Fonction Publique

IPR : Bras de fer entre syndicats et gouvernement

L’impôt professionnel sur les rémunérations (IPR) continue de diviser les organisations syndicales et le gouvernement. Après le syndicat des médecins, le collectif des syndicats de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU) monte au créneau pour fustiger le trop perçu de l’IPR. Lors de la réunion tenu le 3 février à l’Université de Kinshasa, les syndicats, associations et personnalités de l’ESU ont dénoncé le fait que gouvernement a prélevé plus de 15% de salaire au titre de l’IPR.

A titre d’exemple, une nettoyeuse des bureaux qui touche 100.000Fc se voit retranché 30.000FC et un Professeur qui touche 2.000.000 Fc se voit retranché 500.000Fc: « dans quelle arithmétique 30.000 Fc sur 100.000Fc ou 500.000Fc sur 2.000.000 Fc représenteraient 15%? » s’est interrogé le Professeur Luboya Mbele, Président du collectif des syndicats, associations et personnalités de l’ESU.

A l’en croire, le prélèvement de l’PUR a été fait dans la précipitation et nécessite réparation : »l’impôt est un devoir pour tout citoyen civilisé mais pour nous, nous sommes d’accords avec l’impôt mais seulement sur le salaire de base; tout ce qu’on a retenu devrait être remis, et nous pensons que c’est sadique. Ça doit se corriger, sous peine de nous voir entamer des actions de grandes envergures dans un bref délai « , a-t-il menacé.

Inversement, la ministre de la fonction publique, Yolande Ebongo, persiste et signe, « l’IPR porte sur les rémunérations et les revenus. De ce fait, les primes sont aussi concernées par l’application de l’IPR ».

PM

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Sylvano Kasongo et les journalistes

Incidents de la marche du 15 septembre : des journalistes trouvent un compromis avec le Général Kasongo

Le Commissaire provincial de la Police ville de Kinshasa, le Général Sylvano Kasongo a reçu …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire