1 - L’Introduction des nouvelles méthodes de dialyse

RPDC; La sci-tech du présent et du passé

1) L’Introduction des nouvelles méthodes de dialyse

A l’Hôpital de l’Ecole Supérieure de Médecine de Pyongyang, République Populaire Démocratique de Corée (RPDC), travaille SON Il Su, Chef de Section de Dialyse, qui est versé dans sa spécialité et très expérimenté.

Récemment, il a mis au point de nouvelles méthodes de dialyse qui se conforment aux caractéristiques de la constitution des Coréens pour les introduire dans la pratique clinique.

Nommé Chef de Section, SON Il Su s’est persuadé que l’effet de l’hémodialyse chez des patients atteints d’insuffisances rénales dues à divers facteurs n’était pas à sa hauteur, puisqu’on ne se débarrassait pas de ses méthodes traditionnelles.

Farouchement déterminé à mettre en valeur une thérapie de dialyse à la coréenne de haute efficacité, il s’est appliqué à des travaux de recherche pour y parvenir.

Entre-temps, il est parvenu à perfectionner une ponction veineuse fémorale et artérielle carotide interne demandant une haute technique conformément à la réalité et à mettre au point des nouvelles thérapeutiques par dialyse, particulièrement hémodialyse à grande quantité de liquide et dialyse à base de natrium de haute densité. De même, il a réussi à remplacer des dialysats importés par ceux nationaux pour les utiliser dans le traitement des malades.

A l’heure actuelle, les médecins du service de dialyse de l’Hôpital susmentionné traitent, à l’aide de leurs méthodes développées, des patients souffrant de maladies du rein censées être inguérissables auparavant.

2) La protection de l’environnement écologique de la mer

2 - La protection de l’environnement écologique de la mer

Les activités maritimes de l’Humanité s’effectuent sous diverses formes et leur sphère d’applications va augmentant au fil des jours. Baigné de 3 côtés par la mer, la République Populaire Démocratique de Corée (RPDC) fait un plus grand cas de la protection de l’environnement écologique de la mer.

Pour y parvenir, on s’emploie à purifier obligatoirement les eaux usées industrielles et ménagères avant de les évacuer, et à équiper les ports, les quais et les navires d’installations de traitement des eaux usées. De même, on pousse énergiquement le travail destiné à agrandir la capacité des stations d’épuration des eaux d’égouts et à les moderniser, et surtout prend des mesures rigoureuses de sorte que des rejets et des eaux usées sortant des bassins de clarification de la mine ne soient pas déversés vers la mer.

Au printemps de cette année 2020, la Province Hwang-hae du Sud a effectué des travaux de reconstruction et de réparation des installations d’épuration des eaux usées industrielles et ménagères et des bassins de clarification des rejets miniers, entre autres renforcement de jetée, enrochement, plantation de couvre-sol, élimination de rejets miniers, etc.

On s’investit également à protéger et multiplier les ressources aquatiques.

Après avoir fait une enquête et une prévision précises sur les ressources maritimes, on procède à un calcul scientifique sur la quantité de poissons à pêcher selon le principe de multiplication et d’utilisation continue de ressources, et se préoccupe d’assurer des conditions favorables aux habitats des êtres vivants de la mer, particulièrement lieux de frai.

En faisant appel à de solides bases matérielles et techniques destinées à créer davantage de ressources aquatiques, on s’attache à un élevage artificiel de poissons sédentaires tels que limande, merlan, etc., en relâchant des petits à l’eau. Rien que l’année dernière 2019, l’Entreprise de Pêche de Yanghwa a relâché près d’un million d’alevins de limande dans la Mer de l’Est de Corée, tandis que d’autres Entreprises de Pêche de Ryonjin, Taekyong de Nampho et Songdo-won ont remis à l’eau des centaines de milliers de petits de merlan, de tétrodon et d’holothurie.

3) Le Phaluno, arme à feu puissante de l’époque Coryo

3 - Le Phaluno, arme à feu puissante de l’époque Coryo

Le Phaluno fut une sorte de hwapho (arbalète, NDLR) muni de trois arcs à l’époque du Coryo (le tout 1er Etat unifié de la Nation coréenne; 918-1392, NDLR). Au printemps 1032, on en avait fabriqué un grand nombre pour en armer toutes les forteresses du Pays.

Ce Phaluno veut dire que la corde d’un arc demande une puissance de 8 taureaux pour la tirer, d’où vient son nom.

Par un seul trait, le phaluno permit de tuer et blesser des dizaines d’ennemis, de brûler ou détruire le camp de ceux-ci.

Surtout, lors d’une attaque contre la forteresse, des projectiles longs tirés du phaluno étaient enfoncés dispersés dans la muraille ennemie, permettant à des attaquants d’en servir comme de supports pour grimper le mur. Cette puissante arme utilisée pour les sièges est un patrimoine précieux pour l’étude de l’histoire de développement des armes de tir de la Corée.

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire