jeudi, 27 juin 2019
Home / A La Une / RDC : Le PAM a assisté 5 millions de personnes en 2018
pam

RDC : Le PAM a assisté 5 millions de personnes en 2018

C’est un record double par rapport à l’année dernière. Le Programme Alimentaire Mondiale (PAM) a évité la famine dans le Kasaï et le Kasaï central et a rapidement intensifié ses interventions dans les provinces de l’Ituri, du Tanganyika ainsi que du Nord et du Sud-Kivu, où des conflits violents ont contraint beaucoup de personnes à fuir leurs foyers.  

Dans un communiqué rendu publique jeudi 21 décembre 2018, le PAM informe qu’une assistance a été fournie sous forme de vivres, d’espèces et d’aliments fortifiés spéciaux pour le traitement et la prévention de la malnutrition aiguë qui touche 4,6 millions d’enfants à l’échelle nationale.  Face à la montée de la violence, aux déplacements massifs, aux mauvaises récoltes, à la pauvreté endémique qui ont presque doublé le nombre de personnes en insécurité alimentaire extrême en RDC atteignant 13,1 millions, le PAM a étendu ses opérations pour atteindre un nombre de 5 million de personnes.    Aussi, l’amélioration du financement de ses opérations lui a-t-elle permis de restaurer les rations alimentaires complètes à certains bénéficiaires qui, depuis plusieurs mois, devaient se contenter de la moitié des quantités programmées.

Soutien aux MEV

En effet, deux épidémies mortelles de Maladie à Virus Ebola (MVE) ont compliqué la situation humanitaire de la RDC pendant cette année. La première, déclarée en mai dans le nord-ouest de la province de l’Équateur, a été jugulée en trois mois grâce aux efforts énergiques menés par divers intervenants, sous la direction du ministère de la Santé.  L’assistance alimentaire du PAM aux malades confirmés et présumés, aux patients sortis de l’hôpital et à leurs familles ainsi qu’aux  contacts des victimes a contribué à limiter les mouvements de population à risque et a été la clé du succès de la campagne. Le rôle de cette agence en tant que responsable de la logistique humanitaire des Nations Unies et le déploiement d’experts, d’aéronefs et d’autres actifs en appui à la réponse élargie de la communauté plus large ont également contribué de manière significative.

Cependant, la flambée subséquente, déclarée en août et la deuxième plus importante au niveau mondial, persiste. A ce jour, plus de 540 cas ont été signalés dans les provinces très peuplées du Nord Kivu et de l’Ituri, faisant 300 victimes. Cette fois encore, le PAM a joué un rôle clé dans la riposte, fournissant une assistance alimentaire à 86.000 personnes touchées et un soutien logistique de grande envergure.

Il faut signaler que l’épidémie dans l’Est pourrait durer encore plusieurs mois, selon le Ministre de la santé et aller au-delà puisque l’accès aux personnes dans le besoin est entravé par des attaques meurtrières des groupes armés, une population très mobile ainsi que par les craintes et les préjugés des communautés locales à propos du traitement contre Ebola.

Toutefois, la réponse humanitaire en RDC a été davantage compliquée par l’expulsion récente de quelque 380 000 de ses ressortissants du Nord de l’Angola vers la région du Kasaï, menaçant d’aggraver l’insécurité alimentaire déjà sévère de ce dernier et sa fragile stabilité.  Ici, l’assistance du PAM comprend des espèces et des produits nutritionnels aux points d’entrée aux frontières, ainsi que des rations alimentaires pour les familles d’accueil et les familles en transit. La planification d’une assistance à long terme pour près de  200 000 rapatriés se trouve à un stade avancé.

Appuis aux exploitants agricoles  

Le PAM a continué cette année à rechercher les dividendes du développement et de la paix par ses investissements humanitaires. C’est le cas, de la province du Tanganyika, où l’appui aux petits exploitants agricoles, dont la plupart sont des femmes, aide des milliers de familles appartenant aux groupes ethniques des Bantu et des Twa (pygmées), à laisser derrière eux une histoire de méfiance mutuelle et de violents affrontements qui avaient provoqué des déplacements à grande échelle et perturbé la production alimentaire.

« 2018 a été une année de crises multiples et de souffrances considérables pour des millions de Congolais », a déclaré Claude Jibidar, Directeur de Pays du WFP, qui est reconnaissant aux donateurs pour leur soutien solide pendant une période de besoins record. Il compte donc sur leur appui continu en 2019 qui sera sûrement une année difficile.

Judith Asina

Essayer encore

Une vue aérienne du Barrage Inga en RDC

Projet Inga III : Des organisations de la Société Civile accusent la BAD de refuser d’impliquer les différentes parties prenantes

Dans une déclaration rendue publique le 20 juin 2019, une coalition  d’Organisations de la Société …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire