Ntantu Mey
Jean-Marie Ntantu Mey, doyen de la Société Civile soutient et encourage les travaux des Journées nationales sur les réformes électorales ( Jonaref).

Jonaref/Ntantu Mey invite le G13 à convaincre d’autres députés pour que leurs conclusions se muent en lois opposables à tous

Le doyen de la Société Civile, Jean-Marie Ntantu Mey appelle le Groupe de 13 personnalités ( députés nationaux et autres acteurs ) d’associer et de convaincre d’autres députés. Ce, pour que les conclusions des travaux des Journées nationales sur les réformes électorales ( Jonaref) deviennent « des lois opposables à tous » en vue d’éviter des contestations et des conflits post-électoraux lors du scrutin de 2023. Ces assises se sont déroulées du mercredi 9 au samedi 12 septembre à Kinshasa.

Une grande partie de la Société Civile a pris part pendant quatre jours dans la capitale aux Journées nationales sur les réformes électorales en prévision de 2023.

L’initiateur du Bureau d’action et d’éveil culturels ( Bac), Jean- Marie Ntantu Mey, a soutenu et encouragé les organisateurs de ces assises mais aussi, a invité le G13 à se battre comme le diable dans un bénitier lors de différents débats au Parlement.

« Comme nous l’avons toujours dit, le Bac soutient et encourage les organisateurs des Jonaref pourvu que tous les participants soient sincères, honnêtes et convaincus du travail élaboré ensemble« , a-t-il affirmé.

« Au groupe de 13 parlementaires, il leur revient de faire qu’au Parlement, qu’ils puissent associer, convaincre d’autres députés afin que nos conclusions deviennent des lois opposables à tous. Et au cas où au Parlement, il y aurait toujours des résistances, des opinions qui sont conservatrices, la coalition des participants à ces Jonaref puissent sensibiliser toutes les populations à travers toutes les 26 provinces, tous les territoires afin que la population exerce une pression telle que les réfractaires soient isolés et que nous imposions la réforme de la loi électorale et du fonctionnement de la Ceni. Dans cette réforme, les prochaines élections seront aussi mauvaises si pas pires que les trois précédentes« , a tiré la sonnette d’alarme Ntantu Mey.

LA SENSIBILISATION DE TOUTES LES COUCHES DE LA POPULATION

Pour sa part, Bishop Djamba, Coordonnateur de ces assises, a salué la forte participation de la Société Civile dans sa diversité.

« Dans ces assises, nous avons des Organisations de la Société Civile dans sa diversité, plusieurs confessions religieuses, des syndicats, les défenseurs des droits humains, les observateurs électoraux, des femmes, des jeunes, des personnes vivant avec handicap, albinos« .

Il s’est félicité de la connexion des autres délégués des provinces grâce à la technologie.

Le Bishop Djamba, a évoqué la mise sur pied d’une coalition défendant ses réformes en vue de sensibiliser les couches de la population.

« Nous sommes installés dans tous les pays. Nous avons connecté les provinces à cette activité, il n’était pas possible de faire venir les délégués des provinces mais ils sont connectés par des applications technologiques à cette activité. Après ces ateliers, nous allons avoir un travail de sensibilisation. Les Organisations de la Société Civile et tous les acteurs politiques qui sont avec nous vont se mettre en synergie dans une coalition pro-réforme et nous allons atteindre toutes les couches« , a-t-il indiqué.

VIVEMENT L’IMPLICATION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET DU PARLEMENT

Les organisateurs de ce forum à l’image du Comité laïc de coordination (CLC) vont faire le plaidoyer, le lobbying pour tenter obtenir des réformes.

Ainsi ils voudraient aussi l’implication du Président de la République entant que garant du bon fonctionnement des institutions et du Parlement, comme institution en charge de l’élaboration des lois.

« Nous attendons du Président de la République, institution garant du bon fonctionnement des institutions de porter la voix des citoyens compte tenu de la loi référentielle de la Société Civile sur les réformes électorales auprès des autres institutions afin de sa prise en compte des modifications de lois.
Au Parlement, institution en charge de l’élaboration des lois, d’inscrire l’examen et l’adoption de la proposition des lois portant modification de la loi organique sur la Ceni au calendrier de la session parlementaire du mois de septembre 2020 et celle portant modification de la loi électorale au plus tard à la session parlementaire de mars 2021« , a souligné Justin Okana du CLC.

« De faciliter l’implication de la Société Civile dans l’examen desdites propositions au niveau de la Commission parlementaire en charge de ces questions », a-t-il poursuivi.

La RDC organisera des élections présidentielles, législatives nationales et provinciales en 2023. La Société Civile est consciente des enjeux de l’heure et voudrait qu’il n’ait plus de vives contestations causant de pertes en vies humaines.Les élections de 2006, 2011 et de 2018 ont été boudés par plus d’un au pays.

Ces journées étaient organisées par le Consortium CARC24, CEJP/Cenco, CJPSC/ECC et Symocel et ses partenaires, le Cadre de concertation national de la Société Civile ( CCNSC), le Comité laïc de coordination ( CLC), les Congolais Debout et la Nouvelle Société Civile Congolaise ( NSCC).

Quelques Parlementaires, les représentants d’institutions et des partenaires y compris des partenaires techniques et financiers ont également rehaussé de leur présence la manifestation.

Gloire BATOMENE

A Lire Aussi

Exetat

RDC : Une folle ambiance après proclamation des résultats d’Exetat dans la ville de Kinshasa

Les résultats de l’examen d’État de la ville-province de Kinshasa ont été publiés en début …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire