitôt qu’il a quitté le Rwanda, le Secrétaire Technique du CMRE s’est directement rendu au centre de santé, où sont hospitalisés les blessés revenus de Biakato à la suite des attaques par des inciviques armés dans la nuit du 27 au 28 novembre 2019. Ils sont au total 7, dont une femme, qui se sont dits prêts à reprendre leur travail salvateur, particulièrement les personnes malades de la MVE.

Il faut noter que le lancement du deuxième vaccin J&J a été fait devant le Vice-gouverneur de la Province du Nord-Kivu accompagné de son ministre provincial de la Santé, le Coordonnateur général de la riposte à l’épidémie à la Maladie à virus Ebola et différents partenaires, notamment un représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et un représentant de la firme Johnson and Johnson.

Statistiques

Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 3.320, dont 3.202 confirmés et 118 probables. Au total, il y a eu 2.209 décès parmi lesquels 2091 confirmés et 118 probables ainsi que 1084 personnes guéries. Aussi, 391 cas suspects sont-ils en cours d’investigation. 4 cas suspects ont été notifiés le 05 décembre 2019 dans l’Aire de santé Osso à Lubutu dans la province de Maniema. 1 cas a été invalidé. Parmi les 3 suspects restants, les premiers prélèvements de 2 suspects sont négatifs et leur évolution clinique est bonne. Ils sont en entente du deuxième prélèvement. 1 suspect est décédé et le prélèvement buccal n’a pas été réalisé et le corps a été sécurisé et remis à la famille.

Cependant, un nouveau cas a été confirmé au Nord-Kivu à Mabalako.  Alors qu’aucun nouveau décès ne figure parmi les cas confirmés ; aucune personne guérie n’est sortie des CTE ; aucun agent de santé ne figure parmi les nouveaux cas confirmés. Le cumul des cas confirmés/probables parmi les agents de santé est de 164 (5 % de l’ensemble des cas confirmés/probables), dont 41 décès.

Seulement, les activités de la riposte à l’épidémie de la Maladie à virus Ebola sont paralysées dans les sous-coordinations de Beni, Mangina et Biakato pour des raisons sécuritaires.

Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018 avec le vaccin rVSV-ZEBOV, 256.229 personnes ont été vaccinées ;

Approuvé le 22 octobre 2019 par le Comité d’Éthique de l’école de santé publique de l’université de Kinshasa et le 23 octobre 2019 par le comité d’Éthique national,  le deuxième vaccin, dénommé Ad26.ZEBOV/MVA-BN-Filo, est produit par la firme Janssen Pharmaceuticals pour la société Johnson & Johnson.

Ce nouveau vaccin vient en complément du premier, le rVSV-ZEBOV, vaccin utilisé jusque-là (depuis le 08 août 2018) dans cette épidémie fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Éthique le  20 mai 2018. Il a été récemment pré-qualifié pour homologation.

Sensibilisation

CMRE rappelle ces recommandations :

  1. Respectez les mesures d’hygiène de base, notamment le lavage régulier des mains à l’eau et au savon ou à la cendre ;
  2. Si une connaissance venant d’une zone en épidémie vient vous rendre visite et qu’elle est malade, ne la touchez pas et appelez directement le numéro vert de la protection civile du Nord-Kivu ;
  3. Si vous êtes identifiés comme contact d’un malade d’#Ebola, acceptez d’être vacciné et suivi pendant 21 jours ;
  4. Si une personne décède d’Ebola, respectez les consignes pour les enterrements dignes et sécurisés. Il s’agit simplement d’un mode d’enterrement qui respecte les coutumes et traditions funéraires tout en protégeant la famille et la communauté de la contamination par le virus Ebola ;
  5. Pour tous les professionnels de la santé, respectez les mesures d’hygiène dans les centres de santé et déclarez toute personne malade présentant les symptômes d’Ebola (fièvre, diarrhée, vomissement, fatigue, anorexie, saignement ;
  6. Si tous les citoyens respectent ces mesures sanitaires préconisées par le Secrétariat, il est possible de mettre fin rapidement à cette 10ème épidémie.

Judith Asina

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire