Envol dément la création d’une coalition avec Fayulu mais évoque une convergence de point de vue

L’Envol, parti cher à l’honorable Delly Sesanga dément la création d’une nouvelle coalition avec l’opposant Martin Fayulu, appelé  » Front civique contre le glissement » en prélude de prochaines élections présidentielles prévues en 2023. C’est ce qu’a indiqué Pistis Mutemba Tambwe, un des cadres de cette formation politique à Kintambo, le lundi 26 juillet à matininfos.net.
 
Pour l’ Envol, la coalition Sesanga-Fayulu ( SEFA) n’a pas vu le jour en prévision du scrutin censé avoir lieu dans deux ans. Les déclarations du chef de file du parti sur Top Congo FM et TV5 monde ont été tout simplement mal interprétées.
 
 » A l’heure actuelle, il n’est pas question d’une probable coalition, c’est juste une convergence de point de vue. Donc Martin Fayulu, la Lucha, Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba et d’autres acteurs politiques qui ont soutenu autrefois la recherche du consensus pour les réformes électorales sont dans la ligne du Front civique contre le glissement. Il n’y a même pas de pourparlers entre Delly Sesanga et Martin Fayulu. Delly Sesanga est le gendarme des réformes au sein de l’ Assemblée nationale en partenariat avec le G13. Il faut éviter de faire croire à l’opinion qu’il y a une coalition qui est en gestion entre les deux acteurs politiques« , a explicité Pistis Mutemba.
 
Selon lui, quelques dérapages ont été constatés en ce qui concerne les réformes de la loi sur la CENI à l’Assemblée nationale. Des indices qui prouvent à suffisance que les élections à venir seront entachées une fois de plus, de plusieurs irrégularités et ne réfleteront pas la vérité des urnes.
 
« La loi sur la CENI a été adoptée à l’Assemblée nationale pas comme les acteurs politiques et toutes les forces vives de la nation se sont entendus lors de la recherche du consensus. Il y a eu quelques dérapages. Ces éléments mettent en doute le respect de la tenue des élections dans le delai constitutionnel et montrent à suffisance qu’elles ne seront pas crédibles, inclusives et transparentes« , a-t-il poursuivi.
 
Le G13 avait une vue panoramique sur cette épineuse et sensible question en mettant sur pied une feuille de route au cas où les réformes à la chambre basse du Parlement ne seraient pas conformes au texte proposé.
 
« Lors du consensus,le G13 avait fait passer une feuille de route qu’on appelle * l’agenda citoyen*, un garde-fou si au niveau de l’Assemblée nationale, les réformes ne seraient pas faites selon l’esprit et la lettre de cette feuille de route. Ainsi un front civique contre le glissement était déjà envisageable à l’époque pour veiller à ce que les réformes électorales se fassent normalement et dans le délai constitutionnel. Le G13 avait balancé un tweet dans ce sens« , a rappelé Pistis Mutemba.
 
Plusieurs candidatures ont été déposées par la Société civile en l’occurrence les confessions religieuses pour la lutte acharnée en vue de désigner le futur président de la CENI, l’arbitre officiel du futur clasico politique en RDC après le scrutin contesté de 2018.
Gloire BATOMENE

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Ferdinand Kambere

RDC : Vers un rapprochement entre la coalition Lamuka et le FCC?

« Le mariage entre les plateformes de l’opposition, tant qu’on tient sur les mêmes objectifs pour …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire