Lamuka marche

Bilan FCC, CACH, LAMUKA après les marches (Tribune de l’Analyste Serge Gontcho)

La deuxième marche anti-Malonda, organisée cette fois-ci par LAMUKA, a eu lieu dans les mêmes conditions que la première, à savoir, interdiction formelle du Gouvernement, manifestation quand même, marée humaine, accompagnement par les policiers, gaz lacrymogène, dispersion à bonne distance du Palais du peuple, et enfin, menaces de poursuites judiciaires contre les « auteurs intellectuels » de la manifestation par le Gouvernement Ilunkamba. Ainsi, les grosses pointures politiques ont toutes fait entendre leur voix : CACH (ou ce qui en reste, c.-à-d. UDPS), LAMUKA et FCC. Quelles sont les retombées pour chacune de ces plateformes ?

* Le FCC, d’abord. Il annonce reporter sa marche initialement prévue dans la foulée de ses rivaux, marche disait-il de soutien aux institutions (lesquelles ?). Non, la dérobade du FCC nous rappelle celle de Joseph Kabila en 2006 lorsque, appelé à débattre à la télévision avec son challenger à l’élection présidentielle Jean-Pierre Bemba, il déclina par la bouche de son porte-parole d’alors, Kudura Kasongo, arguant que J-P Bemba pesait 100 kilos et qu’un coup de poing était vite parti.

Joseph était encore trop jeune et trop tendre. Sacré Kudura quand même ! Mais, parions que la marche FCC n’aura jamais lieu. Ils ont compris que ça ne passera pas, que la magie n’opère plus. Les retourneurs de veste avisés (Mende, Lwamba, Matata …) ont déjà compris que c’est l’heure pour les rats de quitter le navire. Confidence : Kitenge Yesu embauche (débauche) discrètement.

* LAMUKA s’est-il réveillé ? Ça tomberait bien puisque c’est sa vocation, à en croire son nom (Lamuka = Réveillez-nous, en lingala). Après s’être fourvoyé pendant 18 mois dans l’impasse Avenue de la « Vérité des urnes », il redécouvre la chaleur des bains de foule. Il, c’est plutôt Igwe, de son vrai nom Jean-Pierre Bemba. A Lubumbashi, Moïse Katumbi a hésité, tandis que Fayulu purge encore son exil capricieux en Amérique.

Comment ne pas se sentir heureux pour ce JP Bemba, accompagné de sa sœur et de ses enfants, encadré par une escorte motorisée de wewa aux couleurs de l’UDPS, et acclamé par une immense foule depuis Tshangu ? Ça rappelle le bon vieux temps d’avant Genève. LAMUKA n’était pas mort. On demandera demain qui en sera l’héritier, entre Bemba, Katumbi et Fayulu. Mais pour le moment, on veut bien tendre la main à Fatshi pour déboulonner.

* CACH se trouve dans une situation sucre-sel, comme la seleçao brésilienne d’antan, qui marquait beaucoup de buts mais avec une défense assez poreuse. Les buts c’est entre autres la renaissance de l’État de droit et l’engagement pour des élections transparentes. Ce sont ces engagements courageux qui ont fait revenir LAMUKA aux bons sentiments et continuent de fournir à Fatshi un bon matelas dans l’opinion.

A l’inverse, le doute sur le professionnalisme de nombre de ses conseillers et l’accord avec le FCC sont mal vécus. Le clair-obscur c’est encore cette UDPS surdouée pour la mobilisation d’opposition mais pataude dans la gestion, à l’image de son controversé président a.i. Kabund, dynamitant dans les rues et un peu perdu au parlement.

La route est encore longue d’ici 2023. Rien n’est encore gagné ni encore perdu pour personne. Les penseurs du FCC doivent choisir entre affronter le peuple et rendre les armes. Fatshi a encore bon cœur (on ne sait pas jusqu’à quand), et il désire que le méchant se repente et soit sauvé (pour les versets bibliques, cf. son discours du 29 juin). LAMUKA doit renoncer définitivement à la bouderie et revisiter sa stratégie. CACH, ou plus précisément Fatshi, doit commencer à penser à son deuxième combat (après le K.O. en cours infligé au FCC) : s’il ne redresse pas ou pas assez les performances managériales et sociales, il risque de se faire coiffer sur la ligne par LAMUKA pour qui il aura fait le boulot.

Serge Gontcho di Spiritu Santu (+ 243 81 27 22 490)
Conscience Nationale en Action (CNA)

A Lire Aussi

Conflits à l’ISDR Bukavu : La reprise des cours pour ce 12 Août après un dialogue

Conflits à l’ISDR-Bukavu : La reprise des cours pour ce 12 Août après un dialogue

Les activités scientifiques et techniques vont reprendre ce mercredi 12 août à l’Institut Supérieur de …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire