RDC : Les travaux de la Table Ronde sur la Paix et le Développement du Sud-Kivu lancés à Bukavu

RDC : Le dessous des cartes de la fameuse table ronde pour la paix et le développement en province du Sud-Kivu

Du 21 au 24 mars 2023, l’histoire retiendra que dans la ville de Bukavu, chef lieu de la province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo s’était tenue la fameuse table ronde pour la paix et le développement de cette province, comme l’avaient surnommée les organisateurs.

Ce forum unique à son genre suite à son format sélectif et pathétiquement inclusif a réuni donc quelques personnalités politiques nationales, provinciales, religieuses et peut-être celles de la société civile pour discuter des maux et vices rongeant la province du Sud-Kivu.

Sud-Kivu, province en proie d’une énorme instabilité notamment politique, sécuritaire, infrastructurelle et économique ; Bukavu, ville de polémique, a accepté, malgré elle, d’accueillir ces assises avec ses hôtes, majoritairement originaires du lieu, mais malheureusement non résidents depuis plusieurs années.

Dans son mot de circonstance lors de l’ouverture de ce rendez-vous historique, Joseph NKINZO, pionnier de l’activité et président de la LIPADE, a annoncé que la province du Sud-Kivu sombre dans une précarité socioéconomique sans précédent, avant de poursuivre qu’elle est également dépourvue des infrastructures de communication et d’autres besoins sociaux de base dues à une gouvernance non prometteuse par rapport aux attentes de la population.

Plus d’un bukavien et kivutien saluent la tenue de ces assises en cette période très cruciale où la province nage dans une crise reluisante sécuritaire avec l’activisme des groupes armés dans sept des huit territoires que compte la province, ainsi que de l’instabilité politique avec le conflit persistant entre le gouvernement provincial et l’Assemblée provinciale.

Le dessous des cartes

Officiellement, les questions politiques, administratives et juridiques ; la paix sécurité et la cohésion sociale, gestion des terres et grandes concessions ; les ressources naturelles et l’environnement ; l’économie et mobilisation des ressources ; des enjeux géostratégiques de la région des grands Lacs ; ainsi que des questions socioculturelles ont été au rendez-vous entre participants.

Malgré la nature et la teneur des résolutions issues de cette table ronde qui ne fait pas du tout l’unanimité à l’interne comme à l’externe de la province, ces dernières, risqueraient de contenter qu’une franche de participants et les organisateurs.

Tenez, dès l’ouverture des travaux de la table ronde, les langues se déchirent pour dénoncer la procédure de sélection des participants à ce forum où la plupart sont venus de Kinshasa.
Une réalité qui frise des frustrations au sein de l’opinion locale.

 »Nous aurions souhaité que tous les fils et filles du Sud-Kivu vivant à Kinshasa soient dans ces assises. Parce que toute la population pense que le malheur de la province vient de Kinshasa. Et la population l’exprime toujours en disant : à Kinshasa on tue et on enterre au Sud-Kivu et c’est dans tous les secteurs‘’, a déclaré Adrien ZAWADI, Président du Bureau de la Coordination Provinciale de la Société civile du Sud-Kivu et l’un des participants.

De leur coté, les jeunes pétitionnaires, un mouvement de pression en province, a invité la population à rejeter en bloc ce dialogue dont les résolutions sont d’office connues.
Même son de cloche pour le Mouvement des indignés qui ont considéré cette table ronde d’association des malfaiteurs.

Entre temps, des commentaires dans les réseaux sociaux sont clairs et sans tabou : ‘’Ces assises ont été organisées par certains kinois ignorant de la réalité quotidienne du Sud-Kivu pour dilapider les caisses du trésor public. Et après ils vont rentrer à Kinshasa pour justifier leur deal auprès de leur financier, la maison civile du Chef de l’Etat’’.

Les internautes sont allés encore plus loin jusqu’à proposer le format que devrait vêtir cette fameuse table ronde avec des acteurs et participants cibles notamment, ils citent, les anciens gouverneurs vivant du Sud-Kivu, l’ancien directeur de cabinet du Chef de l’Etat Vital Kamerhe et l’actuel Président du Sénat, le Sénateur Bahati Lukwebo, et consort.

D’autres se demandent par ailleurs si la réhabilitation du Gouverneur de province par la cour constitutionnelle et l’organisation de ces travaux, est une coïncidence normale.

Sans émoustiller les consciences des uns et des autres, seuls les organisateurs de ces assises appuyées en grande partie par la Maison civile du Chef de l’Etat et le Programme de Désarmement, Démobilisation, Relèvement Communautaire et Stabilisation (P-DDRCS), savent les secrets de sa tenue, mieux encore ses tenants et ses aboutissants dans ce contexte du processus électoral, aussi sécuritaire dans l’Est du pays.

Jules NINDA

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Judith Suminwa

Gouvernement Suminwa : Enfin la fumée blanche après 2 mois, 6 vice-premiers ministres, 10 ministres d’État, 24 ministres,4 ministres délégués et 10 vice-ministres

Fumée blanche à la cité de l’OUA, la porte-parole du Chef de l’État congolais, Tina …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire