Kamerhe et Tshisekedi

Kamerhe : Un vrai-faux procès Politique ! (Tribune de M. Papy)

Dans une publication hier, j’écrivais : « à tout point de vue, la condamnation de VK fragilisera le PR face au FCC« . À la suite de la discussion qui s’en est suivi, il me paraît nécessaire d’éclaircir mon analyse pour permettre aux uns et aux autres de comprendre que les ramifications politiques avant, pendant et après ce procès dessineront, à coup sûr , l’avenir politique de notre pays à l’échéance 2023. Un horizon si loin, si proche…

1. UN VRAI PROCES POLITIQUE
Kamerhe étant un acteur politique influent (meilleur député élu en 2018, Directeur de Cabinet, principal allié politique du Président de la République et son probable dauphin en 2023, selon l’accord signé au Serena hôtel de Nairobi), il n’est pas impossible que des pesanteurs politiques influent sur la justice, dans tous les sens… C’est d’ailleurs, la stratégie de défense des avocats de Kamerhe. Le programme de 100 jours n’est -il pas lui-même un programme politique? Cependant, vouloir s’accrocher éperdument à cette hypothèse, serait ignorer l’existence même de la loi, boussole qui doit régenter l’agir politique, sinon du politique.

2. UN FAUX PROCÈS POLITIQUE

En fait comme en droit, Kamerhe a été reconnu coupable par le tribunal. Point n’est ici besoin de commenter une décision de justice qui demeure de strict application .

La corruption, le détournement et l’enrichissent illicite sont des infractions punies par la code pénal congolais. A l’issue de ce procès, l’opinion a compris que VK est tout sauf Innocent et que sa responsabilité, de près ou de loin a sérieusement, sinon toujours, été engagé.

Lire Aussi | Condamnation de Kamerhe : Félix Tshisekedi sérieusement fragilisé !

3. FATSHI FRAGILISE FACE AU FCC

VK, avans-nous dit ci haut, est le principal allié politique du Chef de l’État, son Directeur de cabinet, son ami (même de circonstance). Et le programme 100 jours bien est bien celui de Fatshi. C’est lui qui a accordé plein de pouvoirs à son Dircab. Si sa responsabilité pénale ne peut pas être engagé au terme de l’article 165 de la constitution, il en reste politiquement. VK l’a dit: c’est le PR qui est visé…

Certains ont crû que l’arrestation de VK a été un bon débarras pour Tshisekedi, ils ont eu tord. La preuve, Fatshi ne l’a jamais démis de ses fonctions. Et, les récentes nominations s’est fait en accord avec Kamerhe.

UPDS divisée, UNC éprouvée, le FCC qui craint la République des juges met déjà le PR en étau, avant 2023. Les réformes seront constamment bloquées, les décisions contestées…

PM

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire