coref

Kinshasa: Une amélioration du processus budget participatif

Dix-huit mois après sa mise en œuvre dans les Entités Territoriales Décentralisées (ETD), les Bourgmestres, leurs adjoints, les mandataires et la société civile des seize communes de la ville de Kinshasa ont évalué le processus Budget Participatif (BP). Regroupés en quatre groupes du 22 au 23 mars 2018, les participants à cette rencontre initiée par Profit-Congo, ont recommandé notamment au Gouverneur de prendre un arrêté des taxes à compétence des communes. Cela, vu l’irrégularité dans la rétrocession qui leur est due.

coref

Au-delà de l’arrêté des taxes à compétence des communes, il a été demandé aux bourgmestres, l’appropriation du processus BP ainsi qu’un engagement tous azimuts. Aussi, leur faudra-t-il respecter les textes légaux et règlementaires en matière de finances publique et recruter des nouvelles unités selon le besoin.

Mussa Abdoul, Bourgmestre de Makala qui a pris part à ces travaux a signifié qu’il était question au cours de ces deux jours, de relever les points forts, les points faibles, perspectives et recommandations. Il ressort des atouts du budget participatif que ce processus vient soutenir les communes pour la réalisation de l’aspect investissements. Cela, entendu que le budget a deux aspects, le fonctionnement et l’investissement. Mais l’irrégularité de la rétrocession crée des problèmes dans l’investissement puisqu’il est dit dans les communes que l’investissement ne peut  provenir que de la rétrocession, qui est malheureusement irrégulière et parfois forfaitaire. Ce qui explique le peu d’argent pour le fonctionnement. Et le problème se pose lorsqu’il faut investir.

Il reconnait tout de même qu’en faisant participer les forces vives dans ce processus, les Autorités communales ont été crédibilisées par rapport à la population dans le but de susciter le civisme fiscal.  Une façon pour lui de justifier la présence des représentants de la population dans le forum au niveau des communales et quartiers qui fait une sorte de participation dans la gestion.

Martin Mfumu-Zingi de la Société Civile a révélé que ces deux jours d’évaluation ont permis d’accoucher quelques recommandations par rapport au cadre légal et au fonctionnement normal du budget participatif.

Entant représentant de la Société Civile, il attend fermement l’application de la bonne gouvernance qui permettra au processus budget participatif dans son ensemble de bien évoluer. Ce qui va leur permettre la mobilisation des recettes, afin de réaliser les priorités identifiées par la population. Au sujet de l’évaluation, il a déclaré que le BP est un processus qui a une évolution par rapport à ce qui se faisait avant. Car aujourd’hui le budget n’est plus un secret et on arrive à le publier à chaque étape surtout ce qui sera affecté au BP.

Georges du Comité d’Orientation de la Réforme des Finances Publiques (Coref) qui a clôturé ces travaux a rappelé l’objectif qui consistait à faire une évaluation approfondie de la mise en œuvre de l’approche BP à Kinshasa et formuler des recommandations pertinentes. Regroupés en quatre sessions, les différents groupes ont fait ressortir les points forts, les points faibles, des contraintes et opportunités dans la mise en œuvre du BP.

Et lesdites recommandations permettront d’obtenir les résultats attendus par le Gouvernement en matière de gestion des finances publiques locale. Il félicite à cet effet les participants pour ces résolutions qui vont aider à promouvoir le BP dans la capitale  de la RDC, ainsi que leur assiduité qui renforce dans le Chef PROFIT-Congo, la conviction de poursuivre son accompagnement dans la promotion de la transparence, redevabilité et renforcement de partenariat avec les ETD.

Seulement, toujours est-il que cette conviction sera encore plus grande, lorsqu’il sera constaté l’amélioration de performance dans la mise en œuvre du BP à travers une très grande mobilisation des recettes locales et une plus grande affectation des ressources mobilisées vers les initiatives répondant aux besoins communautaires.

A cette occasion, il a exprimé les gratitudes du Coref à la BM, coopération britannique et la Belgique pour l’appui au Gouvernement congolais dans la mise en œuvre du Projet de Renforcement de la Redevabilité et de la gestion des finances publiques (Profit/Congo) ainsi que l’autorité urbaine pour son implication dans la réalisation de cet atelier.

Judith Asina

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Direction de l'Autorité de l'Aviation Civile

RDC : Des dossiers accablants à la Direction de l’Autorité de l’Aviation Civile

Un dossier accablant a été ouvert au parquet accusant la direction générale de l’Autorité de …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire