mercredi, 13 novembre 2019
Home / A La Une / RDC : Delly Sesanga prône la révision constitutionnelle et s’oppose à la candidature de Joseph Kabila en 2023
Delly Sesanga Hip

RDC : Delly Sesanga prône la révision constitutionnelle et s’oppose à la candidature de Joseph Kabila en 2023

Le député national et président du parti politique Envol, Delly Sesanga s’inscrit en faux contre ces politiciens qui estiment que réviser la constitution en RDC revient systématiquement à modifier l’article 220. C’est ce qu’il a indiqué le mercredi 30 octobre sur le plateau de la chaîne de télévision francophone, TV5 monde à Paris lors de l’émission  » Journal Afrique » à 21h30.

La constitution elle-même dans l’une de ses dispositions a prévu sa révision. Ce n’est donc pas un tabou pour aller dans ce sens.
Abondant dans ce sens, le député Delly Sesanga sensibilise pour le projet de révision constitutionnelle et tient à briser la glace sur cette matière.

Plusieurs congolais sont pris dans ce piège de ces stéréotypes à l’image d’un son de cloche incarné par certains politiciens selon leurs intérêts et leurs agendas cachés que modifier la loi fondamentale reviendrait coûte que coûte à faire sauter le verrou de l’article 220.
Une disposition qui stipule ceci: « le Président de la République est élu pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois« .

Le président de l’Envol veut lever cette équivoque:

« Nous disons non à ce langage pavlovien qui empêchait qu’à chaque fois que si on veut parler de la révision constitutionnelle que les gens agitent le chiffon rouge comme on veut revenir sur le 220. L’article 220 constitue le condensé des acquis de notre lutte démocratique et il doit pouvoir être préservé« , a-t-il lâché.

Pour l’élu de Luisa , le projet de constitution déposé est capital pour corriger certaines faiblesses de la constitution.

« Nous avons déposé le projet de constitution pour corriger les faiblesses de la constitution, consolider ses acquis et pas porter un coup de canif sur elle« , a-t-il affirmé.

34 ARTICLES A RÉVISER

En tout, ce sont 34 articles à réviser entre autres les articles 70, 10 respectivement sur le nombre de tour des élection présidentielles, sur la double nationalité.

Delly Sesanga veut à ce que l’élection présidentielle revienne à 2 tours comme c’était le cas en 2006. Question d’éviter certains dérapages comme en 2011 et 2018.

Dans le même ordre d’idée, il a évoqué la fameuse question de décentralisation en vue de mettre fin à ce système de monnayage des voix des élus. Ce qui est une forme de corruption.

« Il faut remettre l’élection du président de la République à 2 tours car celle du tour unique a démontré ses limites en 2011 et 2018. L’idéal c’est revenir sur le cas de 2006. Ensuite, revoir le périmètre de décentralisation, faire en sorte qu’on mette fin à ce système de mise aux enchères des voix de députés provinciales. Ce, pour élire les sénateurs et les gouverneurs de provinces dans des conditions qui soient plus contrôlées par la population. Les sénateurs devraient être élus au suffrage universel direct par la population dans des circonscriptions à définir et les gouverneurs de provinces pourraient être issus des groupes représentatifs au niveau des Assemblées provinciales« , a indiqué l’initiateur de l’Alternance pour la République (AR).

OUI A LA DOUBLE NATIONALITÉ

Delly Sesanga n’est pas y aller avec le dos de la cuillère en ce qui concerne la question de la double nationalité. Il est d’accord pour que l’on puisse approuver la double nationalité en RDC comme c’est le cas dans d’autres pays.

Une thèse va t’en guerre contre la discrimination et l’instrumentalisation du pouvoir public pour rendre compte à des opposants.

« Nous devons affirmer la double nationalité dans notre pays et créer le droit du congolais à la nationalité d’origine pour celui qui en a, qui a en perdu et qu’il peut la réintégrer quand il en fait la déclaration. Éviter ainsi la discrimination et l’instrumentalisation que le pouvoir public se serve contre tel ou tel groupe d’opposant. C’était le cas contre Moïse Katumbi et Samy Badibanga« , a-t-il affirmé.

PAS DE JOSEPH KABILA COMME CANDIDAT PRÉSIDENT EN 2023

« Il est possible que Joseph Kabila joue un rôle politique au niveau de son parti, de sa famille politique. En revanche en ce qui concerne la question du mandat du Président de la République c’est une question qui a été longuement discutée lors de l’élaboration de la constitution. Dans une rédaction initiale, il avait été retenu que le mandat du président de la République n’est renouvelable qu’une seule fois. Puis cette incise a été enlevée pour ne demeurer qu’au niveau de l’exposé des motifs du texte. Donc cela empêche Joseph Kabila de postuler comme président de la République. Ce n’est pas son statut de sénateur à vie. Il ne peut pas prétendre à un nouveau mandat« , a insisté l’ancien membre du Comité des sages du Rassemblement de l’opposition cher au feu Étienne Tshisekedi.

Delly Sesanga sensibilise la population congolaise dans ce projet de constitution. Une délégation d’ Envol était à Kisangani dans la province de la Tshopo, le samedi 19 octobre pour lancer une pétition.

Avec cette proposition d’ Envol, le président de la république est aussi réputé démissionnaire si les élections ne sont pas organisées dans le délai constitutionnel .
Pour gagner ce pari, Envol compte mobiliser 1 million de Congolais sur l’ensemble du territoire.

Gloire BATOMENE

Essayer encore

Irène-Esambo

RDC : Vivement des infrastructures adéquates pour l’intégration de la personne vivant avec handicap

C’est le combat de la Ministre Déléguée en charge de la personne vivant avec handicap …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire