assemblée nationale rdc

Assemblée nationale: outre les 500 députés, la chambre paye 2.756 membres de cabinets avec un salaire entre 800 et 300$ (ODEP)

Dans son rapport sur la gestion des finances exercice 2021 en République Démocratique du Congo publié ce vendredi, l’ODEP a révélé des graves inégalités sociales dans la répartition des ressources tirées par l’Etat. Ce, contrairement à ce qui a été annoncé, par le gouvernement, dans le cadre de l’exercice budgétaire.

L’exécution de la loi des finances reste, rapporte l’ODEP, marquée par l’affaiblissement des institutions à caractère social.

Alors que les dépenses de la santé, éducation, agriculture et infrastructures sont restées faiblement payées, 80% de décaissement concerne les rémunérations en lieu et place des investissements.

Un budget inégalement réparti

Les institutions phare du pays sont trop gourmandes: la présidence de la République (211,6%), l’assemblée nationale (103%), le sénat (133%) et la primature (131%) ont vu leurs dépenses exploser en 9 mois. Ces dépenses en dépassement sont justifiées par le recours à des mauvaises pratiques de gestion.

La présidence de la République a augmenté le nombre de son personnel en charge de l’Etat de 455 en 2018 à 1018 en 2021. Le bureau de l’Assemblée Nationale rémunère 2.756 membres de cabinet, hormis les 500 députés. Le bureau du Senat rémunère 881 membres de cabinet, hormis les 109 sénateurs et la Primature paie 606 personnels politiques affectés dans le cabinet du Premier Ministre.

Faible investissement

Par contre, l’Etat n’a dépensé que 59 milliards FC (29,6 millions $) contre les prévisions linéaires de 256 milliards FC (128,0 millions $), soit 23,14% pour le compte des investissements publics. Ce montant représente environ 10% de la consommation de fonds utilisés par la présidence de la République (253 millions $) et du fonctionnement des institutions (150,9 millions $).

Rectifier le tir

De ce qui précède, l’ODEP estime que l’exécution du budget, de janvier à septembre 2021, n’a pas été conforme à la loi des finances y afférente. Il y a l’inadéquation entre la vision et la programmation, la budgétisation, l’exécution, le suivi-évaluation. Elle n’a permis ni de créer des richesses ni de promouvoir une croissance économique pro-pauvre ni d’améliorer les conditions sociales de la population.

PM

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Les 5 rencontres cruciales de la Zone Afrique pour le mondial qatari

Barrages Mondial Qatar 2022: comme en 1973 (49 ans), La RDC affronte le Maroc pour une éventuelle qualification

Le tirage au sort des des barrages de la Coupe du monde Zone Afrique s’est …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire