MARCHE DU CLC - 31 DECEMBRE 2016

RDC : Le Comité Laïc de Coordination renoue avec la rue

Après un arrêt de quelques années, le Comité laïc de coordination (CLC) refait surface sur la scène politique congolaise et annonce une campagne de sensibilisation et de réarmement moral de toutes ses structures de base. Cela dans le but de préparer les Congolais à prendre ses responsabilités en prélude de grandes manifestations qui seront organisées pour faire échec au « chaos électoral que l’on veut à nouveau imposer au peuple congolais ».

Tout en prévenant que « nulle personne, quelle que soit la fonction occupée dans notre pays, ne pourra à nouveau usurper le droit souverain du peuple à désigner ses dirigeants, ni à truquer les résultats », le Laïcs Catholiques, ont annoncé que l’heure est arrivée de bannir la peur et de se prendre en charge.

Le CLC qui était en première ligne du combat contre la fraude électorale sous le régime Kabila, renoue avec des manifestations de rue car, a-t-il constaté, « il se plante dans le pays le même décor ayant prévalu au moment où il avait dû lancer ses actions de mobilisation, afin de faire entendre l’exigence du peuple souverain lors de la tenue des élections ».

Pour eux, la persistance par la CENI de rester totalement imperméable aux suggestions des parties prenantes au processus et de procéder par fait accompli, avec un audit de sa propre composition, ne pourra mener qu’à des élections chaotiques

Pendant ce temps, la CENI semble être en difficulté pour assurer pleinement les cadres de concertations permettant de désamorcer les tensions de plus en plus fortes qui s’annoncent.

Pour preuve, jusqu’à présent, la CENI n’a toujours pas expliqué comment les kits électoraux se sont retrouvés dans des véhicules des tiers et comment ceux-ci ont quitté ses entrepôts pour surgir chez des tiers.

Suite à cet incident, plus d’un congolais s’inquiete. Combien se sont volatilisés et ont permis d’avoir des enrôlements parallèles ?

Il est nécessaire de rappeler, pour le CLC que le dernier audit du Fichier, par l’OIF avait permis d’extirper du fichier électoral six millions de faux électeurs, dont neuf cent milles mineurs.

Cette structure de la société civile a rappelé que les élections ne sont pas la propriété privée ni du président de la CENI, ni du président de la République et de son camps politique, mais bel et bien l’expression de la souveraineté du peuple.

 »Ce peuple doit être respecté dans ses droits, car ayant payé au prix du sang son droit constitutionnel de désigner librement ses dirigeants », a souligné le CLC.

Il interpelle par ailleurs à la CENI de mettre en place très rapidement le cadre de concertation avec toutes les parties prenantes pour la désignation d’une instance internationale crédible d’audit du fichier, selon le format ayant prévalu en 2018, et d’arrêter de contourner la question par une désignation de ses propres experts pour s’auto-certifier un fichier fortement contestable.

Toutefois, les laïcs catholiques demandent aux congolais de ne pas céder au découragement ni à la fatalité.

D’après le calendrier électoral publié par la CENI, les dépôts des candidatures pour les prochaines élections de décembre 2023 débutent au mois de juin.

Jules Ninda

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Judith Suminwa

Gouvernement Suminwa : Enfin la fumée blanche après 2 mois, 6 vice-premiers ministres, 10 ministres d’État, 24 ministres,4 ministres délégués et 10 vice-ministres

Fumée blanche à la cité de l’OUA, la porte-parole du Chef de l’État congolais, Tina …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire