Emeka Mamale
Emeka Esanga Mamale dit Zorino a succombé le jeudi 25 juin à l'hôpital Saint Joseph

Voici le parcours du talentueux Emeka Esanga Mamale, décédé ce jeudi à Saint Joseph de Limete

L’ancien international Congolais et joueur du Daring Club Motema Pembe Emeka Esanga Mamale dit « Zorino » est décédé à l’âge de 42 ans de suite des problèmes respiratoires après une longue maladie, ce jeudi 25 juin à l’hôpital Saint Joseph de Limete où il était interné.

La nouvelle du décès de cette légende s’est répandue comme une traînée de poudre dans la capitale. Tout est parti de l’hôpital Saint Joseph en passant sur l’avenue Kigira en diagonale d’un centre des personnes vivant avec handicap dans la commune de Lemba (Terminus).

Emeka Esanga, ancien joueur de l’AS Mateta devenu Didiam, club de Lemba est mieux connu sous le nom de Mamale et surnommé également Zorino pour son talent, ses dribbles, son élégance dans le jeu et sa précision dans des passes, a connu un immense succès.

D’abord au sein du DCMP pourtant il n’a joué que six matches à l’Entente provinciale de football de Kinshasa (Epfkin) en 1995 notamment contre Kalamu et Sodigraf de Papy Kimoto.

Puis à l’équipe nationale, il sera après sélectionné par le coach turc Mushin Ertugral alors que les Simba étaient en préparation en Europe pour la Coupe d’ Afrique des nations (Can) 1996.

Mamale sera sélectionné in extremis et jouera sa 1ère Can au pays de Mandela. Il connaîtra un succès fou lors de l’édition de 1998 un certain 27 février au Burkina-Faso notamment lors du match de la 3ème place contre le pays hôte. Les Burkinabè mènent 4-1.

MAMALE AU SOMMET DE SON ART, LA CHANSON COCKTAIL IMMORTALISE L’ÉPOPÉE

A 3 minutes de la fin de la partie, les Simba de la RDC reviennent à 4-4. Un doublé de Mungongo 76è et 90è, Kasongo à la 88è et Tondelua à la 89è.

Du jamais vu dans l’histoire de la compétition avec au passage un centre de Mamale qui a trouvé la tête de Mungongo dit Fish. L’épopée est rencontrée dans la chanson  » Cocktail » de Pepe Kallé de l’Empire Bakuba.

Aux tirs au but, les poulains de Watunda Iyolo dit  » Prof » s’imposent contre toute attente avec Marcel Mayala dans les cages. Le joueur Simba marque le premier, Mamale qui n’est pas habitué de marquer se décide de prendre le ballon et tire au but mais en prenant soin d’enlever sa chaînette au cou avant de le botter.

TOUT UN PAYS DANS L’EUPHORIE

Le coach Watunda préfère ne pas regarder cependant Mamale loge le cuir au fond. Kisombe et Selenge à leur tour marquent. (4-1 aux tirs au but) C’est l’euphorie dans tout le pays.

L’équipe du technicien français Philippe Troussier n’en revient pas à l’image de tout un peuple. Une compétition remportée par les Pharaons d’Égypte face aux Bafana Bafana 2-0.

L’illustre disparu jouera sa dernière Can en 2000 co-organisée au Nigeria et Ghana.Sa carrière en club n’a pas reflété son immense talent et les espoirs placés en lui.

L’INSTABILITÉ CRIANTE POUR L’ADEPTE DE MBONGO MUKIE, BALLE MUKIE

Après avoir passé quelque temps au sein de DCMP en 1995. Puis, ce milieu offensif a connu une instabilité et a fait le tour du monde de 1996 à 2009 .

Il a presté respectivement aux Pohang Steelers (Corée du Sud), Royal Sporting Charleroi (Belgique), Kaizer Chiefs (Afrique du Sud),Lokeren (Belgique); Primeiro de Agosto (Angola) et Hapöel Acre (Israël).

Le footballeur adepte du slogan: « mbongo mukie, balle mukie » comprenez « petite somme équivaut à un football estampillé service minimum« .

Mamale a fini sa carrière au sein du DCMP en juin 2011 après un passage remarquable au Tout Capable Elima de Matadi du président Miller Mitelo à la Ligue nationale de football (Linafoot) avec des victoires devant V.Club et DCMP.

L’idole de Mputu Trésor est devenu instable et ne savait pas à quel saint se vouer. Emeka Esanga s’est inscrit en février de l’année en cours pour suivre un stage de formation de licence fédérale des entraîneurs à la direction technique nationale de la Fédération congolaise de football association (Fecofa).

Gloire BATOMENE

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire