Projet Inga III, la société civile sollicite sa participation dans les travaux préparatoires de la conférence panafricaine

Projet Inga III : la société civile sollicite sa participation dans les travaux préparatoires de la conférence panafricaine

Les organisations de la société civile spécialisée dans le monitoring du secteur d’électricité dénoncent l’opacité dans la gestion du projet Inga III. Elle sollicite sa participation dans les travaux préparatoires de la Conférence panafricaine sur ledit projet.

En effet, la conférence panafricaine sera organisée par le gouvernement de la RDC en collaboration avec AUDA-NEPAD et l’Union Africaine.  

Dans une déclaration signée lundi 28 septembre 2020, ces OSC demandent au Gouvernement d’assurer leur participation ainsi que celles des communautés locales dans le processus de la mise en œuvre du Projet Inga III. Cela, par la mise en place d’un cadre formel d’échange entre parties prenantes au Projet. 

Aussi, faut-il des mécanismes de leur ’implication dans toutes les phases du projet, des communautés qui seront impactées par le projet ; et des OSC spécialisées dans le secteur de l’énergie.

Elles interpellent le Gouvernement sur l’obligation de garantir la participation des OSC tant nationale qu’internationale à la Conférence panafricaine en gestation. Ce, en raison de l’importance de ce projet et de l’influence qu’il exerce sur des nombreux pays du continent.

Opacité dans la gestion du projet

En outre, ces OSC dénoncent une opacité totale autour des informations sur les étapes majeures du projet Inga III ; et des conditions d’implication des nouveaux candidats développeurs pour sa mise en œuvre. Il s’agit notamment du flou sur le sort réservé à l’Accord de Développement Exclusif signé le 16 octobre 2018 par l’ADPI-RDC. Accord signé sous la supervision du gouvernement, avec les consortiums Chinois et Espagnol au regard des protocoles d’accords nouvellement signés entre le Gouvernement congolais via le Ministère des Ressources hydrauliques et Electricité avec les investisseurs Allemands et Australiens.

A cela s’ajoute le flou institutionnel autour de l’autorité légale en charge de la coordination du Projet Inga III. Les OSC rappellent que les ordonnances portant création, organisation et fonctionnement de l’Agence pour le Développement et Promotion du projet Inga III (ADPI-RDC) et celle portant dispositions complémentaires relatives au statut, à l’organisation et au fonctionnement de cette même agence ne sont pas encore abrogées. Ce qui engendre un désordre dans les actes qui sont posés dans le cadre de ce projet.

Elles notent également l’opacité dans les protocoles d’accord signés avec les investisseurs. Cela, à travers les groupes Evagor (Allemands) et Fortescue Metal Group (Australiens), sans qu’il y ait eu un appel d’offre formel.

Il faut souligner que cette déclaration concerte onze organisations à savoir : Asadho, Cenadep, Coded, Codicli, Corap, D5, Feso, Forum Citoyen, Idel, OEARSE, Sofleco.

Judith Asina

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Dr Denis Mukwege

Denis Mukwege à la tête de la RDC : est-ce le moment pour le Prix Nobel de s’engager ?

Un appel à candidature a été lancé à l’intention du docteur Denis Mukwege par un …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire