MP- Alain Atundu

Expertise du point de presse d’Alain Atundu Liongo (Tribune de l’Analyste Serge Gontcho)

Dans son point de presse d’hier vendredi 14 août, Alain Atundu, porte-parole permanent du FCC, s’est livré à un exercice qui nous est familier depuis le temps de la décolonisation : allumer le feu et se présenter en sapeur-pompier. Décryptage.

DES PRÉTENDUS RATÉS DES SEMAINES DERNIÈRES

Selon Alain Atundu, la défection de deux haut magistrats récemment nommés par le Président de la République, la démission-pas-démission de l’ancien Président de la Cour Constitutionnelle, la démission « rocambolesque » du ministre de la justice, la protestation du premier ministre et le « tango politico-juridique » autour de la nomination du président de la CENI sont des signes que notre démocratie est en voie de devenir un navire fou, dont les matelots n’obéissent plus au capitaine. Ce qu’il omet de dire est que lesdits matelots fous émargent tous au budget de Kingakati, et que c’est par coercition qu’ils se sont livrés à l’exercice de désobéissance téléguidée, les cas les plus emblématiques étant ceux de l’ancien Président de la Cour Constitutionnelle, qui a visiblement négocié son exfiltration avec Félix Tshisekedi, et du Premier Ministre, très opportunément en mission pendant deux ou trois jours, le temps que son intérimaire appose le contreseing de toutes les disputes. Quant à la démission « rocambolesque » de Célestin Tunda, qui n’a pas vu qu’il s’agissait plutôt d’un dure retour à la réalité après qu’il ait tenté sans succès d’escalader le mur de sa résidence pour échapper aux policiers qui venaient le cueillir sans honneur, et que Ye Meyi se soit révélé impuissant à confirmer le « kobanga te » ?

COMPRENDRE LA NATURE DU PROBLÈME AFIN DE LE BIEN RÉSOUDRE.

« La compréhension de la nature d’un problème est une étape déterminante vers la solution ». Belle citation nous servie par Alain Atundu, mais trop belle quand même pour ses épaules. En effet, d’une part, il estime que ceux qui se sont lancés dans les acrobaties juridiques et scientifiques passent à côté de la plaque puisque le problème est plutôt d’ordre politique, et d’autre part, il recourt aux mêmes argumentations juridiques disqualifiées pour prendre en défaut ceux qui recourent à des jurisprudences, quand il affirme que « certaines infractions n’existent que par le plaignant ». Est-ce réellement le navire présidentiel qui devient fou ou bien l’esprit d’Alain Atundu qui perd le nord dans la tempête ?

ATTELAGE LOKONDO – ATUNDU POUR « FCC EN MISSION »

– Première observation. Alain Atundu s’offusque d’une certaine tentative d’instaurer un régime d’exception, qu’il croit déceler dans l’initiative d’un groupe de douze personnalités, principalement des députés, pour un consensus autour de la question électorale. Au banc des suspects, LAMUKA et certaines confessions religieuses (l’église catholique, pour ne pas la citer). Mais un amalgame aussi grossier fait injure à l’intelligence de son auteur, puisque les douze ont clamé haut et fort dès le départ qu’il n’est pas question de dialogue et partage de pouvoir. De même, ni Félix Tshisekedi ni Joseph Kabila n’ont ouvertement remis en cause la coalition. LAMUKA na CENCO bakoteli wapi ? Par quelle fenêtre ou par quel trou de souris?

– Deuxième observation. Tout le monde scrute les faits et gestes d’un certain Henri-Thomas Lokondo, porte-étendard de ce G12, mais aussi, membre patenté du FCC. Quand on sait la discipline, ou plutôt la servilité des cadres FCC devant leur autorité morale, on ne voit pas Henri-Thomas Lokondo mener une action contre son propre camp, mais plutôt un coup monté qui nous rappelle les coups d’état montés et manqués contre Mobutu. De la comédie.

– Troisième observation. Le caractère synchrone, à vingt-quatre heures d’intervalle, des interventions subtiles de soutien à Deogratias Mutombo, le gouverneur FCC de la « Banque Centrale du Congo », interpellé cette semaine par la police judiciaire des parquets, on ne peut pas ne pas confirmer la connivence Lokondo-Atundu pour défendre l’un des leurs. La BCC sous Deogratias Mutombo est pointée du doigt par les Congolais comme une centrale de la corruption orchestrée par le FCC. Le fait que les deux enfants terribles utilisent les mêmes éléments de langage pour le défendre est un signe fort qu’ils participent aux mêmes réunions stratégiques nocturnes.

APPEL PATHÉTIQUE SANS OBJET AU CHEF DE L’ÉTAT.

Alain Atundu veut conclure son opération de charme par un appel « pathétique » au chef de l’Etat, pour « sauver la coalition » FCC-CACH. Là, on est encore tous perdus parce que Shadary Coup sur Coup annonçait il n’y pas si longtemps de ça que le FCC n’attendait qu’un « nfion » pour mettre fin à la coalition. De toute façon, cet appel est sans objet. Fatshi n’a pas encore renoncé à sa mission évangélique de sauver les pécheurs (du FCC) et les ramener à la table du Seigneur. JKK, de son côté, sait mieux que quiconque que la vie sans la coalition risque de ne pas être la vie. Le peuple n’est pas dupe. Il dit « allons seulement, mabala ya batu, bakotaka te », pourvu que ce ne soit pas à nous de payer la facture. Et donc, Alain Atundu et ses coreligionnaires du FCC, au lieu de venir nous faire des sermons hors gamme, feraient mieux de se repentir pendant qu’il est encore temps, car la rentrée parlementaire de septembre risque d’être aussi la rentré de « La Rue ».

Serge Gontcho di Spiritu Sanctu (+ 243 81 27 22 490)
Conscience Nationale en Action (CNA)

A Lire Aussi

Exetat

RDC : Une folle ambiance après proclamation des résultats d’Exetat dans la ville de Kinshasa

Les résultats de l’examen d’État de la ville-province de Kinshasa ont été publiés en début …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire