coref
De G à D : Clara de DFID, Godefroid Misenga du Coref, Florimond Muteba de l’ODEP et Abraham Djamba du REGED

Analyse budgétaire: La Société Civile émet des inquiétudes sur le projet de Loi des Finances 2017

Elle appelle le Gouvernement d’une manière générale, à la diversification de l’économie nationale en opérationnalisant effectivement le Plan National d’Investissement Agricole (PNIA)  et les activités de cimenteries pour stimuler ce secteur porteur de croissance. Il s’agit de l’une des recommandations du rapport des Organisations de la Société Civile (OSC) sur l’analyse budgétaire du projet de Loi des finances 2017 présenté vendredi 23 juin dernier à l’Hôtel Venus. Un document qui relève qu’au regard de la modicité du crédit alloué à l’agriculture, soit 7,71 % au budget global, elle émet des doutes quant à la création des richesses attendues par le Gouvernement qui  prévoit un taux de croissance de 3,5 %, par rapport à 2,4 % en 2016, soit une augmentation de 1,1 %.  Sur le plan interne, cette augmentation serait tributaire principalement à la relance de l’agriculture par la mise en œuvre du PNIA.

Ce rapport est le produit de l’atelier sur l’analyse budgétaire, tenu du 3 au 7 juin dernier avec la collaboration du Comité d’Orientation de la Réforme des Finances Publiques (COREF) à travers le Projet de Renforcement de la Redevabilité et de la Gestion des Finances Publiques (PROFIT-Congo).

Selon Bishop Abraham Djamba, du Réseau Gouvernance Economique et Démocratie (REGED) qui l’a présenté, cette analyse est menée au moment où, le pays est confronté à des défis politiques, économiques, sécuritaires et sociales majeurs, sans précédents. Et,  dans son programme d’action, le Gouvernement s’est fixé quatre objectifs selon lesquels, l’organisation des élections ; stabiliser et relancer l’économie nationale ; améliorer les conditions de vie de la population ; restaurer la sécurité des personnes et de leurs biens.  A cet effet, le constat, l’analyse et les recommandations qui en résultent sont versés à l’Assemblée Nationale et au Sénat. Cela, à travers les commissions Economiques et financières ainsi que les bureaux de ces deux chambres du Parlement, et au Gouvernement par le Ministère du Budget. Les OSC qui y ont participé, espèrent contribuer à la pérennisation des mentalités nouvelles de faites de concertation entre les citoyens et les pouvoirs publics sur des questions budgétaires.

Analyse

D’ordre général, cette analyse s’appesantit sur les cadres stratégiques et macro-économiques, les recettes, les dépenses et la prise en compte, les engagements nationaux et internationaux du Gouvernement.

Pour ce faire, la Société Civile note que le Gouvernement prévoit un taux de croissance de 3,5 % en 2017, par rapport à 2,4 en 2016, soit une augmentation de 1,1 % de point de pourcentage. Sur le plan interne, cette augmentation serait due principalement à la relance du Plan National d’Investissement Agricole (PNIA). Il y a également la production   2,2 millions de tonne de ciment par an attendues des cimenteries Pretoria Portland Barnet et Kongo qui seraient en activité. Le niveau de pression fiscale, prévu par le Gouvernement situe les recettes courantes à 6.166,5 milliards de FC. Mais, la société civile note que les ressources attendues pour financer ses politiques envisagées proviendraient, à près de 40 % des partenaires. Au regard du faible taux de mobilisation des recettes intérieures et de la tendance généralement faible de la réalisation de ces recettes observées dans le passé, les OSC restent inquiet quant au financement harmonieux des dépenses prévues.

Il signale que les dépenses du budget général se situent à 10.013.784.680.698 FC, qui couvriraient à hauteur de 70,65 % et les dépenses en capital à hauteur de 29,35 %.

Un autre constat, c’est le faible fonds alloués aux Ministères qui ont vocation de s’appesantir sur des besoins sociaux de base, qui justifient entre autres la fragilité de l’Etat, le Gouvernement n’a pas mis de moyens conséquents pour améliorer le cadre de vie de la population. L’essentiel du budget alloué est affecté aux rémunérations. Car, l’enveloppe de ladite rémunération représente 21,6 % du budget global, et un accroissement de 8 % par rapport au budget 2016. Malgré cet accroissement, la société civile estime que les conditions de vie sociale des agents et fonctionnaires de l’Etat ne sauraient s’améliorer suite à la baisse du pouvoir d’achat.

Recommandations

Les OSC ont réalisé 13 recommandations  notamment l’élaboration d’un plan d’investissement public pour mieux planifier l’allocation des moyens conséquents au financement des investissements publics susceptibles de créer des richesses et des emplois. Il y a en plus, la diversification de l’économie nationale en opérationnalisant effectivement le Plan National d’Investissement Agricole (PNIA) et les activités des cimenteries en vue de stimuler ce secteur porteur de croissance. Aussi, faut-il exécuter les 28 mesures du Gouvernement pour assurer la croissance.

Judith Asina

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Direction de l'Autorité de l'Aviation Civile

RDC : Des dossiers accablants à la Direction de l’Autorité de l’Aviation Civile

Un dossier accablant a été ouvert au parquet accusant la direction générale de l’Autorité de …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire