Eurodéputés UE

L’UE persiste :« Le droit à manifester pacifiquement est un élément essentiel indispensable pour la tenue des élections »

Elle a réagi à l’issue des dernières des manifestations réprimées dimanche 21 janvier 2018 en RDC, lancé par le Comité Laïc de Coordination (CLC). Dans une déclaration signée par Catherine Ray son Porte-parole, l’Union Européenne, indique qu’il incombe aux Autorités congolaises de garantir le respect et le plein exercice des droits humains et des libertés fondamentales, y compris le droit de manifester pacifiquement. Car il s’agit d’un élément essentiel qui, combiné aux mesures de décrispation prévue dans l’accord, est indispensable pour la tenue d’élections crédibles.

Ci-dessous l’intégralité de sa déclaration :  

Déclaration du Porte-Parole sur la situation en République démocratique du Congo

Les violences commises par les forces de sécurité lors des manifestations organisées en République démocratique du Congo (RDC) ont entraîné de nouvelles pertes humaines et fait de très nombreux blessés.

Ces actes répréhensibles vont à l’encontre de l’engagement affiché du gouvernement de créer les conditions propices pour l’organisation des élections et appellent des enquêtes judiciaires effectives afin que les responsables puissent en répondre devant la justice.

Il appartient à l’ensemble des acteurs congolais de tout mettre en œuvre pour parvenir à l’organisation d’élections en 2018, dans un esprit de dialogue. Le cadre est tracé par la Constitution et l’Accord politique de la Saint Sylvestre, et rappelé par le Conseil de Sécurité des Nations Unies dans sa résolution 2348 (2017). Il incombe aux autorités congolaises de garantir le respect et le plein exercice des droits humains et des libertés fondamentales, y compris le droit de manifester pacifiquement. Il s’agit d’un élément essentiel qui, combiné aux mesures de « décrispation » prévues dans l’Accord, est indispensable pour l’organisation d’élections crédibles.

L’Union européenne continuera à soutenir le rôle de la mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) et à travailler en étroite concertation avec l’Union Africaine et d’autres partenaires africains. Elle utilisera tous les instruments à sa disposition pour contribuer à une alternance politique pacifique en RDC.

Catherine RAY

Spokesperson for Foreign Affairs and Security Policy

+32 (0)2 29 69921

A Lire Aussi

RDC : La session extraordinaire pour examiner la motion contre le gouverneur finie en queue de poisson au Maniema

RDC : La session extraordinaire pour examiner la motion contre le gouverneur finie en queue de poisson au Maniema

Convoquée pour ce samedi 15 Août 2020, la session extraordinaire s’est ouverte par une cérémonie …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire