Société Civile de la RDC

Pour la Société Civile de la RDC, le message des évêques incite à la révolte

Société Civile Forces Vives de la RDC, une plateforme qui se veut non partisane des Réseaux thématiques, ONG/Associations, Organisations Nationales et Coordinations Provinciales estime que le dernier message des évêques est contraire à sa mission apostolique. Dans sa déclaration du mercredi 5 juillet 2017 que nous publions en toute intégralité dans les lignes qui suivent, elle  recommande aux prélats de procurer plutôt la paix dans les esprits de la population surexcitée et de prêcher l’espoir au peuple en désespoir suite au problème socio-économique et sécuritaire. Cela, après avoir relevé les forces et les faiblesses de cette communication.

Voici la déclaration :

Leurs Éminences Évêques catholiques, évitez nous des déclarations incendiaires car le sang des congolais a trop coulé.

Cette fin du mois de juin est marquée par deux déclarations incitant le peuple congolais au soulèvement contre les institutions politiques si la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) n’organise pas les élections présidentielles, législatives et provinciales en décembre 2017 conformément à l’Accord politique de Saint Sylvestre. Ces deux déclarations dont d’une part celle de groupe de partis politiques nommés G7 sous le leadership de Moise Katumbi et celle de la Conférence Episcopale Nationale du Congo, la CENCO en sigle qui sont curieusement similaires comme si l’origine de leurs analyses sur la situation politique et leur finalité serait commune.

La Société Civile Forces Vives de la RDC se rappelle de multiples déclarations de la CENCO en 2015-2016,contestant l’initiative de dialogue national convoqué à l’époque par le Chef de l’Etat Joseph Kabila pour aller réfléchir sur la prévention de crise politique au cas où l’organisation des élections ne sera pas possible suite au manque de financement électoral et d’autres raisons valables y relatives.

La Société Civile Forces Vives de la RDC ayant suivi avec intérêt particulier la déclaration des Evêques, soulève les forces et les faiblesses :

  1. Les forces

– Dans leur déclaration, ils ont survolé tous les secteurs vitaux du pays tels que les questions humanitaires, sécuritaires et économiques ;

– ils ont alerté la classe gouvernante sur la dégradation de la vie sociale causée par la corruption, les évasions fiscales et le détournement des fonds publics ;

– ils ont invité la population à se faire enrôler massivement.

  1. Les faiblesses

Ils évoquent le lourd bilan humanitaire et matériel des affrontements au Kasaï sans même condamner la violence comme mode de revendication d’un droit ni appeler les concitoyens de Kasaï au calme et à la paix ;

– Ils craignent le plan de la balkanisation du pays à la suite de la présence des éleveurs Mbororo alors que ces derniers sont présents sur notre territoire depuis que le Mouvement de Libération du Congo de Jean Pierre BEMBA occupait la partie. L’inquiétude est fondée mais vouloir la présenter comme un cas nouveau pour balkaniser le pays alors que plusieurs années sans y faire un écho, nous pousse à interpréter la motivation ;

– La CENCO en fustigeant la restriction de la liberté et d’usage excessif de la force oublie que lorsque la tricherie des listes de participants de la Société civile au dialogue du Centre interdiocésain sous sa direction a provoqué des revendications des vrais acteurs de la société civile mais l’Abbé Nsole Donatien a fait appel à la police sur armée pour arrêter arbitrairement les acteurs de la Société civile qui, pourtant réclamaient leur droit et dénonçaient la tricherie de liste;

– L’absence de débat public des questions cruciales qu’évoquent la CENCO ne peut pas être à la charge de l’Autorité publique d’autant qu’il y a plus de centaine des médias proche de la majorité et de l’opposition qui ont privilégié le sujet du genre de rapatriement de la dépouille de président de l’UDPS Etienne Tshisekedi à la place de débat rationnel démocratique, sécuritaire et économique ;

– Insister sur le respect de l’application de l’ Accord de Sylvestre et demander le chaos si les élections ne se tenaient pas d’ici fin Décembre 2107 est une contradiction car l’Accord lui-même dans son chapitre IV.2 ouvre la possibilité de prorogation en ces termes : « Les parties prenantes conviennent de l’organisation des élections en une seule séquence présidentielle, législatives nationales et provinciales au plus tard en décembre 2017.Toutefois,le Conseil National de Suivi de l’Accord et du Processus Electoral, le Gouvernement et la CENI peuvent unanimement apprécier le temps nécessaire pour le parachèvement desdites élections. » ;

-L’irresponsabilité morale des évêques n’a pas sa place du fait qu’ils ont la responsabilité partielle du fait d’avoir conduit des discussions directes qui ont plus privilégié le partage des postes que le débat de fonds sur le financement des élections et le calendrier électoral ;

La Société Civile Forces Vives de la RDC tout en déplorant le discours incitateur au djihadiste qui est contraire à leur mission apostolique, recommande aux Evêques tout de même de procurer la paix dans les esprits de la population surexcitée et de prêcher l’espoir au peuple en désespoir suite au problème socio-économique et sécuritaire. Car, les guerres, la famine et les maladies sont les épreuves de Satan que les Serviteurs de Dieu devraient comprendre et exhorter le peuple à la prière et à la foi véritable en s’attachant au Christ pour vaincre la peur.

Pour la SOCIKIN

Me CARLOS MUPILI

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Cathédrale Notre-Dame de la paix de Bukavu

Congrès National de Petits Chanteurs : Des milliers de jeunes s’engagent à sensibiliser sur la paix et la cohésion sociale

Après l’étape de Goma, le Congrès National pour la paix de Petits Chanteurs du Congo …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire