Serge GONTCHO

Éveil patriotique : Appel aux dénonciations (Tribune de l’analyste Serge Gontcho)

La dénonciation de l’Évêque Mukuna contre l’ancien Président Joseph Kabila vient d’ouvrir une brèche dans la muraille de l’impunité et du déni de justice. La disposition constitutionnelle qui protège les anciens chefs de l’état contre toute poursuite pour infractions commises durant leur mandat a pendant longtemps dissuadé les plus téméraires de tenter une quelque action.

L’Évêque Mukuna restera dans l’histoire comme celui qui a été suffisamment fou pour aller au-delà de la témérité en déposant une dénonciation contre l’ancien président. Le plus important dans ce coup de folie ce n’est peut-être pas la suite immédiate que la justice va réserver à celle-ci mais le soutien massif des Congolais du pays et de l’étranger à l’initiative de l’Évêque Patriotique.

Parmi ceux-ci, le message émouvant de Kutino Fernando, pasteur évangéliste très populaire qui initia à son époque, il y a quinze ans, le mouvement « Sauvons le Congo », précurseur de l’Eveil patriotique, et dont la vie fut brisée par l’embastillement pour dix ans par le régime de Joseph Kabila.

Coup d’essai peut-être mais coup de maître, la dénonciation a libéré des énergies qui poussent dorénavant Pascal Mukuna vers l’avant. Le défi maintenant c’est de gérer le déferlement des dénonciations qui tombent chaque jour au bureau de l’Évêque.

Ces dénonciations concernent non seulement Joseph Kabila, mais aussi ses proches collaborateurs comme Evariste Boshab (massacres Kamwina Nsapu), ou John Numbi (assassinat de Floribert Chebeya), et d’autres encore pour crimes économiques très documentés. Ceux-là, malheureusement pour eux, ne peuvent pas alléguer d’une protection par la constitution.

La justice redeviendra-t-elle une justice juste ? Si le Président Tshisekedi donne des signaux forts de soutenir la renaissance de la justice, notamment avec le procès emblématique de son directeur du cabinet qui vient de s’ouvrir, on ne peut pas en dire autant de ses alliés FCC, Joseph Kabila en tête. C’est certainement le peuple qui va devoir jouer à l’arbitre.

L’Éveil patriotique s’avère finalement être ce catalyseur surprise des aspirations du peuple. Ainsi, un bureau sera ouvert à partir du 18 mai prochain à son siège, à Bandal, pour recevoir les dénonciations de toutes natures. Ce n’est pas un crime de dénoncer, c’est un droit, et même un devoir moral, comme avec les lanceurs d’alertes. Il sera impossible à la justice de se dérober devant un tel mouvement populaire.

Serge Gontcho di Spiritu Santu

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Dr Denis Mukwege

Denis Mukwege à la tête de la RDC : est-ce le moment pour le Prix Nobel de s’engager ?

Un appel à candidature a été lancé à l’intention du docteur Denis Mukwege par un …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire