jeudi, 16 août 2018
Home / A La Une / Loi de Finances 2018: Les couches sociales imprégnées de l’analyse de la société civile
coref
Bishop Bjamba à Gauche, répondant aux questions des jeunes

Loi de Finances 2018: Les couches sociales imprégnées de l’analyse de la société civile

C’est jeudi 9 février 2018, au Pullman Kinshasa, avec les jeunes que les rideaux de ces quatre jours des séances de restitution de l’analyse du Projet de la Loi de Finances 2018 (PLF 2018) sont tombés. Il s’agit d’une centaine d’étudiants et élèves, qui ont encouragé et recommandé la poursuite de cette initiatives de la Société Civile, qui, à travers le Réseau Gouvernance Economique et Démocratie (REGED) leur a permis de s’imprégner du processus d’élaboration, examen et adoption, exécution ainsi que du contrôle du budget pour l’intérêt général de la RDC.

Bishop Djamba, Coordonnateur du REGED rapporte que le niveau d’appropriation de la population, de ces quatre groupes consultés depuis lundi 5 février, c’est-à-dire les femmes, corporations professionnelles, jeunes et OSC, était tellement élevé que les recommandations sont très riches. « C’est une grande satisfaction pour nous d’avoir entrepris cette restitution de l’analyse budgétaire du PLF 2018 », se réjouit-il. Seulement, il y a des fortes demandes, notamment des écoles, différents groupes et confessions religieuses qui réclament cette activité.

Mais après ces restitution, il sera question de rencontrer les décideurs en commençant par le premier Ministre, puis les Ministères techniques, tels que le Budget et les Finances, ainsi que les sectoriels, entre autres la santé, les ITPR et l’éducation. Objectif ? Partager les recommandations et chercher à comprendre pourquoi le Gouvernement n’arrive pas à respecter  ses engagements au niveau de tous ces secteurs, pour lesquels le budget est toujours faible. Occasion faisant le larron, le REGED fera part des points de vue de la population, surtout de la jeunesse, sur des questions basiques de la vie des citoyens.

Satisfecit des jeunes

coref

Cette rencontre a permis aux jeunes d’émettre des recommandations aux décideurs pour le PLF suivant. Cela, après échanges en ateliers, repartis selon les secteurs d’analyse du PLF 2018, dont la santé, l’éducation, la sécurité, l’agriculture, infrastructures et travaux publics ainsi que mines.

A l’issue de quoi, Aimé Mbenga, étudiant à la faculté de Droit à l’UNIKIN se réjouit de sa participation à une séance de restitution qui leur a permis de faire des recommandations aux dirigeants sectoriels. Il aurait préféré que la priorité soit accordée au secteur de la sécurité qui paraît multidimensionnel, au regard de l’immensité du pays. « Si on est bien sécurisé tout marchera », déclare-t-il.

De son côté, Sara Mpindu, étudiante en 2ème licence de l’économie à l’université Protestante au Congo (UPC), parle d’un sujet qui suscite beaucoup d’intérêts chez la jeunesse. Car au-delà des cours sur les finances publiques à l’université, la Société Civile lui a personnellement donné l’opportunité d’avoir des connaissances sur comment est élaboré, examiné, exécuté et contrôlé le budget. Des connaissances susceptibles de les accompagner jusque dans le futur quant à la réalisation des ressources pour le bon  fonctionnement de la République.

Exaucé Kuayeno de la 1ère année graduat en économie de l’UPC a pour sa part, souhaité que pareilles initiatives se répètent, en vue de permettre aux jeunes de faire passer leurs opinions  auprès des Autorités compétentes.

Zoom la vision du rapport d’analyse

Il faut signaler que l’objectif de l’analyse de la société civile dans cet exercice est de promouvoir la bonne gouvernance financière par l’amélioration de la transparence et de la participation citoyenne au débat sur l’examen du PLF.

Cependant, le rapport présenté est le produit des OSC sur l’analyse de la Loi de Finances 2018, dans un atelier tenu du 24 au 28 novembre 2018, à Kinshasa, sous la suppression du REGED. Ledit atelier a été appuyé par le Projet de Renforcement de la Redevabilité et de la Gestion des Finances publiques (PROFIT-Congo), financé par la Banque Mondiale, la Coopération Britannique (DFID) et le Royaume de Belgique à travers un accord de don signé, le 20 février 2014 avec le Gouvernement et exécuté par le Comité d’Orientation de la réforme des Finances Publiques (COREF).

Judith Asina  

C’est jeudi 9 février 2018, au Pullman Kinshasa, avec les jeunes que les rideaux de ces quatre jours des séances de restitution de l’analyse du Projet de la Loi de Finances 2018 (PLF 2018) sont tombés. Il s’agit d’une centaine d’étudiants et élèves, qui ont encouragé et recommandé la poursuite de cette initiatives de la Société Civile, qui, à travers le Réseau Gouvernance Economique et Démocratie (REGED) leur a permis de s’imprégner du processus d’élaboration, examen et adoption, exécution ainsi que du contrôle du budget pour l’intérêt général de la RDC. Bishop Djamba, Coordonnateur du REGED rapporte que le niveau…

Vue d'ensemble de l'évaluation

Laissez votre avis

User Rating: 4.9 ( 1 votes)

Essayer encore

irdh

RDC : L’IRDH présente quatre critères de choix d’un bon candidat président

Les vingt-cinq candidats président pour les élections du 23 décembre 2018 en République Démocratique du …

Avez-vous aimé l'article? Laissez votre commentaire