Delphin Kahimbi

RDC : Pendaison de Delphin Kahimbi, plus de questions que de réponses

Une semaine après la mort du Chef d’Etat-major adjoint des FARDC, la commission d’enquête à rendu à ses conclusions: «D’après les informations en possession du Président de la République, il s’avère d’une mort par pendaison », affirme le porte-parole du gouvernement, à l’issu du conseil de ministres tenu vendredi 6 mars et présidé par le chef de l’État.

A ce stade, nombreuses questions restent encore réponses. Car, selon les déclarations de la femme du Général dans la presse, Delphin Kahimbi était mort d’une crise cardiaque brutal : «nous étions au salon, il a vit des malaises. Le temps que je me déplace pour lui trouver un secours, je l’ai trouvé par terre, affaibli», avait-elle déclaré.

Qui aurait donc pendu le Général, Lui-même ou quelqu’un d’autre? Et pourquoi? Difficile de le savoir.

A en croire un analyste « la mort par pendaison arrive généralement chez des personnes faibles d’esprits et déprimées. Pour un chef militaire de la trempe du Général Kahimbi, un homme brave et fort d’esprit et qui n’a jamais présenté aucun signe antérieur de déprime, même lors son audition, la veille, au conseil national de sécurité, cette mort par pendaison suscite beaucoup plus de questions qu’elle n’en donne des réponses. Il lui aurait été facile de se tirer une balle, par exemple, que de se pendre », affirme-t-il.

En rappel, Delphin Kahimbi, Chef d’état-major adjoint en charge de renseignements est mort le 28 février, alors qu’il devrait être entendu au Conseil national de sécurité de suite d’une enquête ouverte contre lui. La veille de sa mort, le Général avait déjà été entendu. Selon des sources, au soir du jeudi 27 Février, il aurait été désarmé par les militaires commis à garde de la maison civile du Chef de l’Etat.

PM

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire